Semaine du 1er au 7 avril 2020 - Numéro 1318
Des moments d’évasion grâce au virtuel
  Suite aux mesures de confinement prises dans le monde entier pour éviter la propagation du coronavirus, de plus en plus de sites archéologiques et touristiques ainsi que des musées peuvent être visités virtuellement. Histoire de se divertir et de faire des découvertes tout en restant à la maison.
Des moments d’évasion grâce au virtuel
Dalia Farouq et Nasma Réda01-04-2020

De nombreux vols ont été suspendus, les voyages interdits et les sites archéologiques et touristiques fermés jusqu’à nouvel ordre, suite à la progression de la pandémie du Covid-19 aux quatre coins du monde. Toutefois, les amateurs de découvertes et de culture peuvent continuer de faire des visites touristiques tout en restant chez eux, et ce, grâce aux visites virtuelles en ligne proposées par de nombreux sites et musées. Ces derniers font ainsi écho au slogan adopté par l’Organisation mondiale du tourisme : « By staying home today, we can travel tomorrow » (en restant à la maison aujourd’hui, nous pourrons voyager demain).

Ces visites constituent une expé­rience unique, puisqu’elles permet­tent par exemple aux internautes de se déplacer dans les salles et les cou­loirs de tombes et de temples de l’Egypte Ancienne, de s’arrêter devant des scènes et des inscriptions pour les examiner et de se déplacer en totale liberté. Et ce, notamment sur www.osirisnet.net, qui s’intéresse à la civilisation égyptienne et présente des visites interactives de tombes de l’Egypte Ancienne, telles les tombes de Thoutmosis III, de Ramsès I et aussi de la plus impressionnante, celle de la reine Néfertari. Les visi­teurs peuvent se déplacer d’un endroit à l’autre en quelques clics, s’aidant de flèches dans les deux sens et de diffé­rents boutons permettant de zoomer ou d’activer d’autres fonctions. Si, au départ, le navigateur peut avoir quelques difficultés à se repérer, quelques minutes lui suffiront pour connaître la fonction de chaque bou­ton et se déplacer en tout confort.

Des tombes dans toute leur splendeur

En cliquant par exemple sur la photo de la tombe de Néfertari, le visiteur passe par une volée de 18 marches qui mènent à un premier niveau, comportant 3 pièces et où il peut admirer en détail les inscriptions de la tombe, avant de descendre une seconde volée de marches pour arriver à un second niveau. Celui-ci comprend la chambre funéraire principale. Tout en naviguant, l’utilisateur sera ébloui par cette tombe, considérée comme l’une des plus belles d’Egypte et qui a été réalisée par les artisans de Deir Al-Madina. Les couleurs et les reliefs sont d’une qualité exceptionnelle, incitant le navigateur à se demander comment ils ont pu résister au temps. Dans l’antichambre, le navigateur observe des taches blanches sur les murs. Il s’agit de parties de décorations détériorées et perdues. Celles-ci n’ont pas été reconstituées au cours des restaurations, mais les fissures ont été remplies de plâtre et peintes en « trattegio » (lignes droites), ce qui permet de se rapprocher de la couleur d’origine.

La visite virtuelle de la tombe du roi Ihouthmosis IV dans la Vallée des rois est tout aussi fascinante. Après une petite volée de marches, le navigateur parvient à un long passage en pente, entrecoupé d’un escalier et qui mène directement à la salle du puits. Les décorations sont rares dans cette tombe, un texte explicatif accompagnant la visite informe le visiteur que les artisans ont dû travailler à la hâte. Les scènes sont quasiment identiques d’un mur à l’autre, montrant le roi en face de diverses divinités, sur un fond jaune ocre. Thoutmosis est partout représenté coiffé du « némès », associé à un « uraeus », et toutes les divinités lui tendent le signe de vie « ankh ».

Photos panoramiques

Si les visites virtuelles de sites pha­raoniques égyptiens sont peu nom­breuses, il y a par exemple aussi le site www.360cities.net, qui propose des visites à partir de photos panora­miques à 360 degrés. L’internaute y trouve plus de 550 panoramas de monuments égyptiens, dont les plus importants sont ceux de la Citadelle de Saladin, au Caire. Le navigateur peut ainsi admirer une vue panora­mique de l’imposante forteresse construite par Saladin en 1173 ap. J.-C., avec le puits de Joseph et la mosquée de Mohamad Ali. La vue intérieure à 360 degrés de cette mos­quée met en évidence la beauté de ses décorations, de ses lustres et de ses plafonds, conçus selon le style otto­man. Les terrasses de la citadelle offrent une vue panoramique incom­parable de la capitale égyptienne. La vue à 360 degrés de la mosquée et de la Madrassa du sultan Hassan est également fascinante et commence à l’entrée de la mosquée, conçue dans le style mamelouk avec d’énormes blocs de pierre. En visitant la mos­quée, même virtuellement, les yeux sont attirés par sa hauteur et sa cour à ciel ouvert, pavée de mosaïque de formes géométriques soigneusement choisies.

Le moteur de recherche Google propose aux personnes confinées chez elles des voyages sans visas et sans frais dans plus de 500 musées et expositions d’art aux quatre coins de la planète, sur le site https://artsand­culture.google.com. On y trouve par exemple le Musée du Louvre à Paris, celui de Van Gogh à Amsterdam et le Musée du Vatican à Rome. Le concept des visites virtuelles de musées a aussi été adopté par le ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités, d’autant plus suite à leur fermeture en raison de la pandémie du Covid-19. « Nous sommes en train de préparer des visites virtuelles dans différents musées afin de permettre aux gens confinés à la maison de se détendre et de faire passer le message qu’il faut rester chez soi », indique Névine Nizar, assistante du ministre du Tourisme et des Antiquités pour la muséologie.

Promenade

virtuelle au musée

Depuis son réaménagement et sa réouverture en 2017, le Musée d’art islamique a indiqué qu’une partie de sa collection était accessible au grand public à travers une tournée virtuelle. Sur www.miaegypt.org, le navigateur peut se promener dans trois salles du musée. Avec un clic sur l’icône « Le monde islamique de l’est (oriental) », il se retrouve devant une lanterne géante datant de la période mame­louke. Puis apparaissent des pièces variées, exposées en vitrine ou accro­chées aux murs.

Via une autre icône, le navigateur accède à la « salle des pièces de monnaie et des armes », où il peut admirer une collection d’armes de différentes époques islamiques, avant de s’arrêter devant une grande vitrine avec une grande quantité de pièces de monnaie de diverses époques. Puis vient la « salle des martyrs », où sont exposés des boucliers et des casques en métal utilisés aux époques mamelouke et ottomane.

La visite continue dans « la salle de médecine », où est présentée une variété d’instruments scientifiques, de livres et de manuscrits rares venant non seulement d’Egypte, mais aussi de Perse, d’Afrique du Nord, d’Andalousie, de Turquie, d’Inde et même de Chine. « Le Musée d’art islamique du Caire est le premier en Egypte à utiliser la technologie de la réalité virtuelle, et on travaille actuellement à la moderniser pour ajouter des explications à chaque pièce. Cette visite virtuelle permet aux intéressés de déambuler librement dans quelques salles du musée, ce qui les encouragera plus tard à le visiter », souligne Mamdouh Osman, directeur du Musée d’art islamique du Caire .


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire