Semaine du 15 au 21 juillet 2020 - Numéro 1332
Dix ans de discussions laborieuses
Ola Hamdi15-07-2020
 
  Depuis que l’Ethiopie avait annoncé son intention de construire le barrage, le processus de négociation est passé par une multitude d’étapes. Retour sur les principales dates.

Mars 2011 : L’Ethiopie lance le projet de la construction du barrage de la Renaissance sur les eaux du Nil bleu, ce qui lui permettra de presque doubler sa capacité de production énergétique. L’Egypte s’oppose au projet, mettant en avant ses droits historiques dans le fleuve.

Septembre 2014 : La première réunion tripartite entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie se tient.

Mars 2015 : Signature à Khartoum d’un accord de principe par les trois pays. Il repose sur 10 principes de base du droit international.

Décembre 2015 : Les bureaux d’études français Artelia et BRL sont choisis pour entreprendre des études sur les impacts environnementaux du barrage.

Mai 2017 : Les bureaux d’études français publient leur rapport préliminaire. Le Caire l’accepte en octobre, alors que le Soudan et l’Ethiopie expriment des réserves.

Avril 2018 : Nouvelle impasse après que l’Ethiopie avait rejeté la proposition égyptienne, faite en janvier, d’une médiation de la Banque mondiale.

Avril 2018 : Echec de la 9e réunion entre les trois pays à laquelle ont participé les ministres des Affaires étrangères et chefs de service de renseignements des trois pays.

Août 2019 : Le ministre de l’Irrigation, Mohamad Abdel-Ati, remet une proposition exposant la vision égyptienne des règles de remplissage et d’exploitation du barrage à son homologue éthiopien, Seleshi Bekele, lors d’une visite à Addis-Abeba.

Octobre 2019 : Des pourparlers tripartites ministériels se tiennent à Addis-Abeba. L’Ethiopie refuse de discuter de la proposition égyptienne. L’Egypte parle d’impasse et appelle à une médiation internationale pour parvenir à un accord « juste et équilibre ».

Octobre 2019 : L’Administration Trump invite les ministres des Affaires étrangères des trois pays pour des discussions en présence du secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le président du groupe de la Banque mondiale, David Malpass.

Novembre 2020 : Le premier cycle a eu lieu à Addis-Abeba. Les trois ministres se rendent à Washington en décembre pour assister à la deuxième réunion de Washington et présenter un rapport au Trésor américain et à la Banque mondiale sur les progrès réalisés.

Février 2020 : L’Egypte signe seul un accord sur le barrage à Washington en dépit de l’absence de l’Ethiopie qui s’est retirée à la dernière minute, demandant plus de temps pour des consultations internes.

1er avril 2020 : Abiy Ahmed annonce que son pays commencera le remplissage pendant la prochaine saison des pluies.

12 avril 2020 : L’Egypte et le Soudan rejettent la proposition éthiopienne de signer un accord partiel pour la première phase de remplissage du réservoir.

1er mai 2020 : L’Egypte adresse une lettre de 17 pages au Conseil de sécurité des Nations-Unies pour protester contre les actions de l’Ethiopie.

19 juin 2020 : Abiy Ahmed annonce que le remplissage du barrage commencera en juillet avec ou sans accord. Quelques heures plus tard, l’Egypte sollicite l’intervention du Conseil de sécurité, décrivant la situation comme « une menace imminente pour la paix et la sécurité internationales ».

26 juin 2020 : Le Bureau de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine (UA) a tenu une réunion par vidéoconférence en présence du président Abdel-Fattah Al-Sissi pour trouver une solution aux problèmes en suspens. Les trois pays ont décidé de reprendre les négociations pour parvenir à un accord dans un délai de deux semaines.

3 juillet 2020 : Les pourparlers tripartites reprennent en présence de 11 observateurs de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Commission de l’UA et d’experts juridiques et techniques. Les négociations se terminent le 13 juillet sans aucun accord.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire