Semaine du 17 au 23 mars 2021 - Numéro 1366
Mon parcours, mon engagement
  De plus en plus de femmes s’investissent dans leur vie professionnelle, bravant les embûches et les difficultés du quotidien et occupant les postes les plus élevés. Névine Kamel, rédactrice en chef d'Al-Ahram Hebdo, fournit son témoignage à l’occasion de la Journée de la femme.
Mon parcours, mon engagement
Névine Kamel17-03-2021

« Ce sont tous mes enfants … de Hicham Mourad à Névine Kamel en passant par Fouad Mansour. Les journalistes d’Al-Ahram Hebdo sont tous membres d’une même famille qui a grandi dans ses locaux. Ils endossent la responsabilité l’un après l’autre. Mais, cette fois-ci la différence c’est que pour la première fois une femme est rédactrice en chef. Nous sommes tous là pour la soutenir avec l’amour et le respect qui lui reviennent. Félicitations à Névine qui, comme je le sais bien, sera le meilleur porte-parole de l’Hebdo, de la profession et de la femme égyptienne ».

Mon parcours, mon engagement
Début septembre, Névine Kamel a été nommée rédactrice en chef d’Al-Ahram Hebdo, pour devenir la première femme à accéder à ce poste

C’est par ces mots chaleureux que le fondateur d’Al-Ahram Hebdo et son père spirituel, Mohamed Salmawy, qui a une grande foi en la capacité de la femme, m’a félicitée lorsque j’ai pris la responsabilité de l’Hebdo. J’ai été éduquée au sein de ma deuxième maison, Al-Ahram Hebdo, à l’importance de la femme dans la société. Dans les locaux du journal, il y a des femmes qui travaillent avec assiduité, qui brillent dans leurs domaines de spécialisation et qui arrivent à faire l’équilibre difficile entre leur vie professionnelle et leurs familles. Pour dire la vérité, nos collègues hommes nous ont toujours épaulées et nous ont accordé une grande confiance. Ceci nous a encouragées à faire de notre mieux pour nous affirmer et réussir dans le monde du journalisme. A cet égard, toute mon estime et ma considération vont à mon ami Fouad Mansour, grâce à qui j’ai intégré le monde du journalisme et à qui j’ai succédé à la tête de notre publication francophone. Il m’a ouvert les portes de la réussite et continue à me soutenir. Je dirais la même chose à propos de Hicham Mourad, le deuxième rédacteur en chef de l’Hebdo, qui m’a tendu la main dès mon premier jour dans les locaux d’Al-Ahram. Et la liste est longue de mes chers collègues qui ont toujours été présents et qui m’ont énormément aidée.

Un grand salut à la femme égyptienne qui persiste dans son travail et dans la voie qu’elle s’est choisie, en dépit des embûches. Il nous incombe, nous les femmes, de réaliser l’équation difficile de concilier notre carrière et notre famille, sachant qu’en Egypte nous ne possédons pas le luxe que possèdent nos consoeurs à l’étranger et nous ne disposons pas des mêmes facilités. Pour nous, les femmes égyptiennes, notre rôle est profondément ancré dans nos petites familles : époux et enfants. Dans ce contexte, je ne dois pas omettre de remercier mon cher époux, qui m’a toujours soutenue.

Mon parcours, mon engagement
La première conférence de rédaction d’Al-Ahram Hebdo de Névine Kamel en présence de Abdelmohsen Salama, PDG de la Fondation Al-Ahram, et Alaa Sabet, rédacteur en chef du quotidien Al-Ahram.

Je me rappelle aussi les paroles de ma mère qui m’a soutenue et m’a encouragée à aller de l’avant alors que je venais de donner naissance à ma fille unique. J’étais noyée dans les détails du quotidien, tiraillée entre ma vie professionnelle et ma responsabilité en tant que mère. Elle me répétait tout le temps : « Concentre-toi sur ton travail et ta carrière professionnelle et je prendrai soin de ta petite fille ». Je remercie chaleureusement ma mère pour son amour inconditionnel. C’est à elle que je dois mon succès.

Quant à mon père qui m’a quittée deux ans après avoir commencé ma carrière, je n’oublierai jamais ses mots qui retentissent toujours dans mes oreilles : « Je n’aurais jamais eu de meilleure fille que toi. Tu es une fille solide », disait-il. Que Dieu bénisse son âme. J’aurais beaucoup aimé qu’il partage mes moments de succès. Mais, ce qui est certain c’est qu’il est avec moi avec ses conseils et ses principes à chaque pas que je franchis.

Le chemin était long et difficile, il fallait beaucoup de travail et de ténacité, mais l’amour du métier et l’effort consenti ont permis d’éliminer les obstacles.

Je saisis cette occasion pour saluer chaque femme qui a réussi à réaliser cette équation difficile et qui a rayonné dans son domaine, mais aussi chaque homme qui a soutenu sa femme. Je ne trouve pas les mots adéquats pour exprimer mon respect à la famille d’Al-Ahram qui a toujours soutenu la femme et m’a soutenue personnellement.

Mes respects vont aussi à l’Etat égyptien qui apprécie le rôle de la femme dans la société.

Et enfin, toutes mes salutations aux mères des martyrs de notre pays, qu’ils soient de la police ou de l’armée, qui ont payé cher de leur vie pour protéger la nation et le peuple.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire