Semaine du 28 novembre au 4 décembre 2018 - Numéro 1252
Mohamed Bouabdallah : L’innovation et l’accès à la technologie seront importants durant la prochaine période
  Mohamed Bouabdallah, conseiller de coopération et d'action culturelle et directeur de l'Institut Français d'Egypte (IFE).
Mohamed Bouabdallah
(Photo : Mohamad Adel)
Marwa Hussein, Gilane Magdi et Amani Gamal El Din28-11-2018

Le rôle de l’Institut français ne se limite pas à la formation culturelle. Nous soutenons le domaine de la santé en Egypte à plusieurs niveaux. Le premier est celui de la forma­tion à partir duquel l’IFE promeut des programmes de formation médicale spéciali­sée — DFMS/DFMSA et DES : les médecins et pharmaciens égyptiens spécialistes ou en cours de spécialisation peuvent postuler à ces formations en France.

Ces programmes, d’une durée de 6 mois à 5 ans, sont associés à des postes faisant fonction d’interne en hôpital. Ils permettent une transmission des compétences et des connais­sances des médecins français vers les médecins égyptiens qui reviendront exercer en Egypte. Par ailleurs, l’IFE a soutenu la signature d’un accord en 2017 entre l’hôpital militaire Al-Galaa et l’association AGIR pour la mise en place d’une for­mation destinée aux infirmiers par des infirmiers retraités fran­çais.

Le deuxième niveau concerne les recherches scientifiques. A ce stade, l’IFE finance des pro­grammes de coopération scien­tifique en matière de santé à travers des bourses doctorales, postdoctorales et le programme Imhotep qui soutient des projets de recherche franco-égyptiens.

Une longue coopération lie l’Université de Mansoura à la France, notamment grâce à Farha Al-Chennawi, professeure d’immunologie et directrice de la Banque des cellules souches. A son initiative, un accord de coopération a été signé en 2017 entre Mansoura et l’APHP — l’institution regroupant les hôpitaux publics de Paris et ses environs — dans le but de renforcer les liens franco-égyp­tiens dans ce domaine. Enfin, nous accompagnons les partenaires français et égyptiens dans la mise en place de conventions bilatérales. Au cours de la prochaine période, les entreprises françaises seront performantes dans ce domaine.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire