Dossier > Sommet sino-arabe  >

Commerce et économie : Consolider les relations sino-égyptiennes

Racha Darwich , Mercredi, 07 décembre 2022

Avec la création de l’Association égypto-chinoise des hommes d’affaires, de nouveaux espaces de coopération s’ouvrent entre Le Caire et Pékin, alors que la Chine est déjà le deuxième partenaire commercial de l’Egypte.

Commerce et économie : Consolider les relations sino-égyptiennes

Lancée dimanche 27 novembre, l’Association égypto-chinoise des hommes d’affaires est une « nouvelle plateforme pour un dialogue efficace et durable entre les milieux d’affaires des deux pays amis, visant à explorer davantage d’opportunités d’investissement dans les domaines prioritaires nationaux liés aux objectifs de développement, en particulier dans les secteurs prometteurs qui soutiennent la transition vers une économie verte ». C’est ce qu’a déclaré le ministre des Finances, Mohamad Maeit. En effet, le gouvernement égyptien avait encouragé la création d’une telle association en coopération avec l’ambassade de Chine en Egypte. Alors que le ministère de la Solidarité sociale avait approuvé en février dernier sa création en tant qu’entité sociale internationale dotée d’une identité juridique. « Nous visons à soutenir les relations conjointes égypto-chinoises à travers cette nouvelle plateforme stimulante pour la coopération économique et d’investissement afin de réaliser des intérêts communs, en particulier à la lumière du partenariat stratégique croissant entre les deux pays amis », a expliqué Magued El-Din Al-Manzalawi, président du conseil des curateurs de l’association.

A l’occasion du lancement de cette nouvelle association, le ministre des Finances a tenu à mettre l’accent sur plusieurs aspects importants des relations économiques et commerciales entre les deux pays. « L’Egypte ouvre ses portes aux investissements chinois, qui ont considérablement augmenté, au cours des dix dernières années », a-t-il déclaré. En effet, la Chine est devenue en 2017 le sixième investisseur en Egypte, avec des investissements de 28,5 milliards de dollars dans la région arabe, créant environ 24000 emplois, dont l’Egypte est le principal bénéficiaire. Plus de 140 entreprises chinoises travaillent en Egypte, dont 55 % dans l’industrie, 20% dans la construction et 12% dans les services. Les deux pays amis se concentrent sur la coopération dans les industries stratégiques, telles que l’intelligence artificielle, la technologie spatiale et le commerce électronique.

La TEDA, la Ceinture et la Route et autres projets

En outre, le volume du commerce entre les deux pays s’élève à 15 milliards de dollars. Au cours des 8 premiers mois de 2021, la valeur des importations égyptiennes en provenance de Chine a enregistré environ 8,61 milliards de dollars, contre 7,702 milliards de dollars au cours de la même période de 2020, essentiellement représentées par des produits finis et des intrants industriels, alors que la plupart des exportations égyptiennes vers la Chine sont des cultures agricoles, des produits industriels semi-finis et des industries mécaniques. C’est ainsi que la Chine est devenue le deuxième partenaire commercial de l’Egypte après l’Union européenne, contribuant à de nombreux domaines, notamment les infrastructures et les mégaprojets qui reflètent l’étendue de la coopération entre les deux pays. « L’Egypte a largement bénéficié des nombreuses initiatives lancées par la Chine, en particulier l’initiative la Ceinture et la Route, l’Initiative mondiale de développement, ainsi que la création de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, dont l’Egypte aura l’honneur d’accueillir les pays membres en septembre de l’année prochaine », a précisé Maeit. Et d’ajouter que l’Egypte a largement bénéficié du regroupement des BRICS, auquel de nombreux pays cherchent à adhérer, ainsi que de la formule « BRICS Plus », qui permet à l’Egypte de s’engager dans les activités de ce regroupement et de participer à ses activités.

Par ailleurs, les nouvelles expansions de la zone égypto-chinoise de coopération économique et commerciale dans le Canal de Suez « TEDA » atteindront une superficie de 6 km2, avec une valeur totale d’environ 230 millions de dollars, pour attirer près de 180 petits projets dans la zone d’expansion. Créée en 2008, cette zone relie les projets de « la Ceinture et la Route » à la stratégie de développement de l’axe du Canal de Suez en Egypte, en tant que centre logistique et économique. « La présence chinoise dans la zone économique du Canal de Suez a contribué à en faire une zone industrielle, et l’Egypte parie sur la Chine pour jouer un rôle majeur dans le transfert de la technologie et de l’expertise », explique Mohamad Fayez Farahat, directeur du Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, dans une étude titrée « La Ceinture et la Route… Un cadre pour bâtir un partenariat stratégique égypto-chinois durable ».

Le ministère des Finances a également l’intention de promulguer des obligations « Panda » en yuan chinois d’une valeur de 500 millions de dollars sur les marchés chinois, conformément à la stratégie de l’Etat visant à encourager les investissements locaux et à attirer les investissements étrangers.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique