Semaine du 9 au 15 septembre 2015 - Numéro 1092
Monde Arabe en bref
09-09-2015
 
 

Turquie
Affrontements

Deux policiers ont été tués, dimanche, dans le sud-est de la Turquie, lors d’affronte­ments entre les forces de l’ordre et des Kurdes qui, selon les autorités, appartien­nent au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), ont indi­qué à l’AFP des sources des forces de sécurité. Les forces de l’ordre ont lancé samedi soir une vaste opération contre le PKK dans le district de Diyarbakir, après que les mili­tants eurent érigé des barri­cades et creusé des tranchées, selon les forces de l’ordre. Les affrontements de ce genre sont fréquents depuis que les auto­rités ont lancé en juillet une importante campagne « anti­terroriste » à l’encontre des militants kurdes, mettant fin à deux ans de cessez-le-feu.

Maroc
Victoire islamiste

Le parti islamiste du pre­mier ministre, Abdelilah Benkirane, est le principal bénéficiaire des élections locales de vendredi au Maroc, en gagnant les régionales et finissant 3e aux communales, selon des chiffres fournis samedi par le ministère de l’Intérieur. Le Parti Justice et Développement (PJD) a, en effet, remporté 174 sièges sur 678 dans les conseils régio­naux (25,6 %), suivi par son grand rival du parti Authenticité et modernité (PAM/libéral, opposition) avec 132 sièges (19,4 %) et le parti de l’Istiqlal (PI/conser­vateur, opposition) avec 119 sièges (17,5 %). Alors que les Marocains élisaient pour la première fois leurs conseillers régionaux au suffrage univer­sel direct, le PJD est arrivé en tête dans trois des quatre régions les plus peuplées du pays, dont celles des grandes villes de Casablanca, Rabat et Fès. La participation à ce double scrutin local a atteint 53,6 % selon un chiffre offi­ciel, soit une très légère pro­gression par rapport aux élec­tions communales et régio­nales de 2009 (52,4 %).

Liban
Rassemblement

Des milliers de Libanais ont manifesté vendredi à Beyrouth à l’appel de Michel Aoun, l’un des principaux leaders chré­tiens du pays, pour réclamer l’élection du président de la République au suffrage univer­sel direct. M. Aoun, soutenu par le Hezbollah, a invité ses partisans à descendre dans la rue pour réclamer la tenue de législatives et un amendement constitutionnel permettant au président de la République d’être élu au suffrage universel direct. Dans le même temps, le président du Parlement, Nabih Berri, a appelé de son côté à un « dialogue » entre leaders poli­tiques, ce mercredi 9 sep­tembre, pour discuter de la paralysie des institutions, notamment de l’élection d’un président de la République, poste vacant depuis plus d’un an.


Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire