Semaine du 2 au 8 avril 2014 - Numéro 1019
Les Ahlawis ratent le titre africain et le Mondial des clubs
  L’équipe de volley-ball d’Ahli a perdu la finale du Championnat d’Afrique des clubs face à l’Espérance de Tunis (3-0) samedi dernier en Tunisie. Elle a raté l’occasion de disputer la Coupe du monde des clubs.
Les Ahlawis
Doaa Badr02-04-2014

La salle olympique de Sousse (Tunisie) a accueilli le Championnat d’Afrique des clubs champions de volley-ball qui s’est achevé samedi 29 mars avec la défaite d’Ahli face à l’Espérance de Tunis (0-3). La formation Sang et or, dont c’est le 4e sacre continental après ceux remportés en 1994, 1998 et 2000, assure ainsi sa qualification au prochain Mondial des clubs qui aura lieu en mai 2014 au Brésil.

Les Egyptiens qui détiennent le record de titres (10) n’ont pas été à la hauteur de la finale. Lors de cette étape, les joueurs d’Ahli paraissent épuisés après un long parcours sans faute. En fait, les deux finalistes ont réalisé un parcours sans faute. Les Sang et or ont atteint la finale au bout d’un parcours sans fautes durant lequel ils ont remporté sans difficulté tous leurs matchs du tournoi, ne concédant que 2 sets seulement. Tout comme leur adversaire égyptien, qui n’a perdu aucun match, avec 3 sets perdus. Mais les Egyptiens étaient beaucoup plus épuisés après leur match en demi-finale contre le CS Sfaxien, sextuple vainqueur de l’épreuve qui a perdu contre Ahli 2-3.

En plus, les Egyptiens ont disputé la finale alors qu’ils étaient très stressés. C’était une finale inédite entre les deux clubs, mais c’était la 11e finale tuniso-égyptienne. Pour sa part, l’en­traîneur d’Ahli, Ibrahim Fakhreddine, a estimé que ses joueurs « ont entamé le match sous une forte pression, ce qui les a déconcentrés et pous­sés à commettre des maladresses individuelles, contrairement aux joueurs de l’Espérance, qui ont fait preuve d’une grande concentration ».

« Je ne pense pas que les joueurs ont man­qué de fraîcheur physique après le match qui les a opposés jeudi au CS Sfaxien (ndlr : 3-2), car on a effectué avant cette finale une légère séance d’entraînement », a-t-il estimé.

De son côté, Foued Kammoun, entraîneur de l’équipe de volley-ball de l’Espérance, a affirmé que « le bon début du match et la bonne exploitation des points faibles de l’ad­versaire ont été déterminants » dans l’exploit accompli par les Sang et or. Tout en ajoutant que « notre victoire est logique face à un adversaire qui, au su de tous, n’était pas à son meilleur niveau. Mes joueurs ont été bien concentrés sur leur sujet et ont bien étudié leur adversaire et su exploiter ses points faibles ». Il explique : « Ahli traverse une phase de tran­sition et compte de jeunes joueurs, ce qui explique leur fragilité au début de la ren­contre ».

En fait, les propos de Kammoun sont justes, puisque l’équipe d’Ahli est composée de joueurs très jeunes. L’équipe technique du club a procédé à un renouvellement au sein de l’équipe après le départ ou la retraite des joueurs expérimentés. Actuellement, l’équipe est composée de jeunes joueurs dont la moyenne d’âge est de 23 ans. Les joueurs expérimentés ne sont pas nombreux. Ces jeunes volleyeurs ont besoin de temps afin d’acquérir une expé­rience. La Tunisie, par contre, possède un excel­lent niveau, vu la présence de plusieurs clubs d’un très haut niveau. Ce qui augmente la concurrence dans le Championnat tunisien, ce qui élève le niveau de tous les clubs tunisiens. Par conséquent, cette année, l’Egypte ne sera pas représentée au Mondial des clubs.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire