Semaine du 18 au 24 novembre 2015 - Numéro 1101
Les tombes des nobles, ouvertes au public
  Le ministère des Antiquités inaugure trois nouvelles tombes à Qorna Mourraï, à Louqsor.
Les tombes des nobles, ouvertes au public
Tombe d’Amenhotep-Houy.
Nasma Réda18-11-2015

« Trois nouvelles tombes, celles d’Amenhotep-Houy, d’Amenemheb et d’Aménéminet vont enfin dévoiler leurs secrets au public », a annoncé Moustapha Waziri, directeur de la zone archéologique de Louqsor, lors de l’inauguration du sitedeQorna Mourraï, sur la rive ouest de Louqsor. Ces trois tombes, ouvertes pour la première fois, appartiennent à de hauts fonctionnaires.

La tombe qui porte le numéro TT 40 a été inaugurée après quatre ans de fouilles et de restauration. Il s’agit de la dernière demeure d’Amenhotep, dit Houy, qui fut vice-roi de Kouch dans la Haute-Nubie sous le règne du jeune Toutankhamon. Houy occupait l’une des fonctions les plus importantes de l’administration égyptienne sous le Nouvel Empire. Il s’agit d’une très petite tombe constituée d’une cour et d’une salle funéraire. Elle est décorée de magnifiques peintures représentant des scènes de la vie quotidienne de Nubie.

Les tombes des nobles, ouvertes au public
Tombe d’Amenemheb.

Une autre tombe, la TT 277, découverte en 1917 par l’explorateur français Lecomte de Nouÿ, est celle d’Aménéminet, un haut fonctionnaire de Thèbes. Il est considéré comme le grand prêtre du Temple des millions d’années d’Amenhotep III (XVIIIe dynastie). L’entrée de la tombe, qui mène à une salle rectangulaire, est ornée de peintures et de textes colorés enregistrant des scènes funéraires, alors que d’autres montrent Aménéminet rendant hommage au dieu Horus. « La plupart des tombes de cette colline de Qorna Mourraï sont dépourvues d’inscriptions, mais la particularité de cette tombe c’est qu’elle donne une idée du mode de vie et du culte funéraire des hauts responsables pendant le Nouvel Empire », souligne l’archéologue Christian Le Blanc, également conseiller du ministère égyptien des Antiquités.

Les tombes des nobles, ouvertes au public
Tombe d’Aménéminet.

Quant à la troisième tombe, également découverte en 1917 par Lecomte de Nouÿ, elle est celle d’Amenemheb, gardien des troupeaux d’Amon-Rê. Il a vécu à l’époque des Raméssides aux XIXe et XXe dynasties. En fait, les deux tombes, celles d’Aménéminet et d’Amenemheb, sont liées par une salle commune. Toutes les deux partagent la même cour. « La tombe TT 278 est inachevée, les décorations sont incomplètes », explique Le Blanc. Les archéologues ont tendance à croire que ce haut fonctionnaire est mort jeune sans pouvoir achever la construction de sa tombe. Pour Le Blanc, l’inauguration de ces tombes, aussi modestes qu’elles puissent être, est le fruit de plusieurs années de travail et de recherche.

Qorna Mourraï est une nécropole de Louqsor qui abrite les tombes des nobles. C’est une petite colline, à l’ouest du temple d’Amenhotep III, située sur la rive ouest du Nil et au sud du village de Cheikh Al-Gourna. Sur ce site s’étalent les tombes des prêtres et des hauts fonctionnaires qui officièrent à la cour des pharaons des XVIIIe et XIXe dynasties (1549-1295, 1295-1186). Toutefois, de nombreuses tombes, qui se trouvent sur cette colline, ne sont pas décorées. L’aménagement et l’évacuation des habitants du village Qorna Mourraï, qui ont commencé dans les années 1940, ont provoqué la démolition et la disparition de nombreux sites archéologiques, dont des tombes remontant à la XIe dynastie. Mais la plupart des sépultures remontent aux règnes d’Amenhotep III (1390-1353 av. J.-C.), de Toutankhamon (1336-1327 av. J.-C.) d’Aÿ II (1327-1323 av. J.-C.) ainsi que de la période ramésside.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire