Semaine du 21 au 26 juin 2018 - Numéro 1230
Le défi de Carteron
  Ahli a nommé Patrice Carteron au poste de directeur technique pour les deux prochaines saisons. La mission de l’entraîneur français, connu en Afrique, ne sera pas facile.
Le défi de Carteron
Carteron, après la signature de son contrat avec Ahli. (Photo : Site officiel d’Ahli)
Mohamed Mosselhi21-06-2018

Ahli a nommé la semaine dernière le Français Patrice Carteron au poste de directeur technique. L’identité du nouvel entraîneur était la grande question au sein de la Citadelle rouge qui a mis presque un mois pour désigner le successeur de Hossam Al-Badri qui a démissionné le 15 mai dernier. Plusieurs entraîneurs avaient été pressentis pour remplacer Al-Badri avant que la direction d’Ahli n’opte pour Carteron. Ce dernier possède une large expérience du continent noir d’autant plus qu’il a entraîné la sélection malienne, avec laquelle il a terminé 3e de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2013. Après son succès avec le Mali, il a pris en charge l’équipe congolaise de TP Mazembe pendant trois saisons (2013-2016). Les deux titres du Championnat congolais obtenus en 2014 et 2016 et le titre de la Ligue des champions d’Afrique en 2015 confirment son grand travail avec les Corbeaux.

Après ces trois saisons, Carteron quitte le TP Mazembe pour la formation égyptienne de Wadi Degla en 2016 avant de se rendre en Arabie saoudite pour entraîner la formation saoudienne d’Al-Nasr. Sa dernière étape avant Ahli était l’équipe américaine de Phoenix Rising qu’il a quittée pour prendre en charge les Rouges. « C’est difficile de rejeter une offre d’un grand club comme Ahli. C’est une grande équipe qui peut être comparée aux géants européens Real Madrid et Barcelone », indique Carteron. « Je suis encore jeune et je suis avide d’exploits. Je suis sûr que je vais réaliser mes objectifs avec l’équipe et je serai à la hauteur de ma mission », ajoute l’entraîneur de 48 ans.

Carteron aura un grand défi à relever avec Ahli. Malgré les deux derniers titres du Championnat égyptien remportés par Ahli, Al-Badri était sous le feu des critiques après l’échec de l’équipe à la Ligue des champions d’Afrique. Pour la direction d’Ahli et ses supporters, le Championnat national n’est plus un exploit, vu que les Rouges possèdent un record de 40 titres. Plus important pour eux est le titre de la Ligue des champions d’Afrique, resté loin de la portée du club depuis 2013. Ahli était sur le point de regagner ce titre l’année dernière avant de perdre la finale contre les Marocains de Wydad de Casablanca 1-2. La défaite du champion d’Egypte 0-2 contre les Ougandais de Kampala lors des 8es de finale de la Ligue des champions d’Afrique en 2018 est à l’origine de la démission de Hossam Al-Badri, quelques semaines après avoir mené les Rouges à leur 40e titre national. « Notre premier objectif est de remporter le titre de la Ligue des champions. C’est le grand défi pour le club et le nouveau directeur technique », a déclaré Mahmoud Al-Khatib, le président d’Ahli.

Mission difficile

La mission de Carteron ne sera pas facile, vu la situation critique des Rouges après deux rencontres. Avec son nul vierge à domicile face à l’Espérance de Tunis et sa défaite à l’extérieur contre Kampala City, les Rouges sont derniers de leur groupe avec un seul point, trois points derrière l’Espérance qui est installé à la tête du groupe. Vu cette situation critique, Ahli n’a pas le droit à l’erreur dans le reste de la compétition africaine. Le moindre faux pas risque de coûter cher à l’équipe qui cherche à décrocher l’un des deux tickets qualificatifs pour le tour suivant. Carteron va commencer son parcours avec une rencontre difficile le 28 juillet prochain contre Township Rollers (Botswana) qui occupe la deuxième place dans le groupe avec trois points. Il est clair que le facteur temps n’est pas de son côté, mais les supporters attendent beaucoup de lui lors de cette rencontre qui sera son premier test avec l’équipe.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire