Semaine du 24 au 30 décembre 2014 - Numéro 1055
L’Egypte se raconte au Musée du Caire
  Un projet expérimental de son et lumière à l’intérieur du Musée égyptien a été lancé cette semaine. Des problèmes techniques doivent cependant être résolus avant la généralisation de l’expérience.
Musée égyptien
Les spectateurs contemplent le colosse de Ramsès II illuminé. (Photo : Bassam Al-Zoghby)
Doaa Elhami24-12-2014

45 minutes, c’est la durée d’une tournée dans 4 salles du Musée égyptien pour vivre la nouvelle expérience de son et lumière dans un espace couvert.

« C’est la première fois qu’une telle projection ait lieu dans un musée », explique Mahmoud Al-Halwagui, directeur du Musée égyptien. Selon lui, cette nouvelle initiative est dans la phase d’expérimentation pendant seulement quatre jours après les heures de fermeture du musée, afin de savoir les réactions des visiteurs. Sur fond de musique, ceux-ci suivent les rayons de projecteurs pour écouter les explications archéologiques.

L’idée appartient à la directrice du département des musées nationaux, Elham Salah, qui a voulu trouver des moyens originaux de promotion touristique en expliquant la civilisation égyptienne de manière attirante.

Elle a alors inventé un conte, dont la protagoniste s’appelle Samraa (brune), un surnom donné à l’Egypte. Des aspects de la civilisation égyptienne sont mis en valeur au fil de rencontres avec les personnages les plus emblématiques de l’Egypte Ancienne. « Ce conte est basé sur des informations préparées par de jeunes archéologues ainsi que des experts en sons et lumières », explique Elham Salah.

Le spectacle s’ouvre avec une musique inspirée du répertoire nubien. Le prologue commence avec une présentation du musée, de l’histoire de sa construction depuis l’époque de Mohamad Ali, de son transfert à Boulac, puis à Guiza, avant l’inauguration en 1902, sous le règne de Abbas Helmi II, de ses locaux actuels à la place à Tahrir, au coeur du Caire.

A la fin du prologue, les portes du musée s’ouvrent devant les spectateurs pour une visite guidée à travers ses diverses salles.

Une aura rouge éclaire le colosse de Ramsès II pendant que Samraa présente « ses fils ». Celui-ci prend ensuite la parole pour relater ses victoires militaires et décrire la beauté de son épouse Néfertari. Soudainement, une lumière blanche se pose sur le double colosse d’Amenhotep III et son épouse la reine Tyi, qui domine la première salle du musée. Le roi explique l’état de prospérité que le pays a vécu sous son règne qui a duré plus de 30 ans.

Les visiteurs sont invités ensuite à admirer quelques statues illustrant le quotidien des pharaons, accompagnés toujours par les explications de Samraa.

Passant à la troisième salle, c’est le tour de Chéops de louer le génie de Hémiounou, architecte de la grande pyramide. La tournée se termine avec le chef de l’armée égyptienne de l’Ancien Empire, Rah Hotep, et son épouse Nefret. Rah Hotep parle de l’importance de l’armée pour la sécurité et la stabilité de l’Etat, alors que la musique prend des airs militaires dignes du chef des armées.

Aussi intéressante et originale qu’elle soit, l’idée a encore besoin d’être étudiée sur les plans logistique et technique. Beaucoup de visiteurs n’ont pas réussi à respecter le parcours de la visite, ou ont traîné pour prendre des photos. Raison pour laquelle la direction du musée a interdit l’entrée des appareils photographiques et des téléphones portables. Pour sa part, la directrice reconnaît avoir rencontré plusieurs difficultés, notamment celle des échos qui rendent le son parfois indéchiffrable. « Les techniciens du son ont voulu faire quelques modifications dans les salles d’exposition, mais la direction du musée a refusé, puisque le bâtiment est lui-même un monument à préserver », commente la directrice. Plusieurs problèmes doivent donc être résolus pour que l’expérience puisse être généralisée. En attendant, il a été décidé de la reproduire, mais cette fois-ci dans les jardins du musée … .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire