Semaine du 24 au 30 décembre 2014 - Numéro 1055
Zyad Aakl : Daech n’est pas un acteur dans le conflit libyen
Sabah Sabet24-12-2014
 
  Zyad Aakl, analyste au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram.

Al-Ahram Hebdo : Que se passe-t-il actuellement en Libye et qui combat qui ?

Zyad Aakl: En Libye il existe un courant libéral, un autre isla­mique, une entité politique repré­sentée au Parlement et au gouver­nement présidé par Abdallah Al-Theni, le premier ministre reconnu par la communauté inter­nationale, et l’armée nationale qui s’est alliée au général à la retraite Khalifa Haftar. Sur le terrain, ce dernier réalise des progrès, il a pu obliger des groupes armés à se retirer de plusieurs régions, notamment des sites pétroliers. On doit signaler que les forces de Khalifa Haftar possèdent un important appareil de renseigne­ment qui l’aide beaucoup dans ses combats. De plus, le soutien régional lui donne de la légitimi­té.

— Mais les milices islamistes ne sont pas pour autant vain­cues et celles de la ville de Derna notamment, dans l’est de la Libye, ont créé une coalition contre la force armée...

— En effet, ce genre de coali­tion est courant, et on va encore en entendre beaucoup parler dans les jours prochains. Certains par­leront même de la mise en place d’un Etat islamique. Mais tout cela ne durera pas longtemps. Plusieurs de ces groupes ne pos­sèdent pas les facteurs qui les aident à survivre, ils ne possèdent ni l’aide financière ni l’expé­rience de créer un Etat ou même de diriger une région. Ils ne sont même pas capables de gérer les questions de base comme les ser­vices (électricité, infrastructures, etc.). Le plus important c’est que les forces de Haftar ont pu contrô­ler les points de passage entre la Libye et la Tunisie, ce qui va mettre un terme à l’arrivée d’aides ou d’armes de l’étranger. De plus, la reconnaissance par le Soudan du nouveau Parlement et du gou­vernement allié à Haftar équivaut à la fermeture d’une très grande source d’armes pour les groupes armés.

— Qu’en est-il de Daech? Sa présence sur le sol libyen est-elle réelle et constitue-t-elle une véritable menace ?

— Pour la région et le monde entier, la crainte actuelle c’est que la Libye présente une terre fertile pour l’existence et la progression de Daech. Mais bien qu’il y existe des sympathisants avec ce groupe, Daech n’a pas de vraie présence en Libye et n’est pas un acteur dans le conflit libyen. Sa présence dans les conflits en cours est très faible et Daech n’a pas pu former de coalition avec n’importe quel groupe armé en Libye.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire