Semaine du 16 au 22 juin 2021 - Numéro 1378
S'émanciper par la philosophie
  La neuvième édition des rencontres Ecrire la Méditerranée, organisées par l’Institut français d’Egypte, vient de s’achever à Alexandrie avec pour thème « Retour aux rives de la philosophie ». L’occasion de rappeler le rôle de la ville dans l’histoire de la philosophie et de débattre de certaines questions philosophiques contemporaines.
Débats, musique et exposition
Séance plénière, retour aux rives de la philosophie.
Dalia Chams16-06-2021

Débats, musique et exposition
Le café-philo au Boudoir de l’IFE d’Alexandrie.

Le centre historique d’Alexandrie possède tou­jours son charme, avec son côté délabré, ses bâtiments abandonnés ou à moitié rénovés, même si la ville est en pleine expan­sion périphérique. Grâce à la 9e édi­tion de l’événement culturel Ecrire la Méditerranée, organisé par l’Insti­tut Français d’Egypte (IFE) autour du thème « Retour aux rives de la philosophie », les personnes intéres­sées ont pu se déplacer à pied d’un endroit à l’autre pour suivre les diverses manifestations qui ont eu lieu du 7 au 9 juin derniers. Tous les soirs, à partir de 16h, les rencontres avec les invités commençaient par un café-philo, ensuite, une séance plé­nière suivie d’un débat avec le public et, enfin, un concert ou un vernissage d’exposition. Les bâtiments où se déroulaient ces rendez-vous intellec­tuels ont accompagné l’histoire de la ville depuis la fin du XIXe siècle et le début du XXe, que ce soit la villa néo-classique où est installé l’IFE, rue Al-Nabi Daniel, ou l’immeuble abritant l’espace d’art Shelter, rue Fouad. Ils rappellent le passé glo­rieux de la ville portuaire qui a été autrefois un foyer important de rayonnement philosophique.

Bien des anciens ayant fait carrière en philosophie sont nés à Alexandrie ou y ont séjourné. Celle-ci était une source d’inspiration et un trait d’union entre la Grèce et le monde oriental. Et ce, par sa situation géo­graphique, mais surtout par l’éclec­tisme de son école philosophique. Cette école a d’ailleurs survécu jusqu’à la conquête arabe en 640, alors que celle d’Athènes fut fermée dès 529, ce qui lui conféra un rôle de premier plan dans la transmission du patrimoine hellénique au monde.

Débats, musique et exposition
Discussion à l’espace Shelter, où se tient l’exposition inspirée de Jean Royère.

Le coup d’envoi de ces rencontres-débats de trois jours a été donné par une visioconférence de Pauline Koetschet, philosophe spécialiste des textes grecs antiques et arabes médié­vaux, qui a souvent abordé dans ses travaux les interactions entre philo­sophie, médecine et théologie dans l’oeuvre d’Abou-Bakr Al-Razi (fin du IXe siècle et début du Xe), ainsi que la réception de Galien (IIe siècle) chez les auteurs arabes médiévaux. Contrairement à ce que l’on croit généralement, la philosophie arabe se révèle être un moment essentiel de la philosophie; elle a durablement marqué la pensée occidentale qui lui a succédé.

Ainsi, les idées et les époques se sont chevauchées d’une séance à l’autre. La philosophie s’est imposée comme une activité de création, de réflexion, de méditation, en lien avec la vie contemporaine. Elle est envisa­gée comme une quête du bonheur, de la liberté et de la vérité. D’où les thèmes débattus notamment en séances plénières autour du bonheur et de l’émancipation. Martin Legros, rédacteur en chef de Philosophie Magazine (voir encadré) et spécia­liste de pensée politique, a demandé aux intervenants quelle était l’éman­cipation pour eux et quels philo­sophes les ont accompagnés durant leur parcours d’émancipation. Une belle occasion de mieux connaître les invités du panel, de différentes géné­rations.

Le possible dans l’impossible

Safaa Fathi, poétesse, cinéaste et essayiste, originaire de Minya (Moyenne-Egypte), qui réside en France, a tout de suite lancé: « Je veux me libérer du sud, là d’où je viens ». Elle voulait se défaire de toute une structure pesante de vie et de mort, de traditions. « S’arracher sans rompre », comme elle l’a souli­gné au fil de la conversation. Et pour ce faire, elle a plongé dans les oeuvres de Nietzsche, de Taha Hussein, de Nawal Al-Saadawi, de Brecht, de Walter Benjamin jusqu’à cheminer vers Derrida, dont elle a été une dis­ciple proche; d’ailleurs, elle a tourné un film sur lui.

Raphaël Imbert et Nour Achour, un moment d’improvisation libre.
Raphaël Imbert et Nour Achour, un moment d’improvisation libre.

L’universitaire et écrivaine May Telmissany, vivant entre l’Egypte et le Canada, voulait s’affranchir du territoire bien défini qui nous est destiné, qu’il s’agisse d’un territoire national, d’une langue, d’une disci­pline. Pour elle, l’émancipation est le « nomadisme de Gilles Deleuze ». La déterritorialisation est donc l’échap­pée hors de tous filets. « Je réclame la multiplicité des territoires », a dit celle qui enseigne en anglais comme en français, effectue des études pluri­disciplinaires notamment sur la litté­rature et le cinéma, signe des romans en arabe et des traductions. Elle n’a pas manqué de citer ses compagnons de route, outre Deleuze, Edward Saïd et Al-Farabi, en insistant sur sa volonté « de travailler à la marge, en dehors des schémas imposés par l’Etat ou par autrui ».

Jean-Claude Monod, professeur de philosophie à l’Ecole normale supé­rieure (voir entretien), a repris une formule de Nietzsche: « Quelle est la marque de la liberté? Ne plus rougir de soi ». Tandis que le jeune chercheur Ismaïl Fayed a estimé que l’émancipation réside en la capacité de penser, de prendre des décisions et d’en être responsable. « La Révolution de Janvier 2011 a soulevé de multiples questionnements liés à la relecture de l’histoire, ce qui m’a amené sans doute à Walter Benjamin, pour qui l’histoire doit être racontée, non du point de vue des vainqueurs, mais des vaincus ».

Bref, c’est la méthode de penser qui peut nous libérer, et lorsque les marges de liberté se rétrécissent, il faut partir à la recherche d’autres espaces « car dans l’impossible, il y a toujours le possible », a affirmé Safaa Fathi, en référence à la pensée de Derrida.

Les pèlerins du blues

Cette charge invisible d’émanci­pation a été accentuée par le concert musical animé dans le patio de l’IFE par le saxophoniste français autodi­dacte Raphaël Imbert, qui joue d’habitude un jazz libre, empruntant des passerelles avec les autres styles. Il a enflammé la scène avec le saxophoniste égyptien Nour Achour et les membres de son groupe Nour Project, en interprétant des morceaux de plusieurs composi­teurs égyptiens. Ils se sont produits ensemble pour la première fois; ils ne se connaissaient pas auparavant, mais en quatre heures ils ont vite noué un contact prégnant. Un moment d’extase et de défoulement qui a trouvé toute une autre dimen­sion dans la séance plénière du len­demain sur le bonheur, à laquelle a participé Imbert, également érudit, chercheur et enquêteur, qui a publié des livres comme Jazz Suprême, Initiés, Mystiques et prophètes. Le musicien quarantenaire, qui a étudié l’improvisation dans les musiques populaires et traditionnelles autour du berceau de la musique améri­caine, a donné une recette ironique du bonheur: « la recette du bonheur c’est d’écouter une musique triste », a-t-il dit, en se référant à une étude récente effectuée en la matière. « La veille, nous avons essentiellement joué du blues, une musique qui per­met de raconter sa vie quand on n’a pas le droit de la raconter. C’est un acte de résistance, un effet de catharsis ». Pour lui, l’improvisa­tion rend la vie plus palpitante. « En improvisant, on accepte les impré­vus, la surprise, et on essaye de faire avec et de trouver autre chose », a-t-il expliqué. Ceci dit, on n’est pas résilié ni aigri lorsqu’on n’a pas atteint l’objectif fixé, sim­plement on fait autrement sans se sentir malheureux.

On se laisse emporter par le mou­vement comme l’a confirmé le poète et écrivain alexandrin Alaa Khaled, en allant dans le même sens. « L’idée de l’eau, de la mer, est plus favorable à l’improvisation dans le sens positif. En présence de la mer, nous sommes hantés par l’inconnu, l’ailleurs », a précisé Khaled, qui a débuté la séance par une sorte d’enquête réali­sée auprès de jeunes Egyptiens sur leur conception du bonheur. Il s’est entretenu avec eux, à trois reprises, et à travers leurs débats il a constaté qu’ils ne parvenaient pas à envisager un bonheur collectif et qu’ils expri­maient essentiellement un conflit intérieur en lien avec leur individua­lité. « Ils sont en confrontation avec les diverses formes d’autorité, se sentent enclavés et n’arrivent pas à s’en libérer. L’idée du bonheur est très aléatoire pour eux, elle se définit par des moments fortuits », a résumé Alaa Khaled, qui est un enfant de la mer, tout comme l’essayiste Thierry Fabre et l’écrivaine Maylis de Kerangal, présents au même panel. Ils naviguent entre histoire, philoso­phie et ethnologie pour nous faire voyager dans la pensée.

Dessins de Royère

La veille, à l’espace Shelter, où s’est tenu un café-philo autour des concepts foucaldiens qu’on a essayé de mettre en rapport avec l’actualité (voir entretien), un autre grand voyageur était au rendez-vous, à savoir Jean Royère (1902-1981), l’un des principaux acteurs du courant moderniste de l’après-guerre. Sans aucune formation spé­cialisée, il est devenu décora­teur parce que l’aventure l’amusait. Il a commencé sa vie à Paris comme banquier, avant de quitter ce secteur en 1931. L’exposition en cours (jusqu’au 18 juin), à la gale­rie Shelter, montre les des­sins inédits des meubles du Consulat français d’Alexan­drie. Ce sont des esquisses réalisées au crayon qui datent de 1948, trouvées par hasard dans la cave du bâtiment, ayant plus de 100 ans.

Des intérieurs gais, jeunes et pleins d’innovations imprévues, qui ont inspiré dix-huit artistes alexandrins prometteurs. Ceux-ci étaient invités à partir de cette trou­vaille à évoquer ce qu’elle représente à leurs yeux. D’où les oeuvres exposées actuelle­ment à la galerie, côte à côte avec les dessins de Royère, qui fut le premier décorateur français à fonder des maisons de décoration à l’étranger.

En 1946, il a ouvert au Caire, et en 1947 à Beyrouth. Il y réalisa d’importantes ins­tallations officielles et pri­vées, toutes assez fantaisistes à son image. Il s’agit d’un autre aspect de la ville multi­culturelle qu’a été Alexandrie où de nombreuses popula­tions cohabitaient pacifique­ment et où philosophes, savants et écrivains venaient vivre en communauté, pour écrire la Méditerranée .


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire