Semaine du 14 au 20 décembre 2016 - Numéro 1155
La joie de rentrer au pays
  Les habitants de Cheikh Zoweid ont acceuilli avec satisfaction la décision de leur relogement.
La joie de rentrer au pays
Les habitants se sentent plus en sécurité.
Ahmad Sélim14-12-2016

Cheikh Zoweid, Correspondance —

La décision d’autoriser les habitants de Cheikh Zoweid à regagner leurs logements a donné lieu à des débordements de joie de la part des habitants de Cheikh Zoweid qui attendaient avec impatience de pouvoir rentrer chez eux. En 2015, l’armée avait fait évacuer les habitants de Cheikh Zoweid, trop proche des zones d’activités terroristes du Nord-Sinaï. Suite à cette mesure préventive, les habitants avaient été relogés temporairement dans des zones déclarées sûres en attendant l’aval des autorités pour revenir chez eux. Après plus d’un an d’attente, les autorités ont enfin déclaré que la zone incluant le village de Cheikh Zoweid était exempt d’activités terroristes, et que les villageois pouvaient retourner sur leur terre.

De nombreux habitants ont dressé des drapeaux au-dessus de leurs maisons en signe de joie. Hussein Mohamad Aboul-Hamayda, un habitant de Cheikh Zoweid, témoigne : « Dans ces mêmes rues, où il y a encore quelque temps on avait peur de sortir et de recevoir une balle perdue ou d’être kidnappé, on peut à nouveau marcher et vivre normalement », avoue-t-il. Hassan Abou-Rayach, un autre villageois, scrute, lui, les environs. « J’ai gardé ce réflexe de surveiller les accès du village. Mais malgré les apparences je me sens en sécurité. Je sais que si le gouvernement nous a autorisés à revenir c’est que le secteur est sous contrôle. Et même si nous avons tous beaucoup souffert de cet exode, je suis content que ma famille et mes amis soient tous sains et saufs. Cette évacuation était sûrement nécessaire pour qu’aujourd’hui on arrive à ce résultat », dit Hassan qui estime le nombre d’habitants déplacés à 40 000.

La situation était intenable

Cheikh Awad Abou-Akkour, un autre villageois, confie que la première chose qu’il a faite en rentrant chez lui a été de remercier Dieu. « Je suis vraiment content de la façon dont les choses se sont passées. Les organismes de sécurité ont fait un très bon travail parce que reloger 40 000 n’est pas une mince affaire, et même si nos conditions de vie cette dernière année ont été difficiles nous nous en sommes bien sortis », déclare Cheikh Abou-Akkour. Salma, une mère de famille de 7 enfants, revient sur l’insécurité qui les a obligés à fuir de Cheikh Zoweid. « La situation il y a un an était intenable. Les activités terroristes autour du village étaient très intenses. De temps en temps des balles perdues touchaient les enfants de nos voisins et nous contraignaient à rester à l’intérieur de nos maisons. Au moment où le gouvernement a décidé d’évacuer le village, nous avons loué un appartement à Al-Arich, où beaucoup de familles sont parties se réfugier. Nous recevions des aides de particuliers ou d’institutions caritatives et le gouverneur nous a aidés à inscrire nos enfants dans les écoles d’Al-Arich » affirme-t-elle. Pour hadj Farouk, un commerçant de Cheikh Zoweid, ce jour est une fête. « Nous allons reconstruire tout ce que le terrorisme a détruit et avec plus d’acharnement que si rien ne s’était passé. Je suis convaincu que l’économie du village va reprendre de plus belle », a-t-il déclaré, enthousiaste.

Les habitants de Cheikh Zoweid ont tous été marqués par l’expérience du déracinement, mais il semble clair pour eux que la disparition des activités terroristes dans leur région est la chose la plus importante. Ils sont convaincus que cette évacuation était la bonne chose à faire et se réjouissent car ils savent aujourd’hui qu'ils vont pouvoir reprendre leur vie en main.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire