Semaine du 21 au 26 juin 2018 - Numéro 1230
Favoris de l’Hebd
Névine Lameï21-06-2018
 
 

Les favoris de l’Hebdo

1. Musique. La Fête de la musique, organisée au Caire par l’Institut français d’Egypte depuis 26 ans, est devenue au fil des années un événement attendu par le grand public de la capitale égyptienne. Ses objectifs sont toujours les mêmes : le soutien à l’émergence de la jeune scène musicale égyptienne, la promotion des musiques actuelles françaises devant le public cairote et le développement des échanges franco-égyptiens dans le domaine musical. Au programme cette année : Ali Baghdady et Chérine Abdo, les deux lauréats du tremplin « Mounirat Al-Fan », lancé en 2018 par l’Institut français d’Egypte, en partenariat avec la salle de concert parisienne FGO-Barbara. Chérine Abdo est une jeune chanteuse explorant de nouveaux territoires pour les musiques actuelles égyptiennes. Avec son groupe, elle réinvente le folk, le rock et le jazz avec des compositions originales imprégnées de la musique classique arabe. Quant à Ali Baghdady, après avoir oeuvré au sein d’un groupe de reprises de Tom Waits pendant plusieurs années, il entame en 2015 un projet solo de musique contemporaine et électronique prenant racine dans les traditions égyptiennes. A travers ses compositions, Ali cherche à transcender la dualité des cultures et du temps, et à atteindre une harmonie réparatrice. Les troupes participant à la fête : Al-Qasar, qui propose un groove rétro influencé par les genres musicaux qui ont traversé l’Orient, est composée de six musiciens aux origines différentes. Le groupe rend hommage à la pop psychédélique des années 1970 du Moyen-Orient. Mariant un son garage rock old-school et des instruments traditionnels du monde arabe. Hawas est une troupe égyptienne indépendante qui explore de nouvelles dimensions musicales en mélangeant les genres. Ses musiciens créent notamment de subtils mariages entre les instruments traditionnels orientaux et les codes de rock et de pop. Et Acid Arab, ce célèbre groupe de musique électronique parisien a conquis les festivals européens et les clubs depuis plusieurs années. Leur musique prend sa source dans la culture arabe et dialogue avec les genres techno, acid house et disco. Au Parc d’Al Azhar. Le 22 juin, à partir de 18h30.

Les favoris de l’Hebdo

2. Cinéma. La Bibliothèque d’Alexandrie consacre un cycle réservé aux films du réalisateur Youssef Chahine (1926-2008). Libre comme le vent, Chahine n’a de cesse dénoncé la censure et l’intégrisme. Ses films ont toujours été une occasion de se pencher sur son passé et de le dévoiler au public. Au programme de la semaine : Iskindériya Leh ? (Alexandrie pourquoi?, 1977), le premier volet d’une trilogie autobiographique, Hadouta Masriya (une histoire égyptienne) et Iskindériya Kaman We Kamam (Alexandrie encore et toujours, 1990). Et Les 24, 25 et 26 juin, à 19h.

3. Conférence. A l’occasion de sa disparition, l’Institut français d’Egypte, Mounira, célèbre la mémoire d’Albert Cossery, aux côtés de son éditrice française, Joëlle Losfeld. Ecrivain de langue française, né dans une famille originaire de Syrie, Cossery est connu par ses récits qui se déroulent dans son Egypte natale, ou dans un pays imaginaire du Proche-Orient, bien qu’il ait vécu la plus grande partie de sa vie à Paris. Surnommé le « Voltaire du Nil » pour son ironie à l’égard des puissants, Cossery a rendu hommage aux humbles et aux inadaptés de son enfance cairote et fait l’éloge d’une forme de paresse et de simplicité très éloignées des canons de la société contemporaine occidentale. Le 25 juin, à partir de 19h au théâtre Rawabet. Et le 24 juin, à partir de 18h à l’IFE, Mounira.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire