Dossier > Dossier >

Une relation aussi vieille que l’Histoire

Amira Samir, Mardi, 29 mai 2018

Depuis l’Antiquité, la population égyptienne vit de l’agriculture. Une activité vieille de 10 000 ans.

Une relation aussi vieille que l’Histoire

Vers 6 000 av. J.-C. des populations s’installent autour de la vallée du Nil et cultivent la terre. L’agriculture permet à ces populations de se sédentariser et de fonder l’une des plus grandes civilisations du monde antique, la civilisation pharaonique. Depuis ces temps lointains, la majorité des Egyptiens sont installés autour de la vallée du Nil. La population actuelle de l’Egypte est fortement concentrée dans la vallée du Nil et le Delta, 97 % de la population vit sur 4 % de la superficie totale du pays.

La prospérité des Egyptiens a toujours était dépendante de l’efficacité avec laquelle le gouvernement central utilisait les eaux du Nil. L’agriculture a toujours compté sur les crues annuelles du Nil qui recouvrent les champs de limon noir et qui permettent d’irriguer les récoltes. Les Egyptiens de l’Antiquité ont construit des canaux et des barrages de manière à transporter l’eau du Nil. Ils ont contrôlé le niveau des eaux du Nil, ce qui permettait de calculer la superficie des terrains pouvant être irrigués dans l’année. Ils mesuraient chaque année le niveau des eaux du Nil et l’enregistraient dans des registres officiels. Ce système a été développé en Egypte islamique par l’invention du nilomètre de Roda, qui a été utilisé jusqu’au début du XXe siècle. L’Egypte était connue pour être le grenier à blé du monde antique.

Comme aujourd’hui, le pain était le principal aliment en Egypte antique. L’orge était également l’une des céréales de base. Les Anciens Egyptiens cultivaient également les légumes, le lin, les arbres fruitiers, les lentilles, les fèves, les oignons, l’ail, les choux, les concombres et les dattiers. Les Egyptiens de l’Antiquité n’ont pas connu le riz. Certains historiens mentionnent que l’Egypte importait le riz d’Inde. En fait, le riz n’a été introduit en Egypte qu’à l’époque islamique, qui a témoigné de progrès continus dans le domaine de l’agriculture par l’augmentation de la superficie des terrains cultivés et la culture de nouvelles céréales, comme le riz et le maïs. En fait, l’agriculture est restée un secteur-clé de l’économie égyptienne à travers l’Histoire, notamment à l’époque de Mohamad Ali (1805–1953) qui a effectué de nombreuses réformes agricoles. Il a, entre autres, augmenté la superficie des cultures de 37 %, ce qui a permis l’implantation de deux nouvelles cultures : le coton et la canne à sucre. A son époque, l’Egypte est devenue l’un des principaux producteurs mondiaux de coton.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique