Dossier > Dossier >

Iraq : Soutien arabe pour surmonter les défis

Aliaa Al-Korachi, Mercredi, 14 octobre 2020

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu cette semaine le ministre iraqien des Affaires étrangères, Fouad Hussein. Cette rencontre a été suivie par une autre réunion au niveau ministériel entre l’Egypte, l’Iraq et la Jordanie. Objectif : relancer la coopération et faire face aux défis communs.

Iraq : Soutien arabe pour surmonter les défis

« L’Egypte soutient tout ce qui pourrait réaliser les intérêts de l’Iraq à différents niveaux, l’aider à surmonter les défis, faire face au terrorisme et maintenir sa sécurité et sa stabilité », a déclaré le président Abdel-Fattah Sissi, lors de sa réunion, le 12 octobre, avec le ministre iraqien des Affaires étrangères, Fouad Hussein, actuellement en visite au Caire. Les discussions ont porté sur les relations égypto-iraqiennes et les moyens de les promouvoir dans les divers domaines, ainsi que les questions régionales d’intérêt commun. Au cours de cette rencontre à laquelle ont également participé le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et l’ambassadeur d’Iraq au Caire, Ahmed Nayef Al-Dulaimi, Hussein a prononcé un message du premier ministre iraqien, Al-Kazimi, saluant les relations « historiques » entre les deux pays. « Nous aspirons à renforcer les moyens de coopération avec l’Egypte, afin de bénéficier de l’expérience égyptienne dans le domaine des projets de développement, pour l’appliquer en Iraq, notamment dans le domaine des infrastructures et de l’énergie électrique », a déclaré le ministre iraqien.

En fait, les deux pays ont multiplié ces derniers jours les contacts et initiatives que ce soit au niveau bilatéral ou dans le cadre du mécanisme de coopération tripartite avec la Jordanie. La visite de Fouad Hussein au Caire intervient moins de deux mois après le sommet tripartite entre la Jordanie, l’Egypte et l’Iraq, tenu à Amman le 25 août. Deux sommets antérieurs entre les trois pays ont eu lieu l’année dernière, en mars au Caire et en septembre à New York. Dans un communiqué conjoint publié à l’issue du Sommet d’Amman, les trois dirigeants avaient insisté sur le besoin « de traduire les relations stratégiques étroites entre leurs pays en coopération dans les secteurs vitaux ».

Mécanisme de coopération

C’est dans ce cadre du mécanisme de coopération trilatérale que le ministre iraqien a participé, en marge de sa visite au Caire, à une réunion tripartite au niveau ministériel avec ses homologues égyptien, Sameh Choukri, et jordanien, Ayman Safadi. « Les réunions tripartites entre l’Egypte, l’Iraq et la Jordanie visent à renforcer et à activer les domaines de coopération entre les trois pays, et à surmonter les obstacles qui entravent le lancement de ces réunions. L’Egypte s’engage à soutenir le gouvernement de Bagdad pour préserver la souveraineté et l’unité de l’Iraq », a déclaré Choukri lors d’une conférence de presse, avant de dévoiler que les préparatifs sont en cours pour la tenue de la réunion du « comité conjoint iraqo-égyptien » prévue à Bagdad à la fin octobre, pour discuter des projets futurs. Dans ce contexte, le premier ministre, Moustapha Madbouli, lors d’une réunion de cabinet le 4 septembre, a chargé certains ministres d’intensifier les contacts avec leurs homologues jordaniens et iraqiens, afin de parvenir à un consensus sur un certain nombre de projets. Selon le communiqué publié sur les résultats de cette réunion, le ministre de l’Electricité, Mohamad Chaker, a présenté une initiative visant à établir une ligne d’interconnexion électrique entre les trois pays d’une capacité de 1 000 mégawatts, afin de « soutenir l’échange d’énergie électrique », indique le communiqué. Le ministre du Pétrole, Tarek El-Molla, a proposé d’installer un oléoduc pour transférer le pétrole brut d’Iraq vers la Jordanie et l’Egypte, afin de répondre aux besoins des projets dans les trois pays. Et le ministre de l’Education, Tarek Shawki, a discuté des possibilités de partager le contenu de la bibliothèque numérique égyptienne et de diverses plateformes éducatives. Pour sa part, la ministre du Commerce, Névine Gamea, a déclaré que les listes des entreprises et investisseurs intéressés par des partenariats dans ces secteurs dans chacun des trois pays seraient échangées avec les deux autres Etats au cours des prochains jours.

Ces rencontres tripartites donnent un élan au concept de l’action arabe collective comme étant « une nécessité et un impératif » en même temps et « offre un modèle de coopération arabe mettant en considération l’équilibre des intérêts », comme l’explique Hassan Abou-Taleb, politologue. Par ailleurs, « l’Iraq a besoin d’un soutien arabe pour l’aider à surmonter ses défis actuels », ajoute Abou-Taleb, avant de conclure : « Les préoccupations de la Jordanie et de l’Iraq sont les mêmes que celles de l’Egypte : la préservation de l’Etat national capable de protéger la terre, les ressources et les valeurs, et d’empêcher toute ingérence étrangère ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique