Semaine du 21 au 26 juin 2018 - Numéro 1230
Youssef Spahi : Il faut apprendre à découvrir la beauté avec ses diverses facettes
  Youssef Spahi, organisateur du concours Miss Egypt de 1998 à 2014, met l’accent sur le changement des critères de beauté en Egypte et à l’étranger. Interview.
Youssef Sepahi
Dina Darwich21-06-2018

Al-Ahram Hebdo : Quand vous avez organisé le concours de Miss Egypt, avez-vous attaché de l’importance à ce que l’élue porte les traits égyptiens ?

Youssef Spahi : On ne peut pas dire qu’il existe des traits typiquement égyptiens, car l’Egypte, qui occupe une position au milieu du monde, a été la cible de diverses vagues coloniales et un flux d’émigration au cours de l’Histoire. Il s’agit d’un métissage ethnique incessant, et donc le peuple égyptien en a été fortement était influencé. Résultat : la rue égyptienne est un mélange de traits diversifiés. Si les Nubiens ressemblent aux Africains, les habitants du gouvernorat de Mansoura, par exemple, ont des traits européens, alors que les Alexandrins portent des traits méditerranéens. Et donc, lorsqu’on choisissait la miss, elle pouvait être également blonde car les peaux blanches existent aussi. C’est pareil ailleurs comme en France par exemple où la miss est parfois une métisse.

— Bien que la plupart des femmes égyptiennes ne soient ni blondes ni portant des cheveux soyeux, la société a des critères standard de beauté, pourquoi ?

— Il s’agit de ce qu’on appelle oëdet al-khawaga (le complexe de tout ce qui est étranger). Cette situation existe à travers le monde. Les peuples ont une préférence pour les traits qui sont rares dans leur pays. Ce qu’il faut c’est apprendre à découvrir la beauté avec ses diverses facettes. Il n’y a pas de look spécifique pour expliquer la beauté.

— Pensez-vous que la situation change ?

— Rihanna, Beyoncé, Imany, Shakira, etc. les adeptes du nappy hair ont ouvert la voie au changement. Dans le monde arabe, c’est Myriam Farès qui a épaté les gens par sa beauté et son charme. Ces stars ont contribué à modifier les goûts et ont appelé les gens à découvrir d’autres critères de beauté. La nouvelle génération semble être différente. Au sein de l’Académie de modeling où je donne des cours pour les jeunes filles qui veulent devenir des mannequins, la plupart portent des cheveux bouclés. Et donc de nouveaux critères s’imposent et un nouveau goût se crée.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire