Semaine du 6 au 12 mai 2020 - Numéro 1323
Un regard très frais sur l’Histoire
  Dans son nouveau livre, Omar Taher revisite l'Histoire, différemment. Au fil des chapitres de Man Allam Abdel-Nasser Chorb Al-Sagaër ? (qui a appris à Nasser de fumer?), il multiplie les questions spontanées, loin d’être anodines.
Un regard
Dina Kabil06-05-2020

Le titre du dernier livre en date de Omar Taher capte l’attention. C’est souvent le cas avec ce dernier, journaliste, écrivain, poète et scénariste, apprécié notamment par les jeunes et par sa propre génération, étant né en Haute-Egypte dans les années 1970.

Man Allam Abdel-Nasser Chorb Al-Sagaër ? (qui a appris à Nasser de fumer?) est proche des titres des polars et des séries de dessins animés. Il n’est pas également sans rappeler les mimes ou mèmes d’Internet, en tenant compte notamment de la couverture du livre, signée par l’illustrateur Walid Taher. Celle-ci montre l’ancien président égyptien Nasser avec à côté un cendrier et une cigarette.

L’interrogation du titre, qui peut paraître frivole, n’est pas la seule, puisque chacun des chapitres du livre est introduit par une ques­tion assez curieuse: Pourquoi Sadate a-t-il choisi de descendre à l’aéroport Ben Gourion pendant la nuit? Est-ce que Naguib Mahfouz était un élève studieux ? Et ainsi, tout au long des dix-sept chapitres qui forment l’ouvrage.

Armée de son expérience de jour­naliste passionné d’archives, Omar Taher fait une balade dans les livres d’Histoire. Il s’arrête sur des détails anodins ou sur des notes de bas de page qui le frappent. Pour lui, c’est une trouvaille qui lui permet d’al­lier les faits de l’Histoire à son parcours personnel.

L’écrivain invite ainsi les lec­teurs à revisiter l’histoire des ragots qui ont entouré certaines célébrités, telle la diva de l’Orient, Oum Kalsoum. Dans le premier chapitre, il aborde l’histoire d’amour entre Oum Kalsoum et le compositeur Mahmoud Al-Chérif. Il se réfère à un article de Moustapha Amin, publié dans le quotidien Akhbar Al-Youm, lequel a révélé cette relation qui a provo­qué la mort de l’épouse du com­positeur.

Un autre chapitre s’attarde sur les tentatives des services de ren­seignements, dans les années 1960, de recruter la star de ciné­ma Faten Hamama et de l’impli­quer dans des affaires politiques. Apparemment, lorsque la comé­dienne a refusé d’accomplir ce genre de mission, on l’a punie en lui interdisant de jouer, ce qui l’a obligée de quitter le pays pour tourner des films au Liban, entre autres.

L’on se demande au fur et à mesure en lisant s’il s’agit de faits réels bien documentés ou de simples racontars, et s’il l’on a le droit de toucher aux personnalités publiques.

Justement Omar Taher semble vouloir ôter l’aura qui entoure ces dernières et de révéler les his­toires qui sont restées longtemps sous silence. Il imagine par exemple les heures vécues par le président Sadate, à bord de son avion, avant d’arriver à l’aéroport de Ben Gourion et d’atterrir à Jérusalem. Et ce, avant de se lan­cer dans les accords de Camp David en 1979. L’auteur écrit à cet égard: « Je pense souvent pourquoi Sadate a-t-il choisi d’arriver aux territoires occupés pendant la nuit pour proposer la paix? Est-ce pour des raisons sécuritaires ou bien parce qu’il était plus à l’aise la nuit, comme ceux qui veulent commettre un vol ? ».

« Et si c’était le cas... »

L’écriture inclassable de Taher fait partie d’une vague de livres parues dernièrement, notamment aux éditions Al-Karma, qui consistent à mêler l’Histoire aux expériences personnelles, loin des fictions classiques et des romans. C’est ce que cherche à réaliser Omar Taher à chaque nouveau livre.

Après plusieurs recueils de poèmes, au début de sa carrière d’écrivain, il a publié le best-sel­ler Chaklaha Bazét (ça a l’air d’être fichu), qui lui a valu un franc succès. Des textes nostal­giques des années 1970, épousant une voix rigolote et humoristique.

Puis, dans son Izaat Al-Aghani (la radio des chansons), il réperto­rie une liste de chansons qui lui sont chères et raconte ses his­toires personnelles qui y sont liées. Et dans Kohl Wa Habahane (khôl et cardamome), c’est la nourriture qui est à la page, sug­gérant pas mal de recettes et d’odeurs.

Aujourd’hui, dans son nouveau livre, il cherche à dire la vérité des faits, loin de l’histoire offi­cielle écrite par les dirigeants et leurs proches. Le credo de Taher est d’aller à l’encontre de ce que l’on pense normalement. Sa for­mule magique est: « Et si c’était le cas … ».

Dans l’un des chapitres, il aborde l’époque de la création du parlement égyptien par le khédive Ismaïl, au XIXe siècle. Et au lieu de répéter comme d’autres que c’était une manière de jeter les fondements de la démocratie moderne, il souligne que le khé­dive voulait calmer la colère du peuple provoquée par l’augmen­tation des impôts.

Un autre bienfait de cette manière de traiter l’Histoire est de s’intéresser aux notes de bas de page et d’aboutir à des conclu­sions intéressantes. Par exemple, il tente de donner une version différente, tout au long des cha­pitres, de l’histoire de Nasser et des Officiers libres qui ont réussi la Révolution de 1952. Il évoque aussi différemment la guerre d’usure, laquelle a été souvent marginalisée au profit de la vic­toire d’Octobre 1973.

Omar Taher rappelle aux lec­teurs que la victoire de 1973 n’a pas été atteinte du jour au lende­main, mais qu’il a failli quelque 6 ans passés sur le front, après 1967. Une manière de dépoussié­rer la mémoire .

Man Allam Abdel-Nasser Chorb Al-Sagaër ? (Qui a appris à Nasser de fumer ?), aux éditions Al-Karma, 2020, 206 pages.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire