Semaine du 12 au 18 août 2020 - Numéro 1336
Les places khédiviales retrouvent leur lustre
  Après le réaménagement et l’éclairage de la place Tahrir du centre-ville du Caire, le premier ministre, Moustapha Madbouli, a annoncé que les autres places du Caire khédivial seraient également réaménagées. Explications.
Les places khédiviales retrouvent leur lustre
Une conception visuelle générale de ce que seront les bâtiments et statuts des deux places du Caire khédivial. (Photo : Son et lumière)
Nasma Réda12-08-2020

Toutes les places du Caire khédivial seront prochainement réaménagées à l’instar de la place Tahrir. C’est ce qu’a annoncé le gouvernement. « Nous avons un grand projet qui vise à mettre en avant la beauté du Caire khédivial qui possède un patrimoine architectural unique, mélangeant les styles européen, arabe et islamique, et qui illustre la splendeur des XIXe et XXe siècles. Notre but est de transformer le centre-ville en un musée en plein air », explique Riham Arram, directrice générale de l’administration de la préservation du patrimoine cairote au gouvernorat du Caire. Le premier ministre, Moustapha Madbouli, a donné le feu vert à la rénovation des autres places importantes du centre-ville du Caire après le grand succès réalisé place Tahrir. Les travaux commenceront le 15 août par les places Talaat Harb et Moustapha Kamel. « Nous allons commencer par la place qui porte le nom du célèbre économiste égyptien Talaat Harb (Soliman pacha) avec ses célèbres bâtiments et maisons historiques comme l’immeuble Yaacoubian, Groppi, Omar Effendi, le café Riche, etc. Ces endroits ont une grande valeur architecturale et patrimoniale », explique Mohamad Abdel-Aziz, directeur général de la société Son et lumière en charge de l’éclairage des édifices. « Nous installerons un éclairage moderne qui mettra en avant la beauté de ces chefs-d’oeuvre architecturaux », ajoute-t-il.

En fait, le choix de ces deux places, Talaat Harb et Moustapha Kamel, pour commencer le projet n’est pas dû seulement à la valeur patrimoniale de leurs bâtiments, mais aussi au fait que la restauration de leurs immeubles a été achevée en 2017, donc, leur réaménagement ne prendra pas beaucoup de temps. « Outre les joyaux architecturaux des places du centre-ville, il y a aussi de simples immeubles qui doivent être rénovés et éclairés pour donner une vision globale de la région. Lorsqu’on finira le réaménagement d’une place avec tous ses détails, on passera à une autre et ainsi de suite. Nous procéderons ensuite à la rénovation des bâtiments des rues secondaires. Le centre-ville qu’on appelait le Paris de l’Orient dans le temps n’apparaîtra dans sa nouvelle robe qu’après la fin de tous les travaux », explique Abdel- Aziz. Les édifices du centre-ville sont liés à l’histoire du khédive Ismaïl et de ses successeurs. La plupart sont d’une grande beauté architecturale.

Vision et obstacles

« Nous suivrons presque les mêmes étapes que lors des travaux de rénovation de la place Tahrir », souligne Riham Arram, expliquant que les travaux commenceront par l’élimination des panneaux publicitaires sur les toits des maisons, les enseignes des magasins seront unifiées, et les immeubles seront éclairés. « Nous devons éliminer toutes sortes de déformations visuelles pour mettre en avant la beauté architecturale des maisons et des places », dit Abdel- Aziz, soulignant que l’éclairage des immeubles et des rues montrera clairement les détails architecturaux des édifices du centre-ville. Arram, quant à elle, assure qu’il n’y aura plus de déformation visuelle car les marchands ambulants et les cafés qui occupent les entrées des immeubles et les rues piétonnes seront écartés.

« Bien que les travaux sur les autres places du Caire khédivial paraissent plus faciles que ceux effectués place Tahrir, nous affrontons plusieurs obstacles », se lamente Abdel-Aziz, soulignant l’obstination de certains habitants qui refusent de déplacer les unités extérieures des climatiseurs et l’entêtement des commerçants et des médecins qui ne veulent pas enlever les panneaux et les pancartes publicitaires placés sur les façades.

Après les places Talaat Harb et Moustapha Kamel viendra le tour de la place de l’Opéra, puis celle de Ataba où l’hôtel Grand Continental sera reconstruit. Les travaux s’achèveront par le jardin d’Ezbékiyeh, avant de passer à d’autres axes de la place Tahrir.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire