Semaine du 19 au 25 mai 2021 - Numéro 1374
Egypte-France: Une coopération militaire fructueuse
  En marge de sa participation au Sommet de financement des économies africaines à Paris, le président Sissi s’est entretenu avec le PDG du constructeur français Dassault. L’Egypte vient de finaliser l’achat de 30 nouveaux avions de chasse Rafale.
Egypte-France  : Une coopération militaire fructueuse
Racha Darwich19-05-2021

Au siège de sa résidence en France, le président Sissi a reçu à son arrivée à Paris dimanche Eric Trappier, PDG du constructeur aéronautique français Dassault Aviation, fabriquant des avions de combat Rafale. Au terme de cette rencontre, le porte-parole de la présidence égyptienne, Bassam Rady, annonce que le président Sissi a confirmé que l’Egypte apprécie « la coopération fructueuse et de longue date avec la France, qui reflète la profondeur des relations en matière de défense entre les deux pays amis. Les pièces d’armement produites par la compagnie française Dassault représentent un ajout pour les forces armées égyptiennes ». Pour sa part, Eric Trappier a confirmé que Dassault Aviation accorde un intérêt particulier à la promotion de la coopération avec l’Egypte. « L’Egypte est l’un de nos principaux partenaires mondiaux, notamment à la lumière de son rôle dans le renforcement de la stabilité et de la sécurité au Moyen-Orient, dans l’Est de la Méditerranée et sur le continent africain, sans oublier son rôle pionnier dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré Trappier. En fait, la coopération militaire est l’un des piliers du partenariat stratégique entre les deux pays.

Nouveau contrat de Rafale

L’Egypte avait annoncé début mai avoir signé avec la France un contrat pour l’achat de 30 avions de chasse Rafale supplémentaires. Le premier avion sera livré 3 ans après l’entrée en vigueur de ce contrat, dont le montant total s’élève à 3,95 milliards d’euros. « Ce contrat illustre le caractère stratégique du partenariat franco-égyptien. Les deux pays sont résolument engagés dans la lutte contre le terrorisme et aspirent à la stabilité de leurs environnements régionaux », affirme dans un communiqué le ministère français des Armées, dirigé par Florence Parly. Ces 30 Rafale, qui seront livrés entre 2024 et 2026, viendront s’ajouter à 24 avions, une frégate, 2 porte-hélicoptères amphibies et 4 corvettes déjà livrés à l’Egypte. Le Caire est l’un des plus gros clients de l’industrie française d’armement. Selon le rapport annuel du parlement français, l’Egypte est le 4e client de la France en matière d’armement. « Les relations militaires sont au coeur de la coopération bilatérale entre les deux pays. Le Caire et Paris affichent une convergence de vues sur de nombreux dossiers, comme la lutte antiterroriste et la sécurité régionale. Ils sont notamment d’accord sur la Libye et la Syrie », explique Hussein Abdel-Radi, spécialiste au Centre de la pensée et des études stratégiques (ECSS).

En fait, les relations militaires entre l’Egypte et la France sont liées à l’histoire des deux pays, depuis que Mohamad Ali a décidé de recourir à des officiers français pour mettre sur pied une armée et une marine modernes. Mais ce n’est qu’en 1971, 8 ans après la reprise des relations diplomatiques entre Le Caire et Paris, que des missions diplomatiques militaires ont été ouvertes dans les ambassades des deux pays. Depuis cette date, la France et l’Egypte entretiennent des relations de défense toujours plus élaborées reposant sur plusieurs accords bilatéraux, notamment l’Accord de coopération militaire et technique signé en 2005, sans oublier la création en 2017 du Haut comité militaire présidé par les chefs d’état-major des deux armées. Les champs de cette coopération militaire sont très variés. Ils englobent tous les aspects relatifs à la défense : formation, échanges d’expertise, exercices communs, armement et dialogue stratégique. Des exercices militaires communs aériens et maritimes ont lieu périodiquement entre les deux pays sur le territoire égyptien. Alors que, chaque année, plusieurs officiers égyptiens sont admis dans les centres français de formation militaire, comme l’Ecole de guerre et le Centre d’Analyse et de Simulation sur la Préparation des Opérations Aériennes (CASPOA).

Une coopération à multiples volets

« En fait, la coopération en matière d’armement a été bénéfique pour les deux pays. D’une part, elle a permis à l’Egypte de moderniser ses systèmes de défense et de bénéficier de l’expertise française pour développer son industrie militaire, et d’autre part, elle a accru la confiance internationale en l’armement français. Fait qui s’est traduit par de nombreux contrats sur les systèmes de défense et d’armement dont se sont dotées les forces armées égyptiennes », explique Hussein Abdel-Radi. La coopération militaire remonte au début des années 1970, lorsque l’Egypte s’est dotée, en 1974, de 68 avions de combat Mirage et de 54 hélicoptères Gazelle de fabrication française. Les importations égyptiennes d’armement français ont largement augmenté depuis 2013. En 2014, l’Egypte a commandé, entre autres, 4 corvettes Gowind 2500, dont l’une a été construite en France et les trois autres dans l’arsenal de la marine égyptienne à Alexandrie. En 2015, l’Egypte a été le premier pays étranger à acheter des Rafale pour équiper ses forces armées. Au cours de la même année, Le Caire a conclu avec la France un accord pour l’achat de deux porte-hélicoptères Mistral et a négocié l’achat d’un satellite de télécommunications militaires. Celui-ci a été lancé en novembre 2019 sous le nom de Tiba 1. « Les relations militaires égypto-françaises reflètent le succès des deux gouvernements, égyptien et français, à créer des constants qui renforcent la stabilité et la sécurité dans la région et qui se dressent face aux dangers qui menacent les Etats-Nations et leurs institutions, avec à leur tête le terrorisme. Le rapprochement entre Le Caire et Paris continuera et les relations militaires se renforceront grâce à la convergence de vues », conclut Hussein Abdel-Radi .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire