Semaine du 9 au 15 décembre 2020 - Numéro 1353
Le lac de Aïn Al-Sira reprend vie
  Après les travaux de nettoyage et d’entretien, le lac de Aïn Al-Sira à Fostat, qui borde le Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC), devient un atout ajouté à la beauté et à l’importance du lieu.
Le lac de Aïn Al-Sira reprend vie
Nasma Réda09-12-2020

Sur une superficie qui dépasse les 25 feddans (105 000 m2) s’étend le lac de Aïn Al-Sira appelé avant « Aïn Al-Hayah » (lac de la vie). Il était autrefois un lieu touristique et une source de guérison. « Connu pour son eau sulfurique et son argile rouge, le lac avait des propriétés thérapeutiques qui guérissaient de nombreuses maladies osseuses, des maladies du système digestif et respiratoire, des maladies dermiques et diverses autres maladies », souligne Mahrous Saïd, ex-superviseur du NMEC, ajoutant que pendant des années, le musée souffrait de l’état déplorable du lac et des mauvaises odeurs qu’il répandait. Cette étendue, qui résulte d’un fort tremblement de terre en 1926, a joui pendant une cinquantaine d’années d’une réputation touristique mondiale. « Aïn Al-Hayah était divisé en trois parties dont chacune contenait un taux différent de soufre et qui avaient des vertus curatives », raconte Saïd.

Au fil des années, et avec la croissance urbaine, le lac a perdu une partie de sa surface et s’est transformé en une décharge pour les ordures et les débris de construction. « Il y a seulement un an, j’ai pu voir mon rêve se réaliser », assure Khaled El-Enany, ministre du Tourisme et des Antiquités, qui rêvait, depuis 2014 quand il était superviseur du NMEC, d’exploiter le lac et les espaces entourant le musée pour attirer les regards vers cet établissement riche en histoire et en civilisation. Selon lui, le développement et le réaménagement du lac étaient une étape indispensable, non seulement pour le musée, mais pour toute la zone alentour. « Avec la coopération du ministère du Tourisme et des Antiquités et celui du Logement, ainsi que du gouvernorat du Caire, des travaux pour élargir le lac jusqu’aux abords du musée ont été entrepris pour le nettoyer, purifier son eau et le débarrasser de toutes les ordures et les débris polluants », explique Amr Khattab, porte-parole du ministère du Logement, dans un communiqué de presse. En plus des jardins qui ont été plantés aux alentours du musée, un théâtre, 4 restaurants et des cafétérias ont été également ajoutés aux différents services et activités présentés au NMEC. « Des allées de 1 300 mètres ont été dédiées aux piétons, un îlot au milieu du lac a été créé consécutivement aux travaux de creusement du lac. Enfin, un nouveau système d’éclairage et un réseau d’irrigation des jardins ont été mis en oeuvre », explique Khattab.

Les travaux de développement et d’aménagement du lac de Aïn Al-Sira ainsi que les jardins qui l’entourent sont presque arrivés à terme. Il ne reste plus que la purification et la désinfection de l’eau pour que le lac retrouve une vie aquatique.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire