Semaine du 9 au 15 avril 2014 - Numéro 1020
May Al-Ibrachy : Il ne faut pas changer l’identité des lieux.
  May Al-Ibrachy, directrice de l'initiative « Al-Assar lina » (les monuments sont à nous) pour lier les habitants aux monuments de la rue Al-Khalifa, compte inclure la rue Al-Gamaliya à ses activités.
May Al-Ibrachy
May Al-Ibrachy
Nasma Réda09-04-2014

Al-Ahram Hebdo : En quoi consiste l’initiative « Al-Assar lina » ?

May Al-Ibrachy: Le projet est une collaboration entre le ministère des Antiquités et l’Institut du dialogue égypto-danois. Il consiste à établir un lien entre les habitants et les monuments de leur quartier. Il existe différents partenaires dont des ONG, les ministères des Waqfs (biens reli­gieux), du Tourisme et autres. Mais nous ne sommes pas les seuls. Plusieurs initiatives du même genre de quelques jeunes fascinés par Le Caire historique ont vu le jour ces dernières années, en collaboration avec les autorités, pour protéger, nettoyer ou instaurer un environne­ment convenable au travail des spé­cialistes.

— Comment cette idée a-t-elle vu le jour ?

— En travaillant dans la restaura­tion des monuments surtout isla­miques, j’avais quelques inquié­tudes. Alors, j’ai eu l’idée d’exploi­ter les sites au lieu de les fermer aux habitants du quartier, afin d’en profi­ter surtout dans les domaines cultu­rels. J’ai pensé y organiser des col­loques et festivals. Ainsi, il y a une coopération avec les habitants et le site se mettra en route. C’est à eux ensuite de protéger ces monuments.

— Est-ce une démarche réus­sie ?

— Bien sûr. On a débuté cette phase il y a trois mois, dans la rue Al-Khalifa. Elle possède de nom­breux monuments. On a commencé par un dialogue avec les habitants, commerçants et même les enfants des écoles du quartier. Notre projet s’étale sur plusieurs phases. La pre­mière est achevée et la deuxième, celle des séminaires, va commencer. Même les mosquées annoncent tous les vendredis après la prière le début d’une tournée pour les enfants dans un site particulier de la rue pour connaître son histoire. De même, l’école primaire du quartier a ouvert ses portes à des activités culturelles pour enfants où ils reproduisent en dessins des sites comme la mosquée Ibn Touloun.

— Comment vos travaux se déroulent-ils exactement ?

— Les rôles sont divisés. Une de mes collèges raconte l’histoire des monuments en se promenant dans les rues. D’autres rassemblent les idées de tous les habitants pour mieux utiliser les sites selon leurs besoins. On a pu utiliser le bâtiment historique de Qobbet Chagaret Al-Dor comme centre médical.

— A quel genre d’obstacles avez-vous été confrontée ?

— Comme toute nouvelle idée, les gens étaient au début sceptiques. Mais en voyant la réalisation de leurs propositions et comment leurs enfants et eux-mêmes tiraient profit de nos idées, ils ont changé de com­portement. Maintenant, la majorité des habitants nous épaulent.

— La rue Al-Gamaliya va être rénovée. Comment percevez-vous ce projet ?

— D’abord, je suis contre l’utilisa­tion terminologique de « musée à ciel ouvert », que l’on accorde à cette rénovation. Cela peut réduire à néant tous nos efforts. Le projet du Caire historique consiste à maintenir la vivacité du quartier, peuplé et animé de différents monuments. Personne n’acceptera ni de changer de métier ni de quitter le quartier. Il ne faut pas changer l’identité des lieux. La beauté de cet endroit vient de cette interdépendance entre les habitants et les monuments.

— Mais les habitants d’Al-Gamaliya accueillent favorable­ment le projet ...

— Tant que les habitants ne sont pas menacés dans leur vie quoti­dienne, ils seront contents. Au-delà, le projet est voué à l’échec.

— Quelles sont vos craintes alors ?

— Je crains justement que des habitants ne soient obligés de chan­ger de métier, si par exemple des magasins sont transformés en bazars ou si d’autres ferment à cause du danger pour les monuments alentour. C’est aux habitants d’en décider. On doit mener les travaux d’infrastruc­tures et d’éclairage en faveur des habitants et pas seulement pour les touristes.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire