Semaine du 21 au 26 juin 2018 - Numéro 1230
Hicham Nasr : L’Egypte compte sur l’haltérophilie et les sports de combat
  L’Egypte participe du 22 juin au 1er juillet aux 18es Jeux Méditerranéens (JM) de Tarragona en Espagne. Entretien avec le chef de la délégation égyptienne, Hicham Nasr, président de la Fédération égyptienne de handball et membre du Comité olympique.
Hicham Nasr
Doaa Badr21-06-2018

Al-Ahram Hebdo : Quelle est la composition de la délégation égyptienne aux Jeux Méditerranéens (JM) qui ont lieu du 22 juin au 1er juillet à Tarragona (Espagne) ?

Hicham Nasr : L’Egypte disputera les JM de Tarragona avec une forte délégation composée de 170 athlètes (110 hommes et 60 dames), 94 arbitres et 17 administratifs. L’Egypte participera dans 21 disciplines sportives sur les 33 inscrites au programme des jeux. Il est à noter que ces JM ont lieu du 22 juin au 1er juillet dans 33 disciplines disputées dans 16 sites différents, avec la participation de près de 4 000 athlètes représentant 24 pays. Le Comité olympique égyptien a choisi 21 sports, dont le tir à l’arc, l’escrime, le volley-ball, le handball, l’aviron, le canoë-kayak, la voile, la boxe, la lutte, le judo, le taekwondo, l’haltérophilie, le karaté, la gymnastique, la natation, l’équitation, le triathlon, le tennis de table, le badminton, l’athlétisme et le tir.

Pourquoi ces disciplines en particulier ?

— Le Comité olympique égyptien a choisi les disciplines phare, celles qui ont l’habitude de récolter le plus grand nombre de médailles. Vu la situation économique en Egypte, nous avons diminué au maximum la délégation égyptienne. Nous avons demandé aux fédérations d’envoyer seulement les noms des athlètes capables de remporter des médailles aux JM. Mais pour quelques disciplines, ces Jeux représentent une étape de préparation pour une compétition plus importante. Par exemple, en handball dames, nous avons envoyé l’équipe junior qui prépare le Championnat du monde junior.

Affrontez-vous des problèmes concernant la participation égyptienne ?

— Malheureusement, il existe de grands problèmes concernant l’inscription auprès du Comité organisateur. Jusqu’à présent, quelques athlètes égyptiens ne sont pas encore inscrits. De plus, quelques athlètes et quelques entraîneurs n’ont toujours pas obtenu leur visa de l’ambassade d’Espagne. Mais nous travaillons pour résoudre ces problèmes.

Comment se déroule la préparation pour ces Jeux ?

— La préparation varie d’une discipline à l’autre. Chaque fédération a son programme de préparation. Mais la plupart des athlètes ont disputé des tournois internationaux et ont effectué des stages de préparation. Par exemple, l’haltérophilie a effectué un camp de préparation en Ouzbékistan durant lequel les athlètes ont amélioré leurs records personnels. Le taekwondo et le karaté ont participé à plusieurs compétitions internationales durant lesquelles les athlètes avaient décroché des médailles.

Lors de la dernière édition des JM, l’Egypte avait réalisé un record en remportant 74 médailles dont 24 d’or. Rééditer cet exploit sera-t-il possible ?

— A Tarragona, la moyenne d’âge des athlètes égyptiens sera de 23 ans. Contrairement aux éditions précédentes, nous comptons cette fois-ci sur les jeunes. Une grande partie des athlètes égyptiens considère ces Jeux comme une étape de préparation pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) qui auront lieu en octobre prochain en Argentine. Donc le fait de rééditer l’exploit de la dernière édition paraît impossible.

Comment voyez-vous la performance égyptienne aux JM 2013 ?

— Aux JM de Mersin, en Turquie 2013, l’Egypte avait terminé 5e au tableau des médailles devançant tous les pays africains et arabes. L’Egypte a glané 74 médailles dont 24 d’or. A Mersin, l’Egypte était représentée par une grande délégation formée de 176 athlètes dans 21 disciplines. Seules 14 disciplines ont décroché des médailles. Comme on pouvait s’y attendre, c’est l’haltérophilie qui a remporté le plus de médailles. Avec 26 médailles (10 d’or, 9 d’argent et 7 de bronze). L’haltérophilie a recueilli à elle seule la moitié des médailles d’or remportées par l’Egypte dans cette compétition, soit 10 médailles sur un total de 21 médailles. Comme prévu, le karaté a occupé la 2e place en nombre de médailles après l’haltérophilie. Il a totalisé 11 médailles. La lutte, l’autre grande spécialité égyptienne, occupe la 3e place avec 11 médailles (une d’or, 4 d’argent et 6 de bronze).

A Tarragona, quel est le but de l’Egypte et quelles sont les disciplines phare ?

— Bien sûr notre but est de remporter le plus grand nombre de médailles possible. Nous comptons, je le rappelle, sur les disciplines phare, celles qui sont habituées au podium comme l’haltérophilie, le karaté, la lutte, le taekwondo, la boxe et le judo. Ainsi, l’haltérophilie et les sports de combat privilégient l’Egypte, il faut se concentrer le plus possible sur ces disciplines.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire