Semaine du 15 au 21 juillet 2020 - Numéro 1332
Sherif El-Eryan : Le retour se fera graduellement afin d’éviter les erreurs et pour contrôler tous les détails
  Les activités sportives ont été rétablies le 1er juillet. Sherif El-Eryan, secrétaire général du Comité olympique égyptien et président de la Fédération égyptienne de pentathlon moderne, revient sur l’application de cette décision.
Sherif El-Eryan
Doaa Badr15-07-2020

Al-Ahram Hebdo : Comment se déroule la reprise des activités sportives après un arrêt de 3 mois et demi à cause de la pandémie du Covid-19 ?

Sherif El-Eryan : La décision de rétablir les activités sportives à partir du 1er juillet a été prise par le gouvernement égyptien, et non pas par le Comité olympique ou le ministère de la Jeunesse et du Sport. Mais nous sommes tous avec cette décision, nous devons continuer notre travail. En fait, nous étions prêts à accueillir cette décision. Le ministère de la Jeunesse et du Sport nous a envoyé un manuel d’instructions sur les mesures de précaution qui doivent être prises pour la reprise des activités sportives. Puis, le Comité olympique égyptien a tenu une réunion ouverte avec les Fédérations nationales en présence du Dr Hassan Kamal, président de la commission médicale du Comité olympique et membre de la commission médicale du ministère.

— Quel était le but de cette réunion ?

— Après avoir reçu le manuel d’instructions du ministère, les différentes fédérations avaient des questions concernant ce manuel et comment l’appliquer. Ainsi, le Comité olympique égyptien a organisé ce meeting avec toutes les Fédérations nationales. Durant cette réunion, Hassan Kamal a expliqué tous les détails concernant les mesures de précaution qui sont obligatoires pour la reprise des activités.

— Quel est le rôle du Comité olympique égyptien ?

— La commission médicale du Comité olympique égyptien surveille les commissions médicales des différentes fédérations. Elle surveille l’application du manuel d’instructions envoyé par le ministère de la Jeunesse et du Sport. En fait, puisque Hassan Kamal est à la fois président de la commission médicale du comité et membre de la commission médicale du ministère, nous étions en coopération avec le ministère afin d’élaborer ce manuel. Il faut savoir que chaque fédération doit appliquer ce manuel et le manuel de sa fédération internationale en même temps.

— Quelles sont les premières mesures prises ?

— Nous avons signé un contrat avec une société de tests médicaux (la même qu’en football) qui nous offre une bonne réduction sur les tests, et chaque fédération doit effectuer des tests avant la reprise des entraînements. Mais comme les Fédérations nationales souffrent de problèmes financiers, il était impossible d’effectuer un PCR pour tous les athlètes. Par exemple, la Fédération de pentathlon moderne a fait faire un test rapide à tous les athlètes, les entraîneurs, les employés de la fédération et les membres du conseil d’administration. Nous avons effectué 100 tests et 8 de ces tests (dont 2 athlètes) se sont révélés positifs. Ensuite, nous avons effectué un PCR pour ces 8 cas. Après ces tests, nous avons commencé un camp de préparation au Stade du Caire pour les athlètes des sélections nationales. Et selon le manuel du ministère, nous avons désigné un médecin de la fédération pour suivre les athlètes.

— Cela veut-il dire que la reprise des activités sportives commencera par les sélections nationales seulement ?

— Bien sûr, le retour se fera graduellement afin d’éviter les erreurs et de bien contrôler les détails. Toutes les fédérations des sports olympiques individuels ont commencé par les sélections nationales qui se préparent pour les Championnats du monde, les éliminatoires des Jeux Olympiques (JO) et pour ceux de Tokyo relégués à l’été 2021.

— Est-ce-que toutes les fédérations ont repris les entraînements de leurs équipes nationales ?

— Non, chaque fédération choisit la date convenable à la reprise de ses activités. De plus, il existe des mesures que chaque fédération doit assurer avant le retour des entraînements comme la désignation d’un médecin, les tests médicaux pour les athlètes et les entraîneurs, la stérilisation des lieux d’entraînement, etc. Dans des sports comme le pentathlon moderne, l’escrime et les handisports, les sélections nationales ont repris leurs activités. D’autres sports sont sur le point de reprendre, et les sports de combat dont les entraînements ont lieu dans des salles couvertes ont retardé un peu leur retour. Pour les sports collectifs, la reprise se fera dans les clubs avec le retour des Championnats nationaux.

— Et pour les compétitions nationales ?

— Selon le manuel du ministère de la Jeunesse et du Sport, les compétitions auront lieu à partir du 1er août. Les sports collectifs, dont le football, le basket-ball, le volley-ball et le handball, ont annoncé les dates de reprise de leurs compétitions nationales. Les sports individuels pourront organiser des compétitions nationales, mais la plupart préfère retarder un peu les tournois qui permettent aux athlètes qui passent le bac d’améliorer leur pourcentage de notes. Notre priorité sera de préparer nos athlètes aux tournois qualificatifs pour les JO.

— Le calendrier international a-t-il été planifié ?

— Chaque Fédération internationale a planifié son programme selon son calendrier. A partir du début de l’année 2021, tous les Championnats du monde et les éliminatoires qualificatives pour les JO sont fixés avec les dates et les lieux des compétitions. En pentathlon moderne, nos premiers pas seront les 2 Championnats du monde juniors qui auront lieu à Alexandrie et à Hurghada en février et mars 2021. Puis, il y aura les étapes de la Coupe du monde qui auront lieu à partir du mois de mars et qui sont qualificatives pour les JO. Pour être prêts pour ces compétitions très importantes, nous devons mettre en place un bon programme de préparation pour les sélections nationales. Nous étudions la possibilité d’organiser des stages de préparation à l’étranger à partir de septembre prochain. Le comité technique de la Fédération égyptienne va mettre en place un programme détaillé. Mais le problème que nous affronterons sera le manque de moyens financiers à cause de ce long arrêt sans compétitions. Ce problème est commun à toutes les fédérations égyptiennes, c’est pourquoi, il faut que le ministère de la Jeunesse et du Sport, présidé par Dr Achraf Sobhy, nous donne l’aide financière et le budget de la préparation pour les JO, le plus tôt possible.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire