Semaine du 20 au 26 janvier 2021 - Numéro 1358
Le rêve continue pour les Pharaons
  L’Egypte entame ce mercredi son parcours au tour principal du Championnat du monde de handball par un match contre la Russie. Motivés, les Pharaons espèrent rester dans la compétition et aller le plus loin possible.
Le rêve continue pour les Pharaons
(Photo : Reuters)
Mohamad Mosselhi20-01-2021

Ce mercredi, les choses sérieuses vont commencer pour la sélection nationale au Championnat du monde de handball qui se déroule actuellement en Egypte. Les Pharaons rencontrent la sélection russe à l’occasion du match d’ouverture du tour principal de la compétition mondiale. En effet, ils ont sécurisé leur place dans ce tour en terminant à la deuxième place dans leur groupe au premier tour derrière la Suède et avant la Macédoine.

Selon le système de la compétition, les trois premières équipes de chaque groupe avancent au tour principal, alors que les deux premières dans ce tour principal se qualifieront pour les quarts de finale.

L’Egypte a avancé au tour principal qui regroupe, au côté de la Suède et de la Macédoine, les trois sélections qualifiées du Groupe H, à savoir la Russie, la Biélorussie et la Slovénie. Ces 6 équipes vont disputer le tour principal en gardant le nombre de points récoltés au premier tour.

Par conséquent, la Suède entame ce tour principal en tant que tête de groupe avec 4 points, la Russie 3 points, l’Egypte 2 points, la Slovénie 2 points, la Biélorussie un seul point et enfin la Macédoine sans aucun point.

Très motivés et souhaitant se qualifier pour les quarts de finale, les Pharaons n’ont pas d’autre choix que de remporter leurs trois rencontres du tour principal contre la Russie, mercredi 20 janvier, la Biélorussie vendredi 22 janvier et la Slovénie dimanche 24 janvier, afin de se qualifier pour les quarts de finale.

Cette situation relativement critique est due en grande partie à la défaite de l’Egypte contre la Suède lors de leur rencontre au premier tour lundi.

Placés dans le Groupe G, les Pharaons ont réalisé un début idéal dans la compétition en battant facilement le Chili 35-29, avant d’écraser la Macédoine 38-19. Puis, il y a eu la rencontre contre la Suède pour décider le leader du groupe, qui a témoigné de la première défaite de l’Egypte dans la compétition.

Malgré leur excellent début, les Pharaons n’ont pas réussi à conserver leur avantage de 3 buts (12-9) lors de la première mi-temps, pour perdre 24-23 au dernier souffle de la rencontre.

« Je suis déçu par cette défaite. Nous avons contrôlé une grande partie du jeu contre la Suède, mais nous avons perdu la rencontre. C’est décevant mais ça arrive », a déclaré Roberto García Parrondo, directeur technique des Pharaons, suite à la défaite contre la Suède.

Lacunes techniques

Il est clair que les Pharaons n’ont pas rencontré de grands problèmes lors des deux premiers matchs vu la grande différence qui existe entre l’Egypte et ses deux adversaires. Contre une sélection expérimentée comme celle de la Suède (4 fois championne du monde), la situation était tout à fait différente.

Le manque de concentration habituelle des Pharaons contre les grandes équipes européennes était présent contre la Suède qui a beaucoup profité de cette lacune et a réussi non seulement à revenir au score, mais aussi à remporter la rencontre.

« Il est clair qu’on manque encore d’expérience. On possède une équipe jeune dont les joueurs manquent d’expérience, ce qui était à l’origine de notre défaite contre la Suède », indique le directeur technique espagnol des Pharaons. « Notre objectif est de construire une équipe jeune qui assure un bon avenir au handball égyptien, et je suis sûr que les joueurs vont gagner l’expérience nécessaire à l’avenir, surtout qu’ils sont tous talentueux », ajoute l’entraîneur espagnol.

Les Pharaons sont restés impuissants face à la défense de 6 à 0 appliquée strictement par les Suédois, notamment lors de la deuxième mi-temps. Cette tactique défensive de 6 à 0 représente un grand obstacle pour les Pharaons depuis longtemps et ils ont beaucoup de mal face à cette tactique appliquée par les équipes européennes. Autre lacune, les Pharaons ne sont pas forts physiquement, et cela était évident contre une sélection rapide comme la Suède. L’entraîneur de cette dernière, Glenn Solberg, a souligné cette lacune en indiquant que son équipe a « beaucoup profité du manque de condition physique des joueurs égyptiens, surtout à la deuxième mi-temps ». Malheureusement, les Pharaons vont affronter au tour principal trois équipes européennes très fortes physiquement et qui pratiquent la même tactique défensive de 6 à 0. Cela exige une grande concentration de la part des joueurs dans ces trois rencontres, afin de continuer leur parcours dans la compétition et se qualifier pour les quarts de finale.

« Notre objectif est d’aller le plus loin possible dans la compétition. Nous avons oublié la défaite contre la Suède et nous allons nous concentrer sur nos prochaines rencontres. Nous avons bien tiré les leçons de notre défaite contre les Suédois », conclut Ibrahim Al-Masri, le joueur d’Ahli et de la sélection.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire