Semaine du 21 au 27 septembre 2016 - Numéro 1143
Jeux paralympiques : Bonne récolte pour l’Egypte
  L’Egypte a raflé 12 médailles dont 3 d’or aux Jeux paralympiques de Rio, qui se sont achevés le 18 septembre.
Jeux paralympiques : Bonne récolte pour l’Egypte
Les haltérophiles Chérif Osmane et Randa Tagueddine ont battu les records du monde paralympiques en remportant des médailles d'or.
Mirande Youssef21-09-2016

Le rideau est tombé sur la 15e édition des Jeux paralympiques qui se sont déroulés du 7 au 18 septembre dans la capitale brésilienne. Parmi les 176 nations qui y ont participé, 75 pays figurent sur le tableau des médailles, dont 21 pays africains et arabes. La Chine a été la nation star, terminant la compétition avec 239 médailles, dont 107 d’or, suivie par l’Angleterre, avec 147 médailles dont 64 d’or. L’Ukraine arrive en troisième position avec 117 médailles dont 41 d’or.

Bien que représentée par une petite délégation de 44 athlètes dans 5 disciplines à savoir l’athlétisme, l’haltérophilie, le volley-ball assis, le tennis de table, et pour la première fois la natation, l’Egypte réalise une performance assez bonne avec 12 médailles au total dont 3 d’or, 5 d’argent et 4 de bronze. « L’Egypte a occupé la 30e place au tableau final. Elle n’a pas pu améliorer son classement par rapport à l’édition de Londres 2012 où elle avait terminé 28e avec un total de 15 médailles. Mais on ne peut pas nier que nous avons réalisé notre objectif en raflant 12 médailles paralympiques », explique Hayat Khatab, présidente du Comité égyptien paralympique. « Il est vrai que l’Egypte n’a pas pu remporter le même nombre de médailles que lors de l’édition précédente, mais certains athlètes ont réalisé des records importants comme l’haltérophile Chérif Osmane (-59 kg) qui a battu l’ancien record paralympique jusque-là arrêté à 193 kg, en soulevant 211 kg. Idem pour Randa Tagueddine qui a créé la surprise en remportant l’or en soulevant 130 kg et battant un nouveau record paralympique ». Il est à noter que la meilleure performance égyptienne a été réalisée aux Jeux paralympiques d’Athènes 2004 où le pays avait remporté 22 médailles, 6 d’or, 8 d’argent et 8 de bronze.

L’haltérophilie poursuit son élan

Jeux paralympiques : Bonne récolte pour l’Egypte
Les haltérophiles Chérif Osmane et Randa Tagueddine ont battu les records du monde paralympiques en remportant des médailles d'or.

Cette performance tout à fait honorable est entre autres due aux bons résultats de l’haltérophilie qui a remporté à elle seule 10 médailles, 3 d’or, 5 d’argent et 3 de bronze, soit une médaille d’or en moins par rapport à Londres 2012. Depuis des années, l’haltérophilie est la discipline phare de l’Egypte. Les champions paralympiques Chérif Osmane (-59 kg), Mohamad Al-Dib (-97 kg) et Randa Tagueddine (-86 kg) ont raflé les trois seules médailles d’or qu’a remportées l’Egypte. Cette excellente performance a été réalisée par les haltérophiles de la nouvelle génération comme Randa Tageddine, 29 ans, médaillée d’or et Réhab Ahmad, 25 ans qui a remporté une médaille d’argent. « C’est un réel exploit pour ces deux jeunes haltérophiles. Elles sont l’espoir de la nouvelle génération de l’haltérophilie égyptienne. Nous les avons bien préparées et elles prendront la relève sans problème des anciens, qui commencent à toucher au bout de leur carrière », explique Emad Bahgat, directeur technique de la sélection d’haltérophilie.

La vraie déception de cette édition est la championne paralympique Fatma Omar, qui détient le record de médailles d’or obtenues aux Jeux paralympiques. Elle n’a pas réussi à décrocher l’or dans sa catégorie (-61 kg) et a remporté l’argent en soulevant 140 kg. La compétition face au Nigeria a été très rude. Fatma a été devancée par la Nigériane Lucie Ejike qui a soulevé 142 kg. « Il y a quelques années, la Chine dominait cette discipline, mais à partir de l’édition de Londres, le Nigeria a pris le dessus. Désormais ce sont eux qui dominent le podium », explique Emad Bahgat.

Grâce à leurs performances, les Egyptiens ont conservé pour la troisième année consécutive la deuxième place de la compétition. La Chine a partagé la deuxième place avec l’Egypte avec 3 médailles d’or, et a été suivie par l’Iran avec 2 médailles d’or.

Mais si l’haltérophilie a réalisé une très belle édition, l’athlétisme n’a pas pu rééditer ses performances londoniennes qui avaient permis de remporter 3 médailles, une d’argent et 2 de bronze, en javelot et en disques. Lors de cette édition, l’Egypte a arraché une seule médaille d’argent grâce à l’athlète Mohamad Moustapha Fathallah en 100 m course. Il a été devancé par le Sud-Africain, Charles du Toit, médaillé d’or et a été suivi par un autre Sud-Africain, Van Der Merwe, qui a remporté le bronze. Avec cette performance, l’Egypte reste très loin de sa performance des JO d’Athènes où elle avait obtenu 8 médailles paralympiques. « On ne s’attendait pas à ce résultat car notre objectif était de remporter entre deux et trois médailles surtout que la délégation comprend 7 athlètes, dont 5 très expérimentés. Les deux autres font partie de la nouvelle génération dont le médaillé d’argent Mohamad Abdel-Latif qui a 29 ans. La forte concurrence face aux grandes nations de la discipline comme la Chine et la Grande-Bretagne a été l’une des causes principales de notre défaite », explique Hamdi Abdel-Réhim, directeur technique de la sélection d’athlétisme. Il ajoute qu’un bilan sera dressé après les Jeux afin de connaître les raisons de ce mauvais résultat.

Exploit pour le volley

La meilleure performance a été réalisée par les volleyeurs qui ont réussi à rééditer l’exploit d’Athènes 2004 où ils ont remporté une médaille de bronze. Ils ont pu donc améliorer leur performance après une 6e place à Londres 2012, et une 4e place à Pékin 2008. « Bien que l’Egypte fasse partie du groupe A qui regroupait des sélections très fortes comme l’Allemagne, le Brésil et les Etats-Unis, elle a fait un parcours très réussi en remportant trois matchs contre l’Allemagne 3-2, le Brésil 3-2, et les Etats-Unis 3-0. En demi-finale, l’Egypte a été battue par la Bosnie-Herzégovine qui a remporté l’argent 0-3. L’Egypte a décroché une médaille de bronze en battant le Brésil 3-2 », explique Mansour Al-Mohamadi, directeur technique de l’équipe. Cette performance est le fruit d’une très bonne préparation assurée par le Comité paralympique qui leur a fourni un expert hollandais et un programme de préparation très riche.

Les pongistes, eux, n’ont pu réaliser ni l’exploit de Londres 2012 où ils ont raflé une médaille de bronze, ni la même performance d’Athènes 2004, et de Pékin 2008 où ils ont obtenu une 4e place. A Rio, deux pongistes Ihab Fetir et Hassan Tolba ont atteint le stade des quarts de finale. Le premier a été battu par l’Allemand Valentin Baus 0-3, et le deuxième a été battu par le Serbe Mitar Palikaca 1-3. « C’est un vrai recul pour le tennis de table qui rêvait de rafler sa deuxième médaille paralympique après Londres 2012. La concurrence contre la sélection serbe qui a remporté la médaille de bronze a été féroce. La Serbie nous a surpris cette année par son niveau de jeu très élevé. Elle s’entraîne sous la houlette d’un directeur chinois. A noter que la Chine domine le podium paralympique de la discipline depuis des années », explique Khaled Ramadan, directeur technique de la sélection.

La natation qui participe pour la première fois aux Jeux paralympiques a réalisé une bonne performance. Le nageur Hani Abdel-Salam (50 m papillon) a été classé 10e avec un temps de 41.57, et la nageuse Ayatallah Tawfiq (50 m libre) a été classée 15e avec un temps de 38.71.

Les Africains et les Arabes assurent

La performance égyptienne n’est pas la seule à retenir l’attention. La prestation africaine et arabe, plus généralement, mérite d’être saluée. La meilleure nation africaine est le Nigeria qui a terminé à la 17e place avec 12 médailles dont 8 d’or, 6 en haltérophilie et 2 en athlétisme. Les Tunisiens ont brillé principalement en athlétisme avec 7 médailles d’or pour un total de 19 médailles. Ils ont été les stars des épreuves de course du 100 m et 1500 m. Walid Ktila médaillé d’or au 100 m, Abbes Saidi médaillé d’or en 1500 m et Somaya Sousaid médaillée d’or en 1500 m sont des noms à retenir. L’Afrique du Sud, elle non plus, n’est pas en reste avec 17 médailles dont 7 d’or.

A la suite de ces Jeux, une évaluation détaillée va permettre de mettre en évidence les points faibles de la délégation égyptienne et de déterminer les disciplines qui ont besoin de repenser leurs méthodes de travail. Il faut surtout travailler à la formation d’une nouvelle génération d’athlètes capables de mieux faire à Tokyo 2020.

Les médailles égyptiennes

Athlétisme :

Argent : Mohamad Moustapha Fathallah (100 m course)

Haltérophilie :

Or : Hommes : Chérif Osmane (-59 kg), Mohamad Al-Dib (-97 kg),

Femmes : Randa Tagueddine (-86 kg)

Argent : Hommes : Mohamad Ahmad (-107 kg), Amr Mossaad (+107 kg)

Femmes : Réhab Ahmad (-50 kg), Fatma Omar (-61 kg)

Bronze : Hommes : Chabaane Ibrahim (-65 kg)

Femmes : Amal Mahmoud (-67 kg), Amani Ali (-73 kg)

Volley-ball assis :

Bronze

Tableau de médailles




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire