Semaine du 2 au 8 avril 2014 - Numéro 1019
Les favoris de l’Hebdo
 
favoris1
Calendrier réalisé par Névine Lameï02-04-2014
1. Théâtre . La pièce de théâtre Tahét we laénaha (perdu et trouvé) écrite par la Libanaise Hanan Haj Ali et l’Egyptienne Basma Al-Husseini est mise en scène par une troisième femme : Manal Ibrahim. La pièce s’inspire des contes de fée et des histoires des filles et garçons de l’école artistique d’Al-Darb Al-Ahmar, ayant entre 8 et 18 ans. Installée dans le quartier populaire du même nom, cette école vise à initier les enfants à la musique, à l’acrobatie et au théâtre. Les élèves racontent alors comment leur existence a changé du jour au lendemain. Au théâtre Al-Guéneina. Les 4 et 5 avril, à 20h.
2. Danse.
Fav2
La troupe Bollywood pour la danse et le chant indiens présente dans la grande salle de l’Opéra du Caire, le spectacle Sur les bords du Nil. Ce, avec la participation de la troupe du Ballet de l’Opéra du Caire. Le spectacle offre de magnifiques tableaux lyriques, tirés de films bollywoodiens. Avec les chanteurs indiens Parul Mishra et Mukic Tomar, ainsi que le chorégraphe français Gwen Gillies. Les 3, 4 et 6 avril à 20h et le 5 avril à 11h.
3. Musique.
Fav3
Icône de la scène underground au Liban, la chanteuse libanaise Yasmine Hamdane revendique sa liberté avec sincérité et engagement. Ce, à travers ses chansons, qui suivent une démarche éclectique inspirée de la culture arabe multiple. Avec Zeid Hamdan, dans Soap Kills, ils mélangeaient musique classique arabe et électro hip-hop. Puis avec le suisse Mirwais, dans l’album Arabology, ils ont présenté le hip-hop à l’oriental. Hamdane se produit le 4 avril, au théâtre Qasr Al-Nil, avec des chansons qui revisitent ses racines libanaises, notamment la musique des années 1940, 1950 et 1960.
Participe à la même soirée musicale organisée dans le cadre du festival DCAF,
la chanteuse égyptienne Fayrouz Karawya qui se démarque de la génération pop
star, grâce à une musique hybride, amalgamant tradition orientale et divers styles
musicaux contemporains. Karawya aborde des thèmes engagés et humanistes,
tels les contraintes économiques, et l’amour dans son contexte socioculturel.
A 20h30.

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire