Semaine du 27 novembre au 3 décembre 2019 - Numéro 1301
Salima Ikram : C’est une découverte magnifique, car elle suscite des discussions entre nous, les scientifiques
Nasma Réda27-11-2019
 
  Trois questions à l'égyptologue Salima Ikram, professeure au département de sociologie, d’égyptologie et d’anthropologie de l’Université américaine du Caire (AUC) et qui fait partie de l’équipe effectuant la radiographie des momies découvertes à Saqqara.

Al-Ahram Hebdo : Comment qualifierez-vous la cachette des animaux découverte dans la nécropole de Saqqara ?

Salima Ikram : C’est une découverte exceptionnelle faite par la mission égyptienne dirigée par Moustapha Waziri, avec l’assistance de Sabri Farag et de Mohamed Youssef. Ils ont trouvé des choses étonnantes comme on n’en a presque pas vu depuis près de cent ans, ni en Egypte ni ailleurs. Les pièces découvertes sont vraiment intéressantes ; la mission a trouvé dans une fosse rectangulaire de nombreuses momies appartenant à des animaux et différents objets enterrés. Normalement, on trouve des chats à Saqqara, connue pour être le centre de la déesse Bastet.

— Quelle est la chose la plus exceptionnelle dans cette découverte ?

— J’ai assisté à la radiographie des momies. Ce qu’il y a de plus intéressant, c’est cet être qui fait un mètre de long. En l’examinant, on a vu son poil, très jaune et court. ll n’est pas comme les chats normaux. Il porte aussi un petit dessin anormal sur son front. Bien que très souvent, on trouve des inscriptions ou des scarabées sur le front des chats momifiés, sur cet animal, ce n’était pas le cas. C’est quelque chose complètement différent. Suite aux études préliminaires, j’en ai déduit que cette espèce animale ne pouvait pas être un chat, vu sa taille, mais qu’elle lui ressemble. Comme il était encore jeune, j’ai pensé tout de suite à un lionceau. Suite aux rayons X et au CT scan, nous sommes à 95 % sûrs que c’est un petit lion et on va faire plus de tests pour s’en assurer. Il s’agit d’une découverte incroyable et très importante, car on n’a jamais trouvé de momies de lion sur cette nécropole. Il est vrai qu’en 2004, l’égyptologue français Alain Zivie avait découvert un squelette de lion, mais jamais de momie, de surcroît avec un dessin sur le visage. Je suis très heureuse de voir quelque chose de pareil. A part cette momie de lion, on en a examiné d’autres appartenant elles aussi à des animaux, notamment celles de chats sauvages et des léopards. Ce qui est étrange, c’est que quelques momies de tailles différentes sont placées soigneusement dans des sarcophages. De même, la mission a découvert des statuettes en métal et en bois très bien conservées. Il y a aussi des momies de scarabées, de dynastinae (une espèce d’insecte appelée aussi « scarabées rhinocéros »), de crocodiles et d’autres animaux. C’est magnifique, car cette découverte suscite des discussions entre nous, les scientifiques. Nous cherchons les réponses à plusieurs questions, liées notamment à la présence des lions dans cette région d’Egypte et au fait de savoir comment ils étaient traités à l’époque ptolémaïque.

— La mission a indiqué que cette cachette remontait à l’époque tardive, non ptolémaïque. Qu’en pensez-vous ?

— Je pense que cette cachette remonte à la dynastie ptolémaïque, époque où il y avait des jardins zoologiques et où l’on avait l’habitude de faire des offrandes aux animaux sacrés.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire