Semaine du 26 mars au 1er avril 2014 - Numéro 1018
Un témoignage qui manque de rigueur
Saad El-Kersh26-03-2014
 
  Le témoignage d’un ex-leader des Frères musulmans, Kamal Al-Helbawi, sur la période transitoire reflète les méthodes de travail de la confrérie qui manquent souvent de vision. Al-Helbawi omet cependant de mentionner certains détails relatifs aux Frères. y

Helbawy

L’ex-leader des Frères musulmans, Kamal Al-Helbawi, livre dans un nouveau livre son témoignage sur les 30 mois qui représentent la phase transitoire après la destitution du président Moubarak. Il précise que la philosophie du pouvoir des Frères ne différait pas beaucoup de celle de leur prédécesseur et que la période transitoire était censée se terminer le 30 juin 2012 dès l’accession au pouvoir de Mohamad Morsi, mais le peuple n’a pas ressenti de véritable changement. « La pénible réalité indique parfois la persistance de l’arriération, du chaos et de la corruption malgré certains points positifs ». Des points positifs qu’il n’a pas précisés.

Dans son livre de 317 pages intitulé « Un Président transitoire … une révolution permanente », Al-Helbawi dit beaucoup de choses sans rien dire précisément. Il n’a toujours pas le courage d’appeler les choses par leurs noms. Il ne suffit pas par exemple de justifier l’échec de l’administration de Morsi par le fait qu’« il appartient à une école de prédication et d’éthique. Tous trébuchaient à partir du président de la République dans ses promesses électorales et ses discours enthousiastes. Aujourd’hui il y a une nouvelle réalité, de nouveaux défis et une nouvelle révolution qui est celle du 30 juin qui a destitué Mohamad Morsi ». Il ne dit pas franchement que la politique est l’art de gérer la vie, qu’elle n’a aucune relation avec la prédication et que la mission de l’Etat et de son président n’est nullement de conduire les citoyens au paradis. De plus, Al-Helbawi n’explique pas la logique inversée de pratiquer la prédication dans une société essentiellement musulmane. Cependant, il s’approche timidement de cette idée en disant que le fait que les islamistes oeuvrent dans le domaine politique est la principale raison de leur trébuchement durant la période transitoire, car ils sont passés du monde de la jurisprudence au monde de la politique avec cette logique bédouine qui comprend des différends entre les savants concernant de nombreuses questions. Al-Helbawi ne précise pas non plus la relation entre Mohamad Morsi, Khaïrat Al-Chater, Mohamad Badie et la jurisprudence ou la prédication, et ne dit pas pourquoi ils s’occupent à inviter les Egyptiens à adopter l’islam alors qu’ils sont déjà musulmans.

Il cite que l’une des raisons du trébuchement est que « le projet islamique lui-même revêt plusieurs aspects et qu’il existe d’énormes différences entre ses partisans dans la compréhension du projet et de la charia ». Cependant, il ne précise ni les aspects du projet ni ce qu’il entend par la charia.

Le livre fait partie d’une nouvelle collection intitulée « Les voies de la phase transitoire … du 25 janvier 2011 au 30 juin 2013 », éditée par la maison Al-Masriya Al-Lobnaniya. L’éditeur écrit dans la préface du livre que cette collection vise à enregistrer « les raisons de l’incapacité de la phase transitoire à créer un Etat civil démocratique contemporain après une révolution colossale, la révolution du 25 janvier ». Ces livres représenteront « la matière brute du travail des historiens à l’avenir ».

La couverture du livre mentionne qu’Al-Helbawi a obtenu un doctorat dans la pensée stratégique de l’Université du Pakistan en 1983. Il était également membre du bureau de guidance et porte-parole de la confrérie en Occident, puis a démissionné en 2012.

Le livre dévoile la manière de penser des Frères musulmans. En effet, on n’y trouve aucune pensée stratégique mais beaucoup de mots, de propos et de paroles. On trouve une sorte de blâme provenant d’une personne invisible. Cependant, il ne déclare pas ouvertement que la volonté de s’accaparer le pouvoir et d’écarter tous les partenaires de la nation et de la révolution était la principale raison de la révolution populaire contre les Frères musulmans.

Al-Helbawi tend à généraliser ses opinions. C’est ainsi qu’il dit que les phases transitoires dans la vie des nations « notamment après les révolutions populaires qui se déclenchent sans leadership évident et digne de confiance, comme dans le cas de l’Egypte, se caractérisent par l’inquiétude générale, le manque de confiance, l’impartialité et la diffamation de l’autre, sans oublier le manque de sécurité qui peut atteindre le stade du chaos alarmant ». Il conclut que pour sortir de cette crise, le gouvernement doit faire preuve de transparence dans les mesures qu’il adopte pour remédier aux problèmes qui ont conduit au déclenchement de la révolution.

Al-Helbawi a parfaitement raison de déclarer que l’Egypte et les pays du Printemps arabe ne seront sur la bonne voie que lorsqu’ils jouiront de la liberté, lorsqu’ils se débarrasseront définitivement du pouvoir despote et lorsqu’ils se libéreront de « l’hégémonie étrangère ». En effet, il déclare que les « Etats-Unis ne sont pas une institution caritative, ni des caisses de financement et d’investissement, mais que le rôle américain dans la région est plutôt suspicieux ».

Cependant, l’écrivain, qui a décroché un doctorat dans la pensée stratégique et qui a longtemps été le porte-parole de la confrérie en Occident, ne s’est pas arrêté devant les relations confuses entre la confrérie et la Grande-Bretagne lors de la fondation de la confrérie en 1928, entre la confrérie et les Etats-Unis avant l’arrivée de Morsi au pouvoir ou durant l’année de son pouvoir au cours de laquelle l’ambassadrice américaine, Ann Paterson, préférait se rendre au siège de la confrérie à Moqattam pour rencontrer Khaïrat Al-Chater que d’aller au palais d’Ittihadiya où siégeait un président qui ne gouvernait pas. Al-Helbawi sait beaucoup de choses mais il n’a rien dit, tout simplement parce que c’est un Frère retraité et non un ancien Frère.

Un Président transitoire … une révolution permanente de Kamal Al-Helbawi, aux éditions Al-Masriya Al-Lobnaniya, 2014.




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire