Semaine du 13 au 19 août 2014 - Numéro 1037
Hossam Hassan rate ses débuts avec Zamalek
  Zamalek a été éliminé de la Ligue d’Afrique, mais le nouvel entraîneur Hossam Hassan a usé de sa défaite contre l’AS Vita Club, afin d’appliquer certaines méthodes pour l’avenir de l’équipe.
Hossam Hassan
(Photo : Essam Choukri)
Karim Farouk13-08-2014

Pour son 48e anniversaire, le nouvel entraîneur de Zamalek, Hossam Hassan, n’a eu droit qu’à une célébration amère. Les Blancs ont été éliminés de la Ligue d’Afrique après avoir perdu contre l’AS Vita Club 1-0 au stade d’Alexandrie, dimanche dernier. L’attaquant congolais Sentumo Yunus a profité d’une terrible erreur du gardien Mohamad Abou-Gabal, qui n’a pas su contrôler une balle facile, pour marquer dans les cages vides à la 54e minute de la partie. Suite à cette défaite, Zamalek se retrouve en fond de groupe A avec 4 points, 6 derrière les deux leaders congolais AS Vita Club et TP Mazembe, qui ont assuré leur place en demi-finales, avant même de jouer la 6e et dernière journée de la phase de poule. « J’ai pris les commandes dans des conditions très difficiles. Nous avions un grand manque de joueurs en raison de blessures, mais aussi en raison du manque de joueurs dans notre liste africaine (ndlr: beaucoup d’anciens joueurs ont quitté l’équipe cet été) sans compter que l’équipe aussi était en mauvaise position dans la compétition. Je pense que nous avons bien joué. Je suis optimiste et je pense que nous allons tourner une nouvelle page où nous pourrons réaliser beaucoup de titres pour Zamalek», a dit Hossam Hassan après le match. En dépit de toutes ces conditions avancées par Hassan et le fait qu’il soit en charge de l’équipe depuis moins de 2 semaines, le nouvel entraîneur a déjà laissé son empreinte après cette première rencontre.

Schéma de jeu en 4-4-2

Hassan a changé le système de jeu adopté lors des derniers 6 mois par Mido, l’ancien entraîneur, de 4-2-3-1 à 4-4-2. Il n’a pas fait de grand changement au sein du onze de départ, en gardant Mohamad Abou-Gabal dans les cages aux dépens de l’international Ahmad Al-Chennawi avec devant lui une défense à quatre composée de Omar Gaber (droite), Hamada Tolba, Ahmad Doueidar et Mohamad Abdel-Chafie (gauche). Au milieu, il y avait l’international burkinabé Mohamad Koffi et Ahmad Tewfiq dans l’axe, tandis que Moustapha Fathi (droite) et Moëmen Zakariya (gauche) évoluaient dans les couloirs derrière la paire d’attaque d’Ahmad Ali et de Khaled Qamar. Mais l’inefficacité de ces deux derniers a été très visible. Au niveau de la formation, pas de grandes modifications non plus. Mais c’est le positionnement de certains joueurs qui a un peu changé, notamment Gaber, déployé par Mido au milieu, et Zakariya, qui est chargé de mener le jeu.

Jeu direct

L’ancienne gloire des Pharaons a aussi décidé d’abandonner le style de jeu de possession que son prédécesseur avait adopté en comptant sur un large contrôle du ballon au milieu du terrain, par un grand nombre de courtes passes. Hassan préfère un style de jeu plus direct pour transmettre la balle le plus rapidement possible dans la surface adverse à ses deux attaquants de pointe. Face à l’AS Vita Club, Zamalek a créé un grand nombre de chances, à tous les niveaux. Ahmad Ali et Khaled Qamar ont perdu des opportunités à leur portée de l’intérieur de la surface, dont la moitié aurait suffi à enregistrer une très large victoire pour Zamalek. Ce manque d’imagination a été immédiatement noté par l’entraîneur à quelques minutes du coup de sifflet final. « L’administration a procédé à un important recrutement cet été. Je suis satisfait du nouveau groupe. Je n’ai pas besoin de nouvelles recrues, à l’exception de Abdoulaye Cissé », a dit Hassan lors de la conférence de presse après le match. L’ancien attaquant burkinabé de Zamalek est actuellement en Libye et semble prêt à retourner au Caire. Cissé, une valeur sûre pour Zamalek après son séjour en 2012/2013, sera d’un grand apport au compartiment offensif.

Défense en retrait

Auparavant, Zamalek pressait ses adversaires au milieu du terrain et la défense s’engageait plus haut dans le terrain pour assurer une large possession du ballon et la récupérer au plus vite en cas de perte. C’est une méthode efficace, mais il y a un risque à prendre, celui de laisser de très larges espaces derrière sa dernière ligne. Les chiffres sont là pour confirmer ce risque, car sous la direction de Mido, l’équipe a encaissé 26 buts en 32 rencontres. Avec le changement de style de jeu face à l’AS Vita Club, Hassan s’est montré plus prudent en faisant reculer sa défense, afin de ne pas laisser le gardien sans couverture. C’est vrai que la possession du ballon était partagée entre les deux équipes, mais l’AS Vita Club s’est rarement retrouvé dans la défense des Blancs, à tel point que le but a été l’oeuvre d’une terrible erreur du gardien.

Hossam a encore deux semaines pour améliorer son groupe et ses techniques. Il les mettra à l’épreuve face au Hilal du Soudan lors de la 6e et dernière journée qui ne comptera pour rien pour les deux rivaux. Ainsi, les joueurs et lui-même joueront sans pression, et ce sera une bonne occasion, et pour certains, la dernière chance pour prouver leur mérite avant que le coach ne fasse des changements pour la nouvelle saison.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire