Semaine du 21 au 27 décembre 2016 - Numéro 1156
IDÉES en bref
21-12-2016
 
 

Libération
Ahmed Naji, jeune écrivain égyptien de 30 ans, condamné à deux ans de prison pour « atteinte à la pudeur », a vu dimanche sa peine suspendue par le tribunal d’assises du Sud du Caire. « Le tribunal a déclaré la suspension de la peine de prison de deux ans et a interdit à Ahmed Naji de voyager. Le tribunal a fixé le 1er janvier 2017 pour décider si l’affaire doit être à nouveau jugée », a expliqué le juriste Khaled Ali, de l’équipe de défense de Naji. Lauréat du prix PEN/Barbey Freedom to Write, en 2016, Ahmed Naji est libre pour le moment. L’histoire commence en 2014 lorsque le journal Akhbar Al-Adab publie un extrait de son roman. Le passage publié comprenait des scènes de consommation de drogue et d’activités sexuelles. Chose qui « détruit les valeurs sociales », selon la plainte déposée en 2014, par un lecteur égyptien de 65 ans. En janvier 2016, l’écrivain avait été acquitté, avant que l’accusation ne revienne à la charge et qu’il ne soit finalement condamné. Sa condamnation est considérée par les activistes des droits de l’homme comme une atteinte à la liberté d’expression.

Prix
La Fondation Sawirès pour le développement social et le conseil d’administration du prix culturel Sawirès ont annoncé la courte liste des ouvrages en lice pour la 12e édition du prix Sawirès pour la créativité littéraire. Il s’agit de six ouvrages dans la catégorie des jeunes romanciers à savoir, Mandorela d'Ahmad Al-Fakharani, Khayrallah Al-Gabal, de Alaa Farghali, Attared (mars) de Mohamad Rabei, Al-Singhali (le Sénégalais) de Moustapha Moussa, Ala Firache Freud (sur le lit de Freud) de Nahla Karam et Saëd Al-Malaëka (le chasseur des anges) de Heidra Guirguis. Dans la catégorie des jeunes nouvellistes, la liste regroupe Al-Gentleman Yofaddel Al-Qadaya Al-Khasséra (le gentleman préfère les affaires perdantes) d’Ahmad Magdi Hammam, Ganaza Okhra Li Ragol Wahid (autre funéraille pour un homme solitaire) de Doaa Ibrahim, Al-Batala La Yagueb An Takoun Badina (l’héroïne ne doit pas être grosse) de Chérine Fathi, Salas Tamarine Maktouba Li Milan Kundera (trois exercices écrits de Milan Kundera) de Taha Abdel-Moneim, Sarab Azraq (mirage bleu) de Mohamad Nouh Abdel-Salam, Adouda de Hind Gaafar. Pour ce qui est des jeunes scénaristes, la liste courte a rassemblé Dina Abdel-Salam, Sayed Omar, Chérif Zoheiri, Hala Salah et Hayssam Dabbour. Les lauréats dans les sept catégories seront annoncés le 9 janvier 2017, dans la Petite salle de l’Opéra du Caire. La première édition du prix culturel Sawirès a vu le jour en 2005, visant à sélectionner les meilleurs ouvrages littéraires pour des grands et jeunes écrivains et romanciers égyptiens.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire