Semaine du 8 au 14 janvier 2020 - Numéro 1306
Au labo des merveilles
  Le GEM est muni d’un centre de restauration avec 16 laboratoires ultramodernes. Reportage.
Au labo des merveilles
Les trésors de Toutankhamon en pleine restauration.
Dalia Farouq08-01-2020

Dans l’enceinte du grand musée, se dresse le « Centre de restauration des antiquités », un témoin « contemporain » sur des époques historiques où la créativité était la pierre angulaire. Une fois le portique électronique franchi, le visiteur se sent séparé de la réalité, pénétrant dans un nouveau monde. On dirait un hôpital où l’odeur de la stérilisation et des produits chimiques règne partout. A l’intérieur des laboratoires, se trouvent des jeunes, chacun avec un manteau blanc, penchés sur des tables comme des médecins compétents devant des lits soignant un malade. Ce malade n’est qu’une pièce antique sur laquelle ils travaillent soigneusement pour qu’elle reprenne sa beauté d’antan.

« Le centre s’étend sur une superficie de 37 000 m2 et comprend 16 laboratoires. Chacun est spécialisé dans la restauration d’un genre de pièce antique, nous trouvons donc un laboratoire pour les pièces en pierre, un autre pour celles en verre et un troisième pour les pièces fabriquées en bois. En plus, il y a des laboratoires pour les produits organiques et ceux non organiques, un laboratoire pour les monuments lourds et un autre pour les momies. Il existe aussi des labos scientifiques pour la recherche et les tests, qui sont tous équipés par les appareils technologiques les plus modernes », explique Ossama Aboul-Kheir, directeur général des affaires de la restauration au GEM.

47 000 pièces restaurées

Plus de 47000, pièces d’un total de 50000 qui constituent la collection du GEM, ont été restaurées dans ce centre. De même, au sein du laboratoire de la restauration des antiquités organiques, il existe une collection d’accessoires, de bijoux et de pendentifs appartenant à la collection du « Pharaon d’or ». Le chef du laboratoire, Iman Chalabi, explique qu’avant de restaurer les colliers et les accessoires de Toutankhamon, ils les ont très bien étudiés afin qu’ils puissent leur redonner leur beauté. « Nous avons remarqué que les colliers ont des accessoires enregistrés avec des numéros différents qui ne correspondent pas à la réalité et à la description archéologique enregistrée par l’archéologue anglais Howard Carter, lorsqu’il a découvert le cimetière de Toutankhamon en 1922. Nous avons obtenu l’approbation du Comité permanent des antiquités pour récupérer les accessoires correctement avec leur numéro d’origine au moment de la découverte », explique-t-elle.

Dans le laboratoire des pièces en bois, se trouvent les lits et les bateaux solaires de la collection dorée de Toutankhamon qui sont soigneusement restaurés. Il y a aussi le sixième char militaire du roi restauré, tout de suite après son transfert du musée militaire de la Citadelle.

Issa Zidane, responsable du transfert et de la restauration des antiquités au Grand Musée égyptien (GEM), assure que toutes les mesures sont prises pour préserver ces précieuses pièces. Selon Ahmad Abd-Rabo, chef du laboratoire du bois, la restauration des pièces en bois de la collection du roi Toutankhamon a nécessité un grand effort, car Carter avait peint les objets en bois avec une couche de cire pour les conserver, ce qui a nécessité le retrait de cette couche très soigneusement afin de ne pas nuire à la pièce antique elle-même. Quant au laboratoire de la restauration des momies, il y fait plus froid qu’ailleurs. En réalité l’air est plus frais et trop pur dans ce laboratoire sous l’influence des climatiseurs et des filtres qui gardent l’air sec pour préserver les momies des pharaons des effets climatiques.

A la fin d’un long couloir au centre de la restauration des antiquités, se trouve un grand site à ciel ouvert, c’est le laboratoire des antiquités des monuments de grandes tailles. Mahmoud Aboul-Saoud, spécialiste de la restauration des monuments lourds, indique que la zone est équipée de grues et d’équipements pour recevoir des monuments de grandes tailles. Ceux-ci sont avant tout documentés, puis subissent des opérations de nettoyage et de renforcement nécessaires pour les restaurer. Enfin, ils sont transportés vers les lieux d’exposition. Ce sont ces monuments de grandes tailles qui seront exposés sur le grand escalier du GEM.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire