Semaine du 8 au 14 juin 2016 - Numéro 1130
Les Egyptiennes tiennent le haut du pavé
  Au cours des deux dernières saisons, le sport féminin a réalisé des exploits inédits en Egypte. Et les Egyptiennes ont commencé à s'imposer sur la scène sportive internationale.
Les Egyptiennes tiennent le haut du pavé
Hédaya Malak et Séham Al-Sawalhi, parmi les stars de l'Egypte. (Photo : Mohamad Moustapha)
Doaa Badr08-06-2016

2015-2016, deux saisons parfaites pour le sport féminin en Egypte. Durant les deux dernières saisons, les filles égyptiennes n’ont cessé d’éblouir le monde en réalisant des exploits non seulement sur le plan africain et arabe, mais surtout sur le plan international. Aujourd’hui, les sportives sont devenues les stars des médias. Des exploits sont réalisés dans plusieurs disciplines, comme le taekwondo, la natation, le squash, l’haltérophilie, le karaté, le volley-ball et le foot féminin.

La saison 2015-2016 était la meilleure pour la jeune taekwondoïste Hédaya Malak (-57 kg), qui a réalisé un exploit sans précédent en se qualifiant pour les Jeux Olympiques (JO) de Rio de Janeiro à travers le classement olympique, après avoir remporté la médaille d’or lors de la finale du Grand Prix du Mexique. Ce succès est une grande surprise, car elle a battu les meilleures taekwondoïstes du monde, devenant ainsi la première taekwondoïste égyptienne à se qualifier pour les JO à travers le classement olympique en occupant la 3e place. Après une blessure, elle débute la saison en mars 2015 avec l’Open des Pays-Bas, puis celui d’Espagne, avant de disputer les Championnats du monde qui ont eu lieu en mai dernier en Russie. Pour la deuxième fois consécutive, elle termine 5e des Mondiaux après une défaite en quarts de finale. Après les Mondiaux, elle se distingue dans différents tournois en remportant des médailles d’or à l’Open de Pologne, aux Jeux militaires de la Corée du Sud et à l’Open du Kazakhstan. Elle remporte également des médailles d’argent à l’Open d’Australie et aux Jeux africains, ainsi que des médailles de bronze à l’Open d’Autriche, d’Indonésie et au Grand Prix de Russie. Elle a clôturé l’année 2015 avec une médaille d’or lors de la finale du Grand Prix. En 2016, elle a continué son élan en remportant la médaille d’argent à l’Open de Louqsor et la médaille d’or aux Championnats d’Afrique.

Idem pour la nageuse Farida Osmane, la star de la natation égyptienne. Elle a réalisé une première dans l’histoire de la discipline en terminant 5e du 50 m papillon aux Championnats du monde 2015. Aux Mondiaux 2013, elle s’était classée 7e, et en 2015, elle s’est classée 5e. Ces performances démontrent bien qu’elle est sur la bonne voie et qu’elle est très proche d’une médaille. Cette année, elle a réalisé une excellente saison aux Etats-Unis où elle étudie à l’Université de Berkeley en Californie. Elle s’est distinguée aux Etats-Unis en remportant un bon nombre de médailles et en battant à plusieurs reprises ses records personnels, égyptiens, arabes et africains. A cause de ses excellentes performances, elle a été désignée comme la meilleure nageuse africaine aux Etats-Unis.

Le squash, l’haltérophilie et le karaté

La joueuse de squash, Nour Al-Cherbini, actuelle n°1 mondiale, s’est également illustrée en devenant la première Egyptienne championne du monde de squash. Un grand exploit pour la jeune athlète qui a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire du sport féminin égyptien en devenant la première Egyptienne à avoir remporté un titre mondial de squash. De même, le squash mondial retiendra qu’Al-Cherbini est la plus jeune joueuse (20 ans) ayant réussi à remporter le Championnat du monde. Le squash féminin égyptien a réalisé d’autres exploits. En 2015, Ranim Al-Welili, actuelle n°3 mondiale, était la première Egyptienne à occuper la tête du classement mondial de la Fédération internationale de squash. Aujourd’hui, 4 Egyptiennes se trouvent dans le top 10 du classement mondial.

La jeune haltérophile de 18 ans, Sara Samir (63 kg), a également fait parler d’elle cette année en se classant 4e aux Mondiaux seniors de Chine en 2015, où elle a réussi à soulever 110 kg à l’arraché et 135 kg à l’épaulé-jeté. En 2015, elle remporte 3 médailles d’or aux Mondiaux juniors et 3 autres médailles d’or aux Jeux arabes. Les deux premiers exploits de Sara en 2015 en seniors étaient une médaille d’argent à la Coupe du monde en Chine et une 4e place aux Mondiaux. En 2014, Sara avait également brillé en remportant des médailles d’or dans tous les tournois qu’elle a disputés. Elle remporte 6 médailles d’or aux Championnats d’Afrique junior. Le vrai exploit interviendra aux Jeux olympiques de la jeunesse en Chine en 2014, où elle remporte une médaille d’or.

Quant à la jeune karatéka, Giana Farouq, elle a réalisé une première dans l’histoire du karaté mondial. Après avoir remporté la médaille d’or aux Championnats du monde juniors 2015, elle devient la première karatéka à remporter 5 médailles consécutives aux Mondiaux juniors et seniors. Un exploit jamais vu, puisqu’elle n’a perdu aucun match dans 5 Mondiaux consécutifs.

Le sport collectif a réalisé lui aussi quelques exploits féminins. La sélection nationale de Beach volley-ball a réalisé une première dans l’histoire de cette discipline en se qualifiant pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro pour la première fois dans son histoire. Les dames égyptiennes ont décroché leur ticket olympique, après avoir remporté les éliminatoires africaines en battant en finale le Rwanda. Cette équipe composée des joueuses telles Doaa Al-Ghobachi et Nada Moawad est conduite par Essam Moawad et Ahmad Abdellah.

Et enfin, la sélection nationale de foot féminin a fait une surprise en se qualifiant pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) après une longue période d’absence.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire