Semaine du 15 au 21 juillet 2020 - Numéro 1332
Une voix aux couleurs du monde
  La soprano Fatma Said, l’une des stars de la scène lyrique internationale, sort son premier album El Nour, en octobre prochain. Elle vient de lancer une seule chanson sur Internet pour en faire la publicité.
Une voix aux couleurs du monde
Névine Lameï15-07-2020

La soprano d’origine égyptienne vivant à Berlin, Fatma Said, a voulu donner un avant-goût de ce que va être son premier CD dont la sortie est prévue le 16 octobre prochain, alors elle a juste posté une seule chanson sur sa page Facebook, sur le site consacré à son album http://w.lnk.to/elnour, ainsi que sur les différentes plateformes musicales, telles que Spotify et YouTube. Il s’agit de l’oeuvre de Georges Bizet Adieux de l’hôtesse arabe.

Ce premier album qui s’intitule El Nour (la lumière) est produit par Warner Classics & Erato. Sur la couverture, la jeune cantatrice se dresse, en toute élégance, portant une robe blanche décolletée. Le collier qu’elle porte ayant la forme d’un paon, ainsi que les boucles d’oreilles inspirées du sceau du roi Salomon sont conçus par la fameuse designer égyptienne Azza Fahmy.

Adieux de l’hôtesse arabe est essentiellement composée pour voix et piano, se basant sur le poème de Victor Hugo Les Orientales, écrit en 1829. Le ney (flûte orientale) est utilisé pour refléter le chagrin et les sentiments tourmentés de l’amant voyageur. Il est synonyme de « séparation » dans la chanson, comme l’explique Fatma Said sur son site.

Car dans la chanson, il s’agit d’une femme arabe que son bien-aimé a quittée, pour retourner chez lui en Europe. Elle fait de son mieux pour le séduire et le persuader de revenir. Elle lui rappelle alors leurs beaux souvenirs, et la joie qu’il a vécue en Orient. Dans un dialogue musical, le ney ouvre Adieux de l’hôtesse arabe, avec une belle ligne apaisante et s’entrelace doucement avec le piano, tout au long des cinq minutes de la chanson. Les émotions douces sont brillamment modulées par la pureté de la voix unique de Fatma Said.

« J’ai été attirée par Adieux de l’hôtesse arabe, car elle révèle la magie de l’Orient découvert par un Occidental. Bizet a réussi à se servir de la poésie brillante et complexe de Victor Hugo, pour en faire un chef-d’oeuvre musical, recréant une atmosphère orientale très authentique. Il a utilisé des échelles très méditerranéennes et moyen-orientales, pour représenter un monde auquel il n’appartient pas », résume la soprano sur sa page Facebook.

Cette dernière a fait ses débuts, en étudiant le chant avec Névine Allouba, au Caire, puis elle s’est lancée dans un voyage musical de par le monde. Elle a étudié à la Hanns Eisler School of Music de Berlin et au prestigieux théâtre de l’Académie de La Scala de Milan. Et après avoir acquis une renommée internationale, elle a signé, en 2016, un contrat d’exclusivité avec Warner Classics.

L’album complet El Nour, qui sera disponible sur CD et sous forme numérique, compte 17 chansons. A savoir : Adieux de l’hôtesse arabe, Zaïde-Boléro de Hector Berlioz, Shéhérazade I, II et III (Asie-La flûte enchantée-L’indifférent) de Maurice Ravel, Tus Ojilos Negros de Miguel de Falla, La Cancion Del Olvido de José Serrano, Cantares Populares de Fernando Obradors, Le Repos en Egypte de Philippe Gaubert, Canciones Espanolas Antiguas de Federico Garcia Lorca, Ana Bint Al-Sultan de Gamal Abdel-Rahim, Aatini Al-Nay Wa Ghani de Najib Hankache, Al-Hélwa Di de Sayed Darwich, Sahar Al-Layali d'Elias Rahbani et Yamama Beida de Daoud Hosni.

Ceci dit, l’album combine des oeuvres lyriques françaises, espagnoles, égyptiennes et libanaises. La soprano lui a choisi comme titre « La Lumière », pour insister sur sa portée universelle, comme elle l’explique bien sur sa page Facebook: « La lumière va au-delà des cultures, des civilisations, des géographies et des langues. Je chante dans l’album en trois langues, l’arabe, le français et l’espagnol. L’une de mes sessions d’enregistrement préférées a été celle que j’ai effectuée comme étant la nouvelle voix de la BBC, car j’ai eu la chance d’enregistrer de la musique française avec Roger Vignoles. Je me souviens qu’il a proposé un extrait de l’opéra Zaide de Mozart, que je ne connaissais pas à l’époque. La première chose qui m’a attirée vers cet extrait, que j’ai repris dans El Nour, a été son titre, car c’est la version féminine de mon nom de famille Said. Il y est question d’une fille rêveuse et naïve qui aspire à rejoindre Grenade, sa ville natale. Elle me rappelle la petite fille qui est toujours en moi et qui aspire souvent à gagner sa maison familiale en Egypte ».


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire