Semaine du 9 au 15 juin 2021 - Numéro 1377
La fin de l’ère Netanyahu ?
Al-Ahram Hebdo02-06-2021
 
 

Assistera-t-on à la fin de l’ère Netanyahu en Israël ? Tout porte à le croire. Après quatre élections en moins de deux ans qui n’ont pas réussi à départa­ger le premier ministre israélien et ses rivaux politiques, ces derniers semblent plus que jamais en position « d’éjecter » le chef du gouvernement israélien. Après les échecs répétitifs de M. Netanyahu de former un gouverne­ment, le chef de l’opposi­tion centriste, Yaïr Lapid, président du parti Yesh Atid (Il y a un futur), a annoncé qu’il négociait la possibilité de former un gouvernement d’union nationale qui rallierait plu­sieurs courants du spectre politique israélien dont la formation de droite radi­cale, Yamina, de Naftali Bennet, le parti Bleu et Blanc de Benny Gantz, et le parti arabe Ra’am. Si les négociations réussissent et que la coalition est approuvée par la Knesset, M. Netanyahu se retrou­vera contraint de quitter son poste de premier ministre.

Premier ministre de 1996 à 1999 puis de 2009 jusqu’en 2021, Benyamin Netanyahu paie aujourd’hui le prix de ses politiques belliqueuses. Pendant des années, il est parvenu à se maintenir au pouvoir en courtisant les partis d’extrême droite, et en utilisant les problèmes de sécurité à des fins poli­tiques. Le plus récent exemple est la guerre à Gaza dont les effets se sont plutôt retournés contre lui, les images de civils tués ou blessés par l’armée israélienne soule­vant de fortes critiques au sein de la communauté internationale.

Les tactiques incen­diaires de Netanyahu lui ont coûté cher et le mythe du « roi Bibi » semble aujourd’hui révo­lu. Netanyahu est aussi rattrapé par la corruption. Il est accusé par la justice de fraude et d’abus de confiance.

Il y a peu de chance cependant que le départ de Netanyahu entraîne un changement substantiel de la politique israélienne, notamment à l’égard des Palestiniens. Le gouverne­ment de coalition, s’il est formé, tiendra à un cheveu et il pourrait être dissout à tout moment. Quant au successeur le plus pro­bable de M. Netanyahu, si la nouvelle coalition est approuvée par la Knesset, Naftali Bennett, c’est un militant et nationaliste religieux qui a peu de res­pect pour les droits des Palestiniens .


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire