Dossier > Sommet sino-arabe  >

Des liens ancrés dans l’Histoire

Racha Darwich , Mercredi, 07 décembre 2022

Les relations sino-égyptiennes ne se limitent pas à l’aspect économique. Les deux pays partagent une longue histoire de relations diplomatiques, politiques et culturelles.

Des liens ancrés dans l’Histoire

Les relations entre la Chine et l’Egypte remontent à plus de 65 ans. C’est d’ailleurs la solidité des relations diplomatiques, politiques et culturelles entre les deux pays qui a frayé la voie à des relations économiques et commerciales prospères. L’Egypte a été le premier pays arabe et africain à entretenir des relations diplomatiques avec la République populaire de la Chine, le 30 mai 1956 à la suite de la première rencontre entre Gamal Abdel-Nasser et Zhou Enlai au premier Sommet afro-asiatique de Bandung en 1955. Depuis cette date, les deux pays ont consolidé leur coopération dans tous les domaines. Alors que l’Egypte a appuyé l’adhésion de la République populaire de Chine à l’Onu, ainsi que le principe « un pays, deux systèmes » dans la Région administrative spéciale de Hong Kong, la Chine a été l’un des premiers pays à soutenir la décision de la nationalisation du Canal de Suez et à dénoncer l’agression tripartite en 1956. Et lorsque la Chine a décidé de retirer ses ambassadeurs des capitales arabes pendant la Révolution culturelle (1966-1976), Le Caire a été exempté de cette décision. Plus récemment, la Chine a soutenu les choix du peuple égyptien durant les Révolutions du 25 Janvier 2011 et du 30 Juin 2013, refusant toute ingérence étrangère dans les affaires internes de l’Egypte. Au niveau politique, les deux pays adoptent des positions similaires basées sur les principes du droit international comme l’attachement aux solutions pacifiques et diplomatiques des crises et conflits du Moyen-Orient, en Syrie, en Iraq et en Libye, ainsi qu’une position ferme en faveur de la résolution du conflit israélo-palestinien par les moyens diplomatiques à la lumière des résolutions des Nations-Unies.

Les relations avec la Chine s’étendent également aux domaines éducatif et culturel depuis de longues années. L’Egypte a accueilli le premier échange culturel entre la Chine et les pays arabes et islamiques lorsque l’Université d’Al-Azhar avait reçu la première mission d’étudiants musulmans chinois en 1931. C’est cette première délégation qui a porté la bannière de diffuser la langue arabe et la culture islamique dans toute la Chine tout au long du XXe siècle. Les deux pays ont également conclu en mai 1955 le premier accord de coopération culturelle entre eux, pour commencer l’échange de délégations culturelles qui ne s’est pas arrêté jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, l’Egypte est le premier pays d’Afrique et du Moyen-Orient à ouvrir un département d’enseignement de la langue chinoise dans ses universités, à l’Université de Aïn-Chams en 1958, et la Chine a ouvert en 2002 son premier centre culturel en Afrique et au Moyen-Orient au Caire. Le Caire est également le siège régional du Moyen-Orient de l’agence de presse chinoise Xinhua et du magazine China Today. Sans oublier que l’Egypte est le premier pays arabe à s’ouvrir médiatiquement sur la Chine lorsqu’elle a ouvert un bureau de son agence de presse MENA à Pékin en 1996.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique