Semaine du 19 au 25 mars 2014 - Numéro 1017
Mohamed Al-Ghawy : « Il faut avoir une stratégie à long terme »
  L’Association Francophone Cairote des Arts (AFCA) fête son 10e anniversaire. Son directeur et fondateur Mohamed Al-Ghawy s’exprime sur son rôle et son avenir.
Mohamed Al-Ghawy
May Sélim19-03-2014

Al-Ahram Hebdo : Depuis sa création en 2004 et jusqu’en 2014, comment l’AFCA a-t-elle évolué ?

Mohamed Al-Ghawy : Au départ, l’idée était simple. Jusqu’en 2007, avec une équipe égyp­tienne passionnée, on cherchait à programmer des ateliers artistiques pour enfants. Un atelier de narration, un autre de dessin, etc. Puis, dans une deuxième phase, l’idée s’est développée et on a cherché à lier ces ateliers à la société, aux matières enseignées dans les écoles et à ce qui se passe autour de nous. Pour ce faire, on a eu recours à des formateurs et spécialistes salariés à plein temps. Ce qui n’était pas le cas auparavant. Depuis, on monte des activités dans les écoles privées et gouvernementales et on s’intéresse à l’apprentissage à travers l’art. Depuis 2010, l’AFCA a connu un changement radical. Cela est dû à mes études de gestion artistique au centre Kennedy aux Etats-Unis. Il fallait avoir une stra­tégie à long terme et une vision pour l’avenir. Il ne suffisait, ni d’organiser des ateliers, ni de mon­ter des spectacles. Dès lors, les activités de l’AFCA comportent 2 sections importantes : l’ap­prentissage à travers l’art et l’organisation de manifestations culturelles, dont le festival Hakawy. Au cours des dix ans de carrière, l’AF­CA a changé de locaux allant d’un quartier à un autre. Aujourd’hui, elle est installée au Lycée Concordia. D’une part, nos services et activités sont directement liés aux besoins des élèves de cet établissement scolaire, et d’une autre part, on a la possibilité de bien mesurer l’influence et l’efficacité de notre travail à travers un exemple bien concret. L’AFCA offre aussi ses ateliers et activités à d’autres enfants en dehors de ce lycée.

— Quels étaient les obstacles que vous avez rencontrés ? Comment avez-vous pu les sur­monter ?

— Notre défi majeur a toujours été le finance­ment. Au début, on comptait sur l’autofinance­ment. Puis, on a eu l’aide de plusieurs organisa­tions, dont des écoles privées. De quoi nous garantir une certaine stabilité. Aujourd’hui, la section Apprentissage est entièrement financée par les services rendus aux écoles. L’organisation de manifestations culturelles comme le festival Hakawy est réalisée grâce à la subvention des ambassades étrangères, de l’Unesco, des minis­tères de la Culture et du Tourisme.

L’autre problème est celui des artistes qui tra­vaillent avec nous. Normalement, on recherche un artiste éducateur qui sait s’adresser aux enfants. Pourtant, ce concept n’est pas répandu en Egypte. On a actuellement recours à des experts étrangers, etc.

D’ailleurs, les conditions politiques du pays constituent un autre défi quant à nos activités et projets. Malgré les troubles, on essaye d’être toujours présents.

— Quels sont les nouveaux projets à venir de l’AFCA ?

— Comme d’habitude, l’AFCA organise un club d’été pour les enfants pendant les vacances à partir du mois de mai jusqu’à fin août, intitulé « Artistes, explorateurs, savants et moi ».

Dans un an, on sortira notre livre L’Expérience de l’apprentissage à travers les arts, qui explique notre manière de voir les choses. Autre projet ambitieux est celui de transformer l’AFCA en une école française offrant des études primaires, préparatoires et secondaires, tout en focalisant sur l’art en tant qu’outil d’apprentissage. Cet établis­sement est censé être agréé, c’est-à-dire offrant des certificats et des diplômes reconnus par le ministère de l’Education. Le théâtre, le chant et les arts plastiques seront essentiels dans l’ensei­gnement. Un projet en cours de préparation et qui verra le jour vers 2020 .




Lien court:

 

Courriel
 
Nom
 
Titre
 
Commentaire