Semaine du 11 au 17 novembre 2020 - Numéro 1349
Interactions tous azimuts
  Expositions et représentations culturelles propres à chaque pays, concours, festivités, les étudiants de l’Université Senghor ont célébré, à leur manière, le trentenaire de leur institution.
Interactions tous azimuts
Chaque pays devait présenter sa culture dans une atmosphère encensée.
Amira Samir11-11-2020

Les festivités ont commencé par une présentation par pays dans laquelle des étudiants de l’Université Senghor ont partagé avec leurs collègues les spécificités culturelles de leurs pays. Individuellement ou en groupes, les étudiants se sont mobilisés pour témoigner de leur patriotisme, en faisant part de leur héritage culturel. Ils ont présenté alors les danses et les traditions africaines vastes et diversifiées qui caractérisent leurs pays, avec leurs très beaux vêtements traditionnels à couleurs vives et variées.

Pour représenter l’Egypte, à titre d’exemple, de jeunes filles ont évoqué les caractéristiques de leur pays, depuis la période pharaonique jusqu’à nos jours. Elles ont projeté un film sur les sites et villes touristiques de l’Egypte. Puis, il y a eu une performance de la célèbre danse de tahtib, ou danse du bâton, sur fond de musique égyp­tienne. D’ailleurs, cette pratique tradi­tionnelle entre la danse et le combat est l’une des plus anciennes d’Egypte.

Ainsi, à tour de rôle d’autres étu­diants ont procédé à leurs présenta­tions par pays. « L’Afrique, ce n’est pas une seule culture mais une multi­tude de cultures, de langues et de traditions. Cette présentation par pays est organisée effectivement à chaque grand anniversaire de l’uni­versité », indique Thierry Verdel, rec­teur de l’université. Mais ce qui carac­térise la manifestation cette année est l’absence de spectateurs en dehors de l’institution. Cette sorte de foire d’arts africains a été donc retransmise sur la page Facebook de l’université.

Dans le même contexte, une exposition des cultures et traditions africaines a été parallèlement organisée à l’université sous forme de stands et d’ateliers. Des extraits d’images sont postés sur la page Facebook. Une journée a été consacrée au sport, une passion partagée par beaucoup d’Africains : football, basketball, course à pied, etc. Selon les responsables, c’est la première fois que l’université en fait une forme d’olympiades internes. Il y a eu également la finale du concours international d’éloquence 2020 dont le premier prix d’un montant de 1 500 euros a été remporté par une étudiante de l’Univer­sité d’Antananarivo, à Madagascar.

Le jeudi 5 novembre, s’est déroulé le webinaire « Racontez-nous » dans lequel la parole a été donnée aux alumnis de l’université, les plus ins­pirants qui ont eu des parcours remarquables. Une dizaine d’entre eux, de toutes les générations, ont raconté à leurs cadets leurs parcours, les compétences-clés du succès pro­fessionnel et ce que l’université leur aura apporté.

La célébration du trentenaire s’est clôturée par une soirée festive, entiè­rement animée par les étudiants, en plein air, limitée au personnel de l’université et quelques invités. Cette soirée festive a inclus entre autres un concert, une présentation slam et un spectacle de theater.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire