Semaine du 20 au 26 janvier 2021 - Numéro 1358
Redécouvrir les femmes cinéastes
  Après la réussite de la version en ligne de Between Women Filmmakers Caravan (la caravane entre les réalisatrices) en octobre dernier, sa fondatrice, Amal Ramsis, lance jusqu’en septembre 2021 un programme mensuel en ligne intitulé « Une femme et son film ».
Redécouvrir les femmes cinéastes
L’heure de la libération a sonné.
May Sélim20-01-2021

Du 7 au 14 janvier, le film L’heure de la libération a sonné de la réalisatrice libanaise Heiny Srour a été projeté gratuitement en ligne. Ceci dans le cadre du pro­gramme mensuel Une femme et son film lancé par la Caravane entre les réalisatrices (Between Women Filmmakers Caravan) organisée par Amal Ramsis. « La caravane est une manifestation annuelle qui vise à pro­jeter des films récents faits par des femmes du monde arabe et de l’Amé­rique latine. Elle comporte aussi un atelier de réalisation d’un film d’une minute, des ateliers de production et de formation, des rencontres et des colloques, et se déplacera entre les pays de ces réalisatrices. Elle a été lancée en 2008. L’édition de 2020 devait se dérouler à Beyrouth et était consacrée aux réalisatrices liba­naises. Mais en raison des circons­tances actuelles, la suspension des vols à cause du coronavirus et les explosions qui ont eu lieu au Liban, nous avons décidé de tenir une édition en ligne. Cela a eu lieu entre le 3 et 13 octobre dernier. Durant les dix jours de projection, la caravane a ciblé un large public qui était curieux de voir les films et discuter avec les réalisa­trices. Après la réussite de cette édi­tion, mon équipe et moi, avons pensé à lancer une manifestation continue qui vise à maintenir le rapport avec le public à travers la projection en ligne et à faire un focus sur des films et des réalisatrices qui ont marqué l’histoire du cinéma et qui ne sont pas connus du public », explique la réalisatrice, Amal Ramsis, fondatrice de la cara­vane et organisatrice du programme Une femme et son film.

L’heure de la libération a sonné avait été projeté au Festival de Cannes en 1974. Il évoque la révolution de Dhofar. En 1965, au Sultanat d’Oman, le Front de libération de Dhofar déclenche la lutte armée contre le souverain Saïd Ibn Taimour, despote au pouvoir depuis 1932. Celui-ci est soutenu par les Britanniques jusqu’à ce que Qabous Ibn Saïd, son fils, le dépose lors d’un coup d’Etat en 1970, lui aussi soutenu par l’Angleterre. Alors que la rébellion des Dhofaris perdure, Heiny Srour filme leur action et leur mouvement, de 1971 à 1974. Le documentaire a été récemment restauré par sa réalisatrice. « Le film n’a pas été projeté au Caire dans les années 1970. A l’époque, quelques activistes ont simplement eu l’occa­sion de le visionner entre eux. Nous avons eu l’occasion de projeter le film il y a 8 ans au Festival interna­tional du cinéma de la femme que nous avons organisé jusqu’en 2018 et qui, malheureusement, a été arrê­té. Mais la copie projetée était de mauvaise qualité. Aujourd’hui, nous sommes heureuses de pouvoir proje­ter, même si c’est sur la toile, une copie restaurée de bonne qualité », évoque Amal Ramsis.

Les avantages de la projection en ligne

Durant cette semaine de projection, tous les articles de critiques, les synopsis, les CV de l’équipe du film sont postés en ligne sur le site du programme et sur les pages des réseaux sociaux de la caravane afin de fournir au récepteur toute la docu­mentation nécessaire autour du film. A la fin de la semaine de projection, la rencontre en ligne entre Heiny Srour et le public était très enrichis­sante. « Nous visons à offrir au public toutes les infos nécessaires sur le film projeté. Nous tâchons de pré­senter des films inconnus et non dis­ponibles sur la toile. De plus, beau­coup de ces films n’ont pas eu l’occa­sion d’être projetés en salle », sou­ligne Amal Ramsis.

Lancé en janvier, le programme continuera jusqu’à septembre 2021 avant la prochaine édition de la cara­vane qui devrait avoir lieu en octobre. Le rendez-vous avec un nouveau film se fait donc le premier jeudi de chaque mois. Chaque film sera dis­ponible pendant une semaine sur la toile. Parfois, en raison de l’absence de la créatrice du film, les rencontres se font avec les membres de l’équipe de production ou même avec un cri­tique. « La projection en ligne ne remplacera jamais le cinéma et la joie d’aller voir un film sur un grand écran. Mais aussi, il faut préciser que les films que nous projetons dans ce programme ne sont pas des films qui s’adressent aux masses. Ce sont des films qui adoptent une cause et qui sont un outil d’expression spéci­fique dans les mains de leurs créa­teurs. Ce ne sont pas des films com­merciaux et ne cherchent pas à faire rire », précise Ramsis. En fait, les documentaires et les longs métrages projetés dans ce programme sont plu­tôt loin des critères du box-office. « La projection en ligne nous a permis alors de cibler un large public. C’est un moyen de faire projeter le film loin des contraintes du marché et de la censure », souligne Ramsis.

Rendez-vous le 4 février prochain avec un autre film et une autre réalisa­trice. A chaque mois, des surprises et des découvertes.

https://www.womencaravan.online


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire