Semaine du 6 au 12 août 2014 - Numéro 1036
Hossam Hassan reprend en main Zamalek
  Moins d’une semaine après son sacre en Coupe d’Egypte, Zamalek a remercié son entraîneur Mido, pour nommer à sa place l’ancienne gloire de la sélection nationale de football, Hossam Hassan.
Hossam Hassan
(Photo : Mohamed Moustafa)
Karim Farouk06-08-2014

De retour pour un deuxième séjour, Hossam Hassan a été nommé à la barre de Zamalek succédant à Ahmad Hossam « Mido », limogé suite au nul contre le TP Mazembe (RD Congo) en Ligue d’Afrique la semaine der­nière. Une décision perçue par beaucoup d’ob­servateurs comme surprenante surtout qu’elle survient quelques jours seulement après le sacre des Blancs en Coupe d’Egypte 2014. Mido (31 ans), qui avait pris les rênes de cette équipe en janvier dernier dans sa première expérience en tant qu’entraîneur, avait fait preuve de débuts très prometteurs.

L’ancien attaquant de Tottenham, Marseille, Ajax et Rome avait donné à l’équipe plus d’enthou­siasme et de dynamisme, ce qui a permis à beaucoup de supporters de croire que le nouvel entraîneur transmettrait sa grande expérience européenne à son club d’origine. Il s’est appuyé sur la vivacité de jeunes éléments tels que Hazem Emam, Omar Gaber, Ahmad Tewfiq, Mohamad Ibrahim, en plus de Youssef Ibrahim dit « Obama », Mostafa Fathi et Yasser Ibrahim qu’il avait intégrés aux seniors afin de combler le manque de potentiel dans son effectif. Mais le manque d’expérience du coach et des joueurs, en plus du manque d’ef­ficacité et d’imagination du groupe ont coûté cher à Zamalek à des moments décisifs.

Le ténor cairote, grand favori au titre de champion cette saison, a terminé troisième derrière le champion Ahli et la révélation de cette saison Smouha, pour faire perdurer sa longue traver­sée du désert. L’équipe est en dernière place de son groupe en Ligue d’Afrique avec 4 points seulement en 4 rencontres. Même ses perfor­mances en Coupe n’étaient pas impression­nantes après avoir battu Wadi Degla sur pénal­tys en demi-finale et Smouha par un but tardif après l’expulsion de son milieu Tareq Hamad lors de la finale.

Même si la direction lui a donné un vote de confiance après le triomphe en Coupe, la performance mitigée contre le TP Mazembe à domicile a changé la position des responsables vis-à-vis de Mido. « Merci au public de Zamalek, j’ai essayé de vous rendre heureux. J’ai réussi parfois, mais j’ai fait de mon mieux avec le club. Je le quitte la tête haute après avoir décroché un titre difficile dans des circonstances insupportables que j’ai supportées par amour du public », a dit Mido sur son compte Twitter, devenu le plus jeune entraîneur égyptien à avoir remporté de titre.

Vers les hauts niveaux

La page est tournée et le public a salué son idole tout comme le président du club Mortada Mansour. « Je remercie Mido pour le grand effort qu’il a déployé avec l’équipe. Maintenant, c’est Hossam Hassan qui est l’empereur du club et il est l’unique respon­sable de l’équipe. Mon rôle consistera à satis­faire ses demandes », a dit Mansour qui avait lui-même embauché les jumeaux Hassan en 2000, en tant que joueurs, en provenance d’Ahli pour propulser l’équipe vers les hauts niveaux, en remportant trois titres de cham­pionnat national et un titre de Ligue d’Afrique en 2002. Hossam Hassan a laissé son impact lors de son premier séjour (2009-2011) bien qu’il n’ait pas pu remporter de titres à ce moment-là. Son enthousiasme et sa rage de vaincre se sont immédiatement reflétés sur le groupe, mais le manque d’expérience et de potentiel au sein de l’équipe lui a fait défaut. Cela a changé. L’ancienne gloire des Pharaons a fait des séjours à Ismaïli, Masri et Maqassa avant de prendre en charge la sélection jorda­nienne. Il a mené cette dernière au match de barrage des qualifications à la Coupe du monde 2014 avant de succomber face à l’Uruguay de Luis Suarez et Edinson Cavani.

Hassan (48 ans), qui a résilié à l’amiable son contrat avec la Jordanie, retourne à Zamalek plus confiant et expérimenté. Il trouvera à sa disposition une grande réserve de joueurs, de quoi répondre au manque d’effectif qui faisait défaut à l’équipe. En effet, Mansour a embau­ché 16 joueurs lors de ce mercato, de quoi bâtir une nouvelle équipe. Mais Hassan ne sera pas pressé de faire le ménage puisqu’il a besoin de l’actuel groupe pour la Ligue d’Afrique. « Je remercie les supporters de Zamalek et son président pour cette grande confiance qu’ils m’ont confiée. Nous arrivons dans des condi­tions difficiles surtout que la concurrence est à son apogée en Ligue d’Afrique. Il n’y a aucune minute à perdre », dit Hassan. Zamalek est dans l’obligation de gagner ses deux prochains matchs contre l’AS Vita Club (RD Congo) et le Hilal (Soudan) pour faire revivre ses chances de qualification à la demi-finale de la compéti­tion élite du continent africain. Première épreuve le dimanche 10 août à Alexandrie.

Focus

Nom : Hossam Hassan

Naissance : 10 août 1966

Clubs : Zamalek (2014 ), Jordanie (2013–2014), Maqassa (2013), Masry (2012), Ismaïli (2011), Zamalek (2009–2011), Ittisalat (2009), Masry (2008– 2009)

Meilleures performances :

Match de barrage des qualifications du Mondial 2014 avec la Jordanie.

Deuxième place en championnat en 2011.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire