Semaine du 2 au 8 avril 2014 - Numéro 1019
Turquie : Erdogan confirme son emprise
Maha Al-Cherbini avec agences02-04-2014
 
  Malgré des mois de crises et de scandales, l’AKP, le parti d’Erdogan, est sorti victorieux aux munici­pales. Une victoire qui ouvre la voie à Erdogan de briguer la présidentielle d’août prochain.

A quatre mois des présidentielles pré­vues en août, les Turcs (52,7 mil­lions) étaient appelés aux urnes dimanche pour un scrutin municipal qui a pris l’al­lure de « référendum » pour le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, qui règne depuis douze ans sans partage. Malgré les critiques sur sa dérive autori­taire et de graves accusations de corrup­tion qui éclaboussent son pouvoir depuis trois mois, le « Sultan » — comme se moquent ses rivaux — a déclenché une surprise lundi en balayant, dans les urnes, ses adversaires et les accusations de cor­ruption, prenant nettement la tête du vote.

Selon les chiffres définitifs, l’AKP a recueilli 45,5 % des suffrages largement devant son principal rival de l’opposition (CHP, centre-gauche) qui a remporté 27,9 % des voix. Les résultats étaient beaucoup plus serrés à Istanbul et Ankara, les deux premières métropoles de Turquie. A Ankara, l’AKP a remporté 44,7 % contre 43,8 % pour le CHP, les deux partis célébrant leur victoire dans une atmosphère alimentée de fraudes et de craintes. L’ampleur du score de l’AKP dans ces deux plus grandes villes du pays va déterminer la stratégie à venir de M. Erdogan, dont le troisième et dernier mandat de premier ministre s’achève en 2015.

Selon les experts, ce résultat a prouvé que M. Erdogan reste le personnage le plus charismatique et le plus populaire du pays depuis Mustafa Kemal Atatürk, le « père » de la Turquie moderne, avec pour principal crédit une décennie de succès économiques et de stabilité poli­tique. De quoi paver la voie au « Sultan » pour briguer en août la présidence de la République disputée pour la première fois au suffrage universel direct.

Montrant les dents juste après sa vic­toire, l’homme fort du pays a repris sa rhétorique agressive de campagne pour s’en prendre fort à l’opposition et surtout aux « traîtres » de l’organisation de l’Imam Fethullah Gülen, qu’il accuse de comploter contre son régime. « Le peuple a aujourd’hui déjoué les plans sournois et les pièges immoraux de ceux qui ont attaqué la Turquie. Il n’y aura pas d’Etat dans l’Etat, l’heure est venue de les éli­miner », a-t-il paradé devant des milliers de partisans à Ankara. De l’avis des ana­lystes, la victoire d’Erdogan ne devrait toutefois pas signer la fin de la crise poli­tique en Turquie, au contraire, la tension devrait encore croître d’ici à la présiden­tielle d’août. Et l’avenir de l’homme fort de la Turquie semble toujours entre parenthèses, surtout qu’il est fort malme­né par une cascade de fuites sur Internet qui l’ont poussé à bloquer les réseaux sociaux Twitter et Youtube la semaine dernière. Ce qui lui a valu une avalanche de critiques, notamment de l’étranger mais n’a eu aucune influence sur sa popu­larité à l’intérieur. La seule rançon que pourrait payer Erdogan c’est de perdre son rêve d’adhérer au club européen à cause de ses dérives autoritaires. Coûte que coûte, Erdogan sèmera à tout vent pour briguer la présidentielle d’août.



Mots clés:

Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire