Semaine du 6 au 12 janvier 2016 - Numéro 1108
Zamalek : Le retour de Mido
  Ahmad Hossam « Mido » a été nommé comme nouveau directeur technique de Zamalek après le limogeage du Brésilien Marcos Paqueta. Un grand défi pour l’ancien entraîneur d’Ismaïli dans sa deuxième expérience avec les Blancs.
Mido
(Photo : Reuters)
Mohamad Mosselhi06-01-2016
Le feuilleton des entraîneurs de Zamalek continue avec la nomination d’Ahmad Hossam, dit « Mido », comme nouveau directeur technique de l’équipe, devenant ainsi le troisième entraîneur de l’équipe après seulement 9 journées. Cela a commencé avec le départ de l’excellent technicien portugais Jesualdo Ferreira, auteur du sacre de la saison dernière, quand les Blancs ont remporté le doublé pour la première fois depuis 1988. Ce dernier a quitté son poste en novembre dernier, préférant partir à cause des interventions du président du club dans les affaires de l’équipe. Avec Ferreira, Zamalek a enregistré 3 victoires et un nul vierge contre Assouan. Après le départ de Ferreira, le Brésilien Marcos Paqueta a été nommé comme directeur technique de l’équipe en décembre dernier, mais l’ancien sélectionneur de l’Arabie saoudite n’est pas resté pour longtemps à son poste. Après 5 rencontres aux commandes, Paqueta a été limogé pour mauvais résultats (2 victoires, 2 matchs nuls et une seule défaite). Le nul de 2-2 contre Maqassa a coûté au Brésilien son poste par ordre du président du club, qui a décidé que le Brésilien n’était pas à la hauteur de sa mission. Maintenant, l’ère de Mido va commencer avec la rencontre de l’équipe contre Enppi samedi prochain. Selon le président du club, le nouveau cadre technique de l’équipe sera renforcé par la présence de la grande star de Zamalek, Hazem Emam, sans préciser le poste que celui-ci va occuper. Certains disent qu’il sera directeur de l’équipe, alors que d’autres affirment qu’il va être l’adjoint de Mido dans sa première expérience en tant qu’entraîneur.

« Je ne pourrai pas dire non à mon club », a déclaré Hazem Emam après sa nomination au sein du cadre technique de l’équipe. « Je suis prêt à travailler pour mon club dans n’importe quel poste. Notre objectif est d’aider l’équipe à conserver les exploits de la saison dernière », ajoute-t-il. Mais la grande question est : Mido est-il capable de conduire une grande équipe comme celle de Zamalek ? Selon Mortada Mansour, président du club, l’ancien attaquant d’Ajax et de Tottenham possède une grande expérience. Et sa carrière en tant que joueur en Europe est un grand atout pour lui. En plus, Mido a bien parlé de lui-même comme entraîneur grâce à sa récente expérience à Ismaïli. Mido était en fait aux commandes d’Ismaïli au début de cette saison avant de démissionner de son poste il y a deux semaines, suite à un conflit avec la star de l’équipe Hosni Abd-Rabbo. Mais selon certains, son bilan avec Ismaïli n’était pas très satisfaisant : 4 victoires, 2 matchs nuls et 2 défaites. Par ailleurs, certains observateurs pensent que Mido est jeune. Il n’a pas l’expérience nécessaire pour entraîner une grande équipe comme celle de Zamalek. Ils pensent que son expérience avec Zamalek la saison avant-dernière n’était pas concluante. Les résultats de l’équipe prouvent son manque d’expérience.

Mido a débuté sa carrière d’entraîneur en 2013 à Zamalek qui possédait le meilleur effectif à l’époque. Mais contre tous les pronostics, l’équipe a beaucoup souffert dans le championnat et risquait de ne pas atteindre le dernier carré, le championnat de cette saison étant composé de 2 groupes. Après avoir atteint le mini-tournoi à quatre qui était mis en place pour définir le champion de la saison, l’équipe a subi 2 défaites, terminant à la troisième place derrière Ahli et Smouha. C’est vrai que Mido a réussi à remporter la Coupe d’Egypte après une victoire difficile contre Smouha 1-0, mais il a été limogé, cédant ainsi sa place à Hossam Hassan. Mais loin de ce débat, Mido a une bonne opportunité pour confirmer qu’il mérite son poste cette fois-ci, surtout que l’effectif de Zamalek, selon l’avis de la majorité des observateurs, est le plus riche parmi ses concurrents en Egypte. La balle est dans son camp.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire