Semaine du 10 au 16 février 2021 - Numéro 1361
Les défis de la transition en Libye
Al-Ahram Hebdo10-02-2021
 
 

Réuni près de Genève sous l’égide de l’Onu, le Forum du dialogue poli­tique libyen, formé de 75 délégués, a désigné cette semaine le pouvoir exécutif unifié qui devra diriger la Libye jusqu’à la tenue d’élections en décembre prochain. Celui-ci est formé d’un premier ministre transitoire et d’un conseil présidentiel de trois membres. Leur mis­sion : redresser un pays déchiré par 10 ans de guerre civile. Une tâche qui s’annonce certes difficile. En effet, le nouveau pre­mier ministre libyen, Abdel-Hamid Dbeibah, n’est pas un politique. Originaire de la ville de Misrata, il a occu­pé le poste de président de la compagnie libyenne d’in­vestissement et de déve­loppement sous Kadhafi. Quant aux membres du nouveau conseil, ils ne dis­posent pas d’assises popu­laires, ce qui ouvre la voie aux critiques. Le conseil aura donc besoin, dans un premier temps, de recueillir la confiance des différentes parties libyennes, notam­ment le parlement, une tâche ardue dans un pays extrêmement polarisé.

Mais le grand défi auquel sera confronté ce conseil sera de mettre fin à la pré­sence des puissances étrangères et des merce­naires dans le pays. En effet, la Libye est le théâtre d’opération d’un certain nombre de puissances étrangères, notamment la Russie et la Turquie. Le 23 octobre dernier, les belligé­rants libyens avaient accep­té un cessez-le-feu parrainé par l’Onu prévoyant notamment le départ de toutes les forces étran­gères. Mais depuis, aucun progrès n’a été fait à ce niveau. Il est peu probable que la Russie et la Turquie quittent la Libye dans un avenir proche tant les inté­rêts des deux pays sont profondément enracinés dans ce pays. Les Russes, qui cherchent à avoir un débouché sur la Méditerranée, ont des inté­rêts économiques, notam­ment dans le secteur de l’énergie et celui des infras­tructures. Idem pour la Turquie qui, outre les considérations idéolo­giques (le gouvernement turc soutient le camps isla­miste), a utilisé la Libye pour accéder aux champs de gaz dans l’Est de la Méditerranée. Le départ des puissances étrangères hors du sol libyen apparaît aujourd’hui comme une condition sine qua non à toute paix durable.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire