Dossier > Autosuffisance Alimentaire >

Gamal Siyam : La superficie cultivée en blé augmentera en Egypte de 7,4 % en 2022 par rapport à 2021

Nada Al-Hagrassy , Jeudi, 31 mars 2022

3 questions à Gamal Siyam, professeur d’économie agraire à l’Université du Caire.

La superficie cultivée en blé augmentera en Egypte de 7,4 % en 2022 par rapport à 202

Al-Ahram Hebdo : Quelles seront les conséquences de la guerre en Ukraine sur les chaînes d’approvisionnement alimentaires mondiales ?

Gamal Siyam : La guerre en Ukraine risque d’ébranler le marché international des produits alimentaires qui subissent encore les conséquences de la pandémie de Covid-19. Ce conflit a entraîné une hausse des prix des carburants, qui a, à son tour, causé une élévation des prix des produits alimentaires. La chaîne d’approvisionnement mondiale ou Supply Chain est un processus complexe. Elle est constituée de réseaux de fournisseurs, de transport et de moyens logistiques. La Russie et l’Ukraine sont respectivement les premier et cinquième exportateur mondial de blé et représentent à eux deux environ un tiers des exportations de la planète. En dépit de la stabilité actuelle de la demande mondiale, l’incertitude demeure, même si les autres pays exportateurs sont en mesure de combler le manque. Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord se trouvent dans une situation embarrassante puisqu’ils importent chaque année la moitié de leurs besoins en blé, soit environ cinquante millions de tonnes. Les pays arabes doivent prendre en compte dans leurs plans futurs l’impact à long terme de la crise.

— Comment voyez-vous les mesures prises par l’Egypte pour faire face à ce défi ?

— L’Egypte consomme chaque année 21 millions de tonnes de blé. C’est pourquoi elle redouble d’efforts pour augmenter la part de la production locale de cette denrée stratégique. Pour réaliser cet objectif, l’Etat a commencé par augmenter la superficie cultivée en blé, en lançant des méga-projets nationaux, comme celui de l’est de Ouaynate pour augmenter la production. Ainsi, la superficie cultivée en blé augmentera de 7,4 % en 2022, pour atteindre 3,65 millions de feddans, contre 3,4 millions de feddans en 2021. Outre la production locale, le ministère de l’Approvisionnement tente de trouver de nouveaux fournisseurs de blé, tels les Etats- Unis, le Canada et même l’Australie. Autre mesure : le président Abdel-Fattah Al-Sissi a ordonné la semaine dernière à ce qu’une incitation supplémentaire soit fournie aux agriculteurs, afin de les encourager à cultiver la plus grande quantité possible de blé. En ajoutant la production des paysans de cette saison aux réserves déjà stockées, nous obtenons une quantité qui devrait couvrir les besoins du pays pour les neuf prochains mois, voire jusqu’à la fin de 2022.

— Qu’est-ce que l’Egypte peut faire pour améliorer sa capacité de stockage des céréales ?

— L’Egypte s’est toujours intéressée à augmenter sa capacité de stockage du blé, considéré comme la clé de la sécurité alimentaire. C’est ainsi qu’elle a lancé en 2015 un grand projet de construction d’une cinquantaine de silos de blé sur une superficie de 20 000 m2. Ces silos ont une capacité de stockage de 1,5 million de tonnes. Ils sont dotés des équipements les plus modernes pour garantir un stockage approprié du blé, en réduisant au minimum les pertes. Auparavant, les dépôts de stockage du blé étaient primitifs et les pertes pouvaient atteindre 15 %.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique