Semaine du 2 au 8 avril 2014 - Numéro 1019
Piratage américain
Mohamed Salmawy02-04-2014
 
 

Comment peuvent passer inaperçues les déclarations du ministre des Affaires étrangères, Nabil Fahmi, selon lesquelles les Etats-Unis ont retenu les hélicoptères égyptiens Apache — que le gouvernement avait envoyés pour leur entretien en Amérique — afin de faire pression sur l’Egypte pour qu’elle fasse participer les Frères au processus politique ? Cette manière d’agir est-elle possible et acceptable dans les relations internationales ?

Les agences de presse ont fait savoir que l’Egypte avait demandé des hélicoptères militaires Apache et que l’Administration américaine n’a pas acquiescé à cette demande. Alors qu’en réalité, le marché refusé par Washington est celui qui date d’octobre dernier, en protestation contre le gouvernement des Frères. Et depuis cette date, l’Egypte n’a présenté aucune autre demande.

Il s’est avéré, conformément à ce qui a été dévoilé par le ministre des Affaires étrangères, que la demande de l’Egypte ne se rapporte à aucun nouveau marché militaire, mais aux hélicoptères qui ont été envoyés aux Etats-Unis pour entretien et qui ne sont pas revenus. Après quoi, l’Egypte n’a envoyé aucun autre avion pour des opérations d’entretien aux Etats-Unis.

Ceci intervient à un moment où les Etats-Unis accusent continuellement la Russie de viol des règles internationales, à cause de son intervention en Crimée.Le comportement américain intervient aussi à un moment où l’Oncle Sam affirme nuit et jour qu’il est aligné sur les Frères musulmans et que son objectif est que toutes les forces politiques soient impliquées dans le processus politique. Mais je ne vois pas le lien entre ce dernier point et la volonté américaine de retenir des avions qui sont la possession des forces militaires égyptiennes.

Si la volonté américaine est d’impliquer toutes les parties dans l’équation politique, pourquoi ne s’adresse-t-elle pas aux Frères musulmans, les incitant à se mêler au jeu politique au lieu de répandre la violence dans les rues ?

Les Etats-Unis, au lieu d’exercer des pressions contre ceux qui refusent l’action politique, ont décidé de se joindre aux Frères et de mener des pressions politiques sur l’Egypte. Leur pression vient s’ajouter à l’instabilité sécuritaire exercée par des forces renversées par le peuple et qui sont repoussées chaque jour de plus en plus, à cause de leurs opérations terroristes.

Le piratage exercé par les Etats-Unis en retenant les avions possédés par les forces armées égyptiennes n’exaucera pas le voeu noble de Washington. Il s’agit d’une nouvelle stupidité à ajouter aux registres américains, elles s’accumulent depuis le déclenchement de la révolution 2011.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire