Semaine du 10 au 16 mars 2021 - Numéro 1365
Hazem Hosny : Cette coupe a permis à chaque tireur d’évaluer son niveau et d’analyser ses forces et ses faiblesses à la veille des JO
  3 questions à Hazem Hosny, président de la Fédération égyptienne de tir, sur le bilan de la Coupe du monde.
Hazem Hosny
Marianne Youssef10-03-2021

Al-Ahram-Hebdo : On a surtout mis l’ac­cent sur l’excellente organisation de ce ren­dez-vous. Qu’en pensez-vous ?

Hazem Hosny : C’est un honneur et une joie pour moi en tant que responsable de la Fédération égyptienne de tir d’être à la hau­teur de ce grand rassemblement international qui a regroupé 400 tireurs, représentant 31 pays, qui se sont affrontés pour un titre mon­dial. Je tiens à remercier tous les comités de la Fédération qui étaient déterminés à mettre en oeuvre tous les moyens permettant la concréti­sation de cette coupe d’envergure. Personnellement, j’ai concentré mon énergie sur cette compétition, afin de montrer au monde entier la capacité de l’Egypte dans l’organisation d'un tel événement, en particu­lier sous la pression de la forte crise sanitaire de Covid-19 qui a frappé la planète. Je ne peux pas nier que le succès de cette coupe n’était pas acquis, car nous avons dû déployer des efforts immenses pour protéger tous les participants de la contamination et leur propo­ser un bon suivi médical. L’ensemble des participants a été pris en charge dans le cadre d’un strict respect des protocoles sanitaires renforcés, afin de prévenir toute contamina­tion. Cela n’a pas empêché l’Egypte d’offrir à ses hôtes de très élégantes cérémonies d’inauguration et de clôture plébiscitées par tous les par­ticipants. La Fédération a également organisé des visites touristiques des sites d’intérêt au Caire. La sanc­tion de ce grand succès a été l’attribution par la Fédération internationale de tir de l’organisation de la prochaine édition de la Coupe du monde en 2022 à l’Egypte.

— Mais la performance des tireurs égyp­tiens n’était pas à la hauteur …

— Je pense que la performance égyptienne est satisfaisante, mais pas excellente. Les attentes du staff technique pour cette coupe étaient mesurées. On n’attendait pas grand-chose de nos tireurs, mais cette coupe était une bonne opportunité pour eux afin qu’ils puis­sent se positionner par rap­port aux tireurs internatio­naux. Je pense aussi que cette coupe a permis à chaque tireur d’évaluer son niveau et d’analyser ses forces et ses faiblesses avant de se lancer dans le travail de préparation pour les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo. Les perfor­mances de certains tireurs étaient en deçà de leurs potentiels. Je cite par exemple celle de Azmy Mehelba, star de la sélection en skeet, qui a remporté une 5e place.

— 10 tireurs sont qualifiés aux JO de Tokyo. Quels seront les préparatifs de la Fédération pour cet événement majeur ?

— A noter que 10 tireurs ont composté leur ticket olympique à travers les Championnats d’Afrique au Maroc en 2019, alors que les 2 autres tireurs, à savoir Ahmad Zaher et Azmy Mehelba, ont composté leur ticket olympique à travers les Championnats du monde au Mexique. Avec la crise sanitaire, la Fédération a du mal à mettre un plan de travail pour les tireurs qualifiés, puisque les stages et les compétitions sont toujours suspendus à l’étranger. Par contre, pour ne pas rester les bras croisés, la Fédération a mis en place un plan de travail avec les moyens du bord. La sélection campe tous les jours au club d’Al-Seid du 6 Octobre pour s’entraîner. Cette coupe entre dans le cadre de notre plan de travail pour que les tireurs puissent rivaliser avec les stars de la discipline sans être obligés de se déplacer. Cette coupe est la première compétition disputée par la sélection depuis janvier 2020.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire