Semaine 26 juillet au 1er août 2017 - Numéro 1185
A la recherche d'un compromis
Ola Hamdi26-07-2017
 
  Les autorités ont reporté l’exécution de l’ordre de démolition de bâtiments contrevenants de Warraq. En attendant, les initiatives se multiplient pour apaiser les tensions avec les habitants.

« Il y a environ 700 cas d’empiétement sur les terrains de l’Etat, qui appartiennent en majorité au ministère de l’Agriculture, outre les 4 feddans qui appartiennent au ministère de l’Irrigation, et les 10 au ministère des Waqfs (biens religieux) », a précisé le gouverneur de Guiza, Kamal Al-Dali, justifiant la campagne menée le 16 juillet sur l’île. Il a, en outre, demandé aux occupants de l’île de présenter les documents de propriétés au gouvernorat pour vérifier leur véracité. Pour sa part, le député Ahmad Youssef a proposé la tenue d’une réunion entre le gouverneur et les représentants de 10 grandes familles de l’île, à la recherche d’une issue à cette crise. « La crise sera résolue bientôt. Les déclarations du gouvernement sont rassurantes et ont barré la route aux rumeurs véhiculées sur la volonté de l’Etat de chasser les habitants de l’île pour l’investissement. Les habitants de l’île sont des gens qui ont des droits, et leurs droits doivent être défendus conformément à la loi », a affirmé Youssef, appelant à donner le temps au gouvernement de mieux examiner l’affaire. Mais tout le monde ne voit pas l’affaire du même oeil. Le député Gamal Abdel-Aal, membre de la Coalition du soutien de l’Egypte, trouve évident de respecter l’Etat de droit. « Ce n’est plus admissible de fermer les yeux sur les contraventions et l’atteinte aux lois. Si les gouvernements successifs ont fermé auparavant les yeux sur ces abus, aujourd’hui, le régime affiche une volonté de combattre tout genre de corruption. Ce n’est pas par la force que les agresseurs des terrains de l’Etat vont défendre à tort leur statut illégal », insiste-t-il.

A la recherche d’un compromis, des députés du quartier de Warraq se sont rendus à l’île pour discuter avec ses habitants des solutions et des alternatives. Certains d’entre eux ont proposé la formation d’un comité regroupant des membres habitant l’île et des députés pour étudier l’affaire et négocier avec le reste des habitants. Jusqu’à présent, rien de concret n’a été annoncé.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire