Semaine 26 juillet au 1er août 2017 - Numéro 1185
Egypte en bref
26-07-2017
 
 

Sinaï

30 éléments terroristes ont été tués, 12 véhicules et 19 dépôts d’armes ont été détruits, dans la péninsule du Sinaï cette semaine au cours d’opéra­tions de sécurité, a annoncé le porte-parole de l’armée, colonel Tamer Al-Réfaï. Cinq autres personnes ont été arrêtées lors du siège imposé par les forces armées à Al-Arich, chef-lieu de la province du Nord-Sinaï, et les villes de Cheikh Zoweid et Rafah, a ajouté l’armée. Depuis la destitu­tion en 2013 du président Mohamad Morsi, des groupes extrémistes mul­tiplient les attentats contre les forces de sécurité, notamment dans le Sinaï.

Attentat

Un convoi de la police, dans la province du Fayoum, a été visé cette semaine par des inconnus, tuant un officier et en blessant 3 autres. L’attentat a été revendiqué par le Hasm, un groupuscule islamiste affi­lié aux Frères musulmans. Le lende­main, la police a tué deux membres du groupe à environ 50 km au sud du Caire, dans la province du Fayoum, dans des échanges de tirs au moment où les forces de sécurité tentaient de les arrêter, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.Selon le ministère, « ils figuraient parmi les plus importants chefs du groupe Hasm », qui a revendiqué plusieurs assassinats et attentats contre les forces de sécurité au Caire et dans le Delta du Nil (nord).

Verdict

La Cour d’assises du Caire a condamné à mort, samedi 22 juillet, 28 personnes reconnues coupables d’implication dans l’assassinat, en juin 2015, du procureur général Hicham Barakat. 15 autres accusés dans cette affaire ont écopé des peines de prison à perpétuité, et 15 autres ont été condamnés à des peines de prison renforcée de 10 ans. La Cour d’assises avait, en juin, sol­licité l’avis du grand mufti du Caire, l’une des plus hautes autorités reli­gieuses du pays, comme le veut la loi. La demande portait sur 31 condamnations à mort. Hicham Barakat avait été tué par l’explosion d’un véhicule piégé au passage du convoi qui le transportait dans la capitale.

Diplomatie

Le ministère des Affaires étran­gères a reproché aux Etats-Unis d’avoir mis en garde ses ressortis­sants contre tout voyage en Egypte en raison de la menace posée par « les terroristes et les organisations politiques violentes ». Mercredi, le département d’Etat américain avait mis en garde les ressortissants amé­ricains, en leur rappelant les risques qu’il y avait à se rendre en Egypte en raison des « menaces terroristes » et « des groupes d’opposition politique violents ». L’ambassade d’Egypte à Washington avait remis une lettre de protestation au département d’Etat américain suite à cet avertissement. Dans un communiqué de presse, le porte-parole du ministère, Ahmad Abou-Zeid, s’est dit « très surpris de voir les Etats-Unis émettre un tel avertissement envers l’Egypte, mais pas envers d’autres pays ayant connu des attentats terroristes simi­laires ». L’Egypte reproche surtout aux Etats-Unis d’avoir mentionné des actes terroristes vieux de plu­sieurs années, sans cependant en préciser la date, donnant ainsi une impression fausse à ceux qui lisent l’avertissement


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire