Semaine du 25 au 31 mai 2016 - Numéro 1128
Edfou fait peau neuve
  Restauré, le temple d'Edfou remontant à l'époque ptolémaïque a été inauguré le 13 mai.
Edfou fait peau neuve
Nasma Réda25-05-2016

Il a fallu trois ans d’aménagement et de restauration pour que le temple d’Edfou soit prêt à accueillir des visiteurs. Son inauguration a eu lieu la semaine dernière lors d’une grande cérémonie pour célébrer l’événement. Situé sur la rive ouest du Nil entre Assouan et Louqsor, ce temple était dédié au dieu faucon Horus et a été érigé à l’époque ptolémaïque, plus précisément sous Ptolémée III (père de Cléopâtre), vers 237 av. J.-C. Pour que ce temple revive, « il a fallu réduire le niveau des eaux souterraines qui menaçaient les fondations du site antique. Ceci a été fait en orientant les eaux souterraines vers un système de drainage spécial et les évacuer avant qu’elles n’affectent le temple lui-même. Ensuite, on a entamé une restauration globale qui confite en un renforcement des murs de l’édifice. Il y a eu aussi une restauration minutieuse des statues du temple », explique Mahmoud Afifi, directeur du secteur des antiquités anciennes au ministère des Antiquités.

Edfou fait peau neuve

Le temple d’Edfou, appelé également temple d’Horus, a été restauré avec la collaboration du ministère des Antiquités, celui du Logement, ainsi que le centre de recherches américain (USAID) qui a financé ce projet avec un fond de 25,5 millions de L.E.

Le chef du service des projets au ministère des Antiquités, Waad Abdel-Aal, explique qu’« il a fallu creuser huit puits autour du temple à des profondeurs qui dépassent les 8 mètres, pour pomper l’eau hors du temple et éviter son accumulation de nouveau ».

Edfou fait peau neuve

Au cours des travaux, une équipe d’archéologues égyptiens a fouillé la cour et la façade du temple. Ils ont mis au jour une collection de pots antiques, qui datent de l’Ancien Empire et de l’époque tardive. « Lors des travaux d’aménagement du site, les archéologues ont découvert des restes humains dispersés et enterrés dans le sable », souligne Nasser Salama, directeur des sites archéologiques à Edfou et à Assouan.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire