Semaine du 14 au 20 décembre 2016 - Numéro 1155
Qalaoun désormais hors de danger
  Le ministère des Antiquités a réussi à protéger le complexe mamelouk de Qalaoun, situé dans Le Caire historique, d'une montée anormale des eaux souterraines.
Qalaoun désormais hors de danger
Nasma Réda14-12-2016

Considéré comme l’une des plus magnifiques structures érigées par les Mamelouks en Egypte, le complexe de Qalaoun, situé dans le vieux Caire, vient de retrouver son éclat originel. « Le comité chargé du Caire his­torique vient tout juste d’achever les restaurations du complexe de Qalaoun », explique Mohamad Abdel-Aziz, directeur du projet du Caire historique.

A l’origine de ces restaura­tions, la forte montée des eaux souterraines de ces derniers mois, qui menaçait sérieusement le célèbre complexe mamelouk. Certains murs et meubles de l’édifice ont d’ailleurs été endommagés. Situé dans la rue Moezz, le complexe de Qalaoun, fondé en 1280 par le sultan Al-Mansour Seiffeddine Qalaoun, se compose d’un mau­solée, d’une madrassa (école) et d’un bimaristan (hôpital). Il marque les débuts d’un nouveau mouvement architectural : le style mamelouk. Cependant, ce joyau historique était jusqu’il y a peu de temps dans un état déplo­rable. « Nous avons constaté qu’à cause de la montée des eaux, le taux d’humidité avait atteint un niveau plus qu’anor­mal, et que des traces de sel étaient apparues sur les murs », explique Abdel-Aziz. La pre­mière étape, décrit-il, a été d’analyser la provenance de ces eaux. « Nous nous sommes assu­rés que ce n’était pas des eaux d’égouts, mais bien le résultat d’une montée naturelle du niveau des nappes phréatiques », pré­cise-t-il. La compagnie Al-Moqaouloun Al-Arab a pris en charge le repérage des zones d’évacuation des eaux souter­raines qui étaient bloquées. « Bien que les travaux de drai­nage n’aient duré qu’un mois, l’accumulation de sel et l’aug­mentation du taux d’humidité sur les murs ont inquiété des respon­sables du ministère des Antiquités », souligne Waad Abdel-Al, directeur du projet. Le ministère des Antiquités a demandé de faire une estimation d’urgence des dégâts qu’avait subis le précieux bâtiment, ainsi que tous les autres édifices histo­riques de la rue Moezz.

Ce n’est pas la première fois que le complexe de Qalaoun est restauré. En 2007, le ministère des Antiquités avait établi un programme de restauration pour le complexe d’un budget de 37 millions de L.E. qui comprenait la consolidation des murs, des sols et la restauration des boise­ries et des décorations de l’édi­fice.

Qui est Qalaoun ?

Al-Mansour Seiffeddine Qalaoun, né en 1222, était un Mamelouk turc, acheté par le prince ayyoubide Aqsunqur. Il a participé avec l’armée mamelouke à la bataille de Aïn-Galut en 1260 contre les Mongols. Il accéda au trône d’Egypte en 1279. Son nom signifie le roi victorieux. Qalaoun était connu comme un souverain sévère. Son règne a duré 11 ans. Il est mort en 1290 et il a été enterré dans son propre mausolée en forme de dôme. Au cours de son règne, l’archi­tecture musulmane se développa jusqu’à acquérir le raffinement qu’on lui connaît aujourd’hui. Qalaoun a construit son complexe en pierre et en marbre. Sa façade principale mesure 67 m de long et 20 m de haut. Son fils, le sultan Al-Nasser Mohamad, a ajouté, en 1326, une fontaine commémorative à l’honneur de son père Qalaoun. Celui-ci a également restauré en 1303 le minaret qui compte trois niveaux, deux en forme carrée et le troisième en forme circulaire, après qu’un tremblement de terre l’endommagea en 1302. La mos­quée est la partie la mieux conservée du complexe. Son mausolée est sans doute le plus original des mausolées mamelouks.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire